Ventiler un parking : comment et quelles solutions ?

Dans le cadre de bâtiments d’habitations collectives, le stationnement des véhicules est fréquemment proposé. Il peut alors être pensé en extérieur, sur un terrain jouxtant la construction ou plus rarement au-dessus de la construction, ou en intérieur. Des réglementations sont d’ailleurs en vigueur, que ce soit en termes de qualité de l’air ou de risques afin d’y remédier et toute une panoplie de solutions matérielles est à disposition des constructeurs ou des syndics. Voici donc une étude concernant ce sujet et quelques exemples de réponses aux problèmes qui peuvent se poser.

Ventiler un parking : comment et quelles solutions ?

Les bâtiments concernés

Ce parc de stationnement peut donc concerner différents types d’immeubles en copropriété, selon qu’ils concernent des propriétaires résidents et des propriétaires bailleurs dans un cadre d’habitation, qu’il existe une mixité entre habitations et commerces ou services, ou que ces bâtiments collectifs ne concernent même que des commerces ou bureaux.

La plus grande nuance qui peut exister entre ces différents types de copropriétés, dans le cadre du parking, est qu’elles soient considérées ou non comme des ErP, c’est-à-dire des Etablissements recevant du Public.

 

A usage collectif, on peut aussi avoir affaire à un ensemble seul de garages, que ce soit pour des placements immobiliers ou, à proximité d’un immeuble, pour apporter une offre précise aux habitants de cet immeuble.

A noter que ce parking peut aussi se trouver sur plusieurs étages et compliquer, alors, la réalisation d’une ventilation.

Une autre complication est que ce parking peut contenir de simples places de stationnement, mais aussi des boxes individuels.

 


Ventilation naturelle ou mécanique

Selon le type de parking, il est donc possible de faire face aux besoins de ventilation par des moyens naturels ou mécaniques mais, en dessous du niveau de référence, la ventilation naturelle n’est quasiment plus possible, à moins de possibilités d’ouvertures à l’air libre périphériques largement dimensionnées, ce qui est peu probable. Ce niveau de référence se décrit par celui de la voirie desservant le bâtiment.

➢     Pour une ventilation naturelle, la ventilation cumulera des ouvertures hautes et basses pour la bonne circulation de l’air. Elles doivent présenter, chacune, une dimension minimale de 6 dm² par véhicule.

➢     Dans le cas d’une ventilation mécanique, le renouvellement de l’air sera jugé efficace pour 600 à 900 m3 par heure et par voiture aux heures de pointe (celle pendant laquelle la circulation est la plus intense dans le parking, généralement les heures précédant l’embauche et succédant à la débauche) avec une possibilité de vitesse réduite de moitié en dehors de ces heures. Elle doit aussi pouvoir fonctionner avec des fumées atteignant les 200° C pendant une heure.

 


Les objectifs de la ventilation de parking

Cette ventilation est là pour éviter toute stagnation de gaz nocifs, notamment ceux en relation avec les gaz d’échappement, et apporter un renouvellement de l’air suffisant pour compenser. Il faut donc veiller à ne pas dépasser les seuils tolérés en monoxyde de carbone (véhicules essence) ou dioxyde d’azote (véhicules diesel) et, dans le cas contraire, que des mesures d’urgence puissent être prises.

Mais, attention, ce n’est pas là son seul rôle puisque, en cas d’incendie par exemple, il faudra que cette ventilation puisse permettre un désenfumage efficace, sans accroître le phénomène de flammes.

 

Les spécificités du matériel

Si une étude préalable permettra de mieux définir les contraintes qui vous seront imposées selon le trafic qui peut être relevé dans ce parking, il existe différents types de matériels répondant aux obligations, en fonction de l’analyse effectuée :

➢     ventilation avec commande automatique : un principe qui peut fonctionner en petite et en grande vitesse et qui se déclenche seul en fonction de la détection de monoxyde de carbone ;

➢     ventilation avec commande semi-automatique : le semi-automatisme provient du fait que son fonctionnement se fait par horloge pour les heures de pointe repérées et en mode détection le reste du temps, avec des principes de petite ou de grande vitesse ;

➢     ventilation par horloge : la petite et la grande vitesse sont aussi présentes, mais le fonctionnement est seulement décidé par une horloge à régler, sans prendre en compte la détection de monoxyde de carbone.

Ce sont généralement les types de parking qui feront que tel ou tel matériel sera choisi plutôt qu’un autre. Dans le cas d’un parking privatif de copropriété, la commande automatique est le procédé généralement retenu. La commande par horloge est plutôt destinée aux parkings de centre-ville ou de centres commerciaux et celle semi-automatique à des parkings utilisés ponctuellement, comme ceux d’un parc d’exposition, d’un lieu de spectacles, etc.

 


Les normes acoustiques

Attention cependant que, pour pallier à ce renouvellement d’air, ne soient pas enfreintes les lois sur le bruit. La circulaire du 3 mars 1975, article 21 fait apparaître ce risque : “Le parc sera construit, équipé et exploité de façon que son fonctionnement ne puisse pas être à l'origine de bruits ou vibrations susceptibles de compromettre la santé ou la sécurité du voisinage ou constituer une gène pour sa tranquillité.” Il indique donc de choisir le matériel en tenant aussi compte de ses décibels ou de l’isoler en conséquence afin de ne pas déroger à la règle.

 

La réglementation sur le matériel de ventilation de parkings

➢     La toute première réglementation entrée en vigueur pour les ventilateurs destinés à l’extraction des fumées et de la chaleur est celle européenne notifiée CE à la norme de protection contre les incendies NF EN 12101-3. L’absence de cette norme indiquerait une sécurité moindre.

➢     Il faut y ajouter la Directive ErP (Energy related Products) 2009/125/CE qui apporte des exigences en termes de calcul de rendement global pour les ventilateurs d’une puissance entre 125 W et 500 kW par le règlement n° 327/2011 du 30 mars 2011, et en termes d’écoconstruction par le règlement n° 640/2009 et qui indique que, depuis le 1er janvier 2017, les moteurs électriques à induction triphasés à cage d’écureuil (asynchrones) entre 0,75 kW et et 375 kW devront être IE3 (rendement très élevé) ou IE2 (rendement élevé) avec variateur de vitesse.

Le principe des deux vitesses, sans être obligatoire, est recommandé, justement dans cette optique de réduction du bruit en dehors des nécessités.

 

La réglementation concernant les ventilations des parkings

Différentes réglementations peuvent intervenir dans le cadre d’un parc de stationnement lié à un immeuble collectif. En voici les plus grands points.

 

Circulaire du 3 Mars 1975
Les principaux éléments de cette circulaire, concernant la ventilation sont ceux-ci :
“Dans chaque compartiment du parc les valeurs limites de concentration en monoxyde de carbone sont fixées comme suit :
- La teneur moyenne calculée sur toute période de huit heures consécutives ne devra pas dépasser 50 ppm.
- La teneur moyenne calculée sur toute période de vingt minutes ne devra pas dépasser 100 ppm.
- La teneur instantanée ne devra pas dépasser 200 ppm.
- Lorsqu'un parc est susceptible d'admettre des véhicules à moteur Diesel sur plus de 30 p. 100 de sa surface, la fixation d'une valeur limite pour d'autres polluants pourra être imposée.”
Cette circulaire ajoute que cette ventilation peut être naturelle ou mécanique, mais automatiquement mécanique si plusieurs niveaux ou en dessous du niveau de référence.
Des commandes manuelles doivent pouvoir prendre la priorité si nécessaire pour arrêter et relancer le système avec des emplacements décidés par les services Incendie.
Pour la surveillance du taux de monoxyde de carbone, elle sera automatique au-dessus de 500 véhicules avec une liaison directe avec le fonctionnement de la ventilation et la détection d’un signal d’urgence et pourra être manuelle dans le cas contraire mais régulièrement suivie en cas de doute.
Le bruit est un autre élément de cette circulaire comme déjà noté précédemment.

Avis du 14 Décembre 1998
Il prend en compte que le monoxyde de carbone n’est pas le seul élément polluant des véhicules mais que le dioxyde d’azote caractérise, pour sa part, les véhicules diesel. Cependant, la France étant reconnue comme ayant un parc routier avec moins de 50 % de véhicules diesel et le parking étant généralement inférieur à 500 véhicules dans le cas d’une copropriété, les chiffres à retenir sont :
“la teneur en CO ne doit pas dépasser les valeurs suivantes : 50 ppm (60 mg/m³) sur toute période de 30 minutes, 90 ppm (100 mg/m³) sur toute période de 15 minutes, 150 ppm (170 mg/m³) en valeur instantanée”.

 

Arrêté type rubrique 331 bis
Il entre en vigueur pour les parkings de plus de 6 000 m² et de moins de 20 000 m².
On y retrouve les notions déjà vues d’obligation de ventilation mécanique si une ventilation naturelle ne peut apporter le nécessaire, avec les chiffres de 6 dm² par véhicule en naturel et de 600 m3/h par véhicule en mécanique et la tenue pendant 1 heure contre la fumée à 200° C.

 

Arrêté du 9 Mai 2006
Il s’adresse aux parkings pouvant recevoir du public. Ce ne sera pas fréquemment le cas dans les copropriétés mais c’est quand même possible, notamment si des commerces ou services existent dans l’immeuble.
Les normes de ventilation naturelle sont de 6 dm²/véhicule et de 600 m3/h par véhicule en mécanique, en présence de systèmes d’extinction automatiques type sprinkleurs et de 9 dm²/véhicule et de 900 m3/h par véhicule en mécanique, en absence de sprinkleurs.

 

Arrêté du 30 Décembre 2011
Il concerne le cas des immeubles de Grande Hauteur. Cette notion de Grande Hauteur se rapporte aux bâtiments à usage d’habitation de plus de 50 mètres de haut et de plus de 28 mètres pour les autres.
La détection de l’incendie doit, ici, être généralisée et un poste central de sécurité incendie doit regrouper les commandes manuelles de désenfumage.

 

Arrêté du 31 Janvier 1986 modifié
C’est certainement l’un des plus importants puisqu’il est en rapport avec la ventilation et le désenfumage dans le cas de parking de bâtiments d’habitation.
Il reprend cependant les chiffres vus précédemment en matière de normes concernant les ouvertures naturelles ou le débit de la ventilation.

Il faut préciser que, pour des parkings de petite taille, moins de 100 m², et pour 5 à 8 véhicules, aucune norme n’est alors requise.

 


Le matériel de ventilation et son entretien

Un certain nombre de matériels répondent notamment à la norme EN 12101-3 et, par exemple, un certain nombre de marques françaises et européennes de très bonne réputation. Il ne faut pas négliger, une fois le matériel installé, le contrat de maintenance sur ce matériel qui devra être régulièrement entretenu pour assurer son bon fonctionnement en toute occasion. Un contrôle, un nettoyage et des essais réguliers sont demandés pour la ventilation mécanique.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande