Comment dépanner un ascenseur

La loi de Sécurisation des ascenseurs existants (SAE) votée en 2003, a mis en place une obligation de mise en conformité de l’ensemble du parc d’ascenseurs en France. Ces derniers doivent par ailleurs faire l’objet de visites périodiques tous les 6 mois, et d’un contrôle techniques tous les 5 ans. Si ces vérifications ont permis de réduire le nombre de pannes, ces dernières restent inéluctables dans la vie d’un ascenseur. Quelle attitude adopter en cas de panne ? Comment faire réparer l’ascenseur ?

Comment dépanner un ascenseur

La loi de Sécurisation des ascenseurs existants (SAE) votée en 2003, a mis en place une obligation de mise en conformité de l’ensemble du parc d’ascenseurs en France. Ces derniers doivent par ailleurs faire l’objet de visites périodiques tous les 6 mois, et d’un contrôle techniques tous les 5 ans. Si ces vérifications ont permis de réduire le nombre de pannes, ces dernières restent inéluctables dans la vie d’un ascenseur. Quelle attitude adopter en cas de panne ? Comment faire réparer l’ascenseur ?

Une mise en sécurité qui s’est accentuée depuis 2003

Devant la vétusté d’un parc d’ascenseurs vieillissant, la loi de Sécurisation des ascenseurs existants (SAE), a institué une obligation de rénovation de ces derniers à la charge des propriétaires. Ainsi, une première phase de travaux devait être achevée en 2010, une seconde en 2013, repoussée à 2014, et la troisième est prévue pour 2018.

Ces trois phases de travaux obligatoires ont contribué à faire diminuer le nombre de pannes et d’accidents mais ne les ont pas totalement éliminés.


Le contrat d’entretien de l’ascenseur

L’entretien de l’ascenseur au sein d’une copropriété a été rendu obligatoire par l’arrêté du 18 novembre 2004 qui précise le nombre de visites à réaliser chaque année, les éléments à vérifier, les services et les prestations minimales que doit contenir le contrat.

C’est le syndic qui dans le cadre de son mandat, signe le contrat d’entretien avec un ascensoriste

Ainsi, le contrat d’entretien doit inclure obligatoirement un contrôle de l’appareil toutes les 6 semaines. Ce délai est un délai légal auquel il n’est pas possible de déroger. Le contrôle comprend la vérification des commandes de l’appareil, de l’automatisme de la porte, de la machinerie, de l’éclairage, des voyants lumineux, du système d’appels au secours. Des interventions ponctuelles pour le remplacement de pièces défectueuses peuvent également être incluses au contrat.

Le contrat doit non seulement comprendre une obligation de dépannage mais aussi une assistance aux personnes. Ainsi le déblocage de personnes coincées dans l’ascenseur doit pouvoir intervenir 7j/7 et 24h/24, c’est à dire à toute heure du jour et de la nuit. Le contrat précise le délai sous lequel cette intervention est réalisée.

Signé pour une durée minimale de 1 an, éventuellement renouvelable, le contrat d’entretien engage la responsabilité de l'ascensoriste qui doit disposer d’une assurance professionnelle, respecter les clauses du contrat et consigner toutes ses interventions dans le carnet d’entretien.


Quelles sont les pannes les plus fréquentes ?

Tout type de panne peut arriver sur un ascenseur et le propre de la panne est d’être imprévisible. Toutefois, statistiquement, un certain nombre de pannes arrivent plus souvent que d’autres et nécessitent l’intervention de l’ascensoriste. Parmi les pannes les plus fréquentes, se trouvent :

 Les portes bloquées 

Cette panne arrive d’autant plus souvent que l’ascenseur est très utilisé, par exemple dans une copropriété avec de nombreux étages et logements, ou en présence de professionnels recevant une clientèle ou une patientèle nombreuse.

En effet, les portes sont les éléments de l’ascenseur qui sont les plus sollicités. S’ouvrant et se refermant de façon répétée à chaque utilisation, elles subissent une usure naturelle qui entraine parfois un dysfonctionnement. La panne peut d’ailleurs toucher aussi bien les portes intérieures que les portes extérieures. Les portes peuvent être bloquées fermées, mais aussi ouvertes.

=> Ce qu’il faut éviter de faire : forcer l’ouverture/ fermeture des portes.

La surcharge

La surcharge de l’ascenseur se manifeste par un arrêt de ce dernier. En effet, dès lors que le poids maximal autorisé est dépassé, l’ascenseur peut se mettre automatiquement en sécurité et s’arrêter.

=> Ce qu’il faut éviter de faire :  appuyer sur tous les boutons

La panne de cartes électroniques

Les ascenseurs équipés de cartes anciennes ont un plus fort risque de panne que les autres. En effet, les cartes électroniques sont d’autant plus fragiles qu’elles sont anciennes. Elles sont susceptibles d’intervenir lors de fortes variations de conditions climatiques, par exemple lors de fortes chaleurs car les composants de ces cartes ne parviennent plus à fonctionner. A noter qu’à l’inverse, lors de froid intense, ce sont les systèmes hydrauliques de l’ascenseur qui risquent de tomber en panne, à cause du gel.

Bien d’autres pannes peuvent intervenir, bloquant l’ascenseur ou empêchant de l’utiliser : panne d’électricité, ascenseur qui ne s’arrête pas au bon étage, etc. Parfois la panne n’engendre qu’un simple désagrément mais n’empêche pas l’appareil de fonctionner : vibrations ou balancements quand la cabine se déplace, bruits de la cabine ou des portes quand on les ouvre ou qu’on les ferme, à-coups, etc.

Quel coût pour l’entretien d’un ascenseur ?

Pour un ascenseur de 4 places dans un immeuble de 6 étages, le prix du contrat d’entretien peut varier de 1500 à 2500 euros par an.

Ce prix peut être bien supérieur dès lors que le délai d’intervention est très réduit ou si le contrat propose des prestations complémentaires.


Comment signaler une panne ?

En cas de dysfonctionnement de l’ascenseur, il faut sans tarder en avertir le syndic, de préférence par courrier. A réception, le syndic demande au prestataire d’intervenir pour un dépannage.

Si une personne est bloquée à l’intérieur, elle bénéficie même en cas de panne de secteur d’un dispositif d’éclairage de secours qui lui permet de ne pas se retrouver dans le noir. Ainsi, elle peut appuyer sur le bouton d’appel ce qui lui permet de pouvoir être mis en relation avec le service d’assistance de l’ascensoriste titulaire du contrat d’entretien. Ce dernier pourra faire le nécessaire pour rassurer la personne, la guider et lui indiquer quel comportement avoir selon la situation tout en prenant les renseignements utiles pour son intervention.

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande