Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Bien dimensionner sa VMC en copropriété

L’installation d’une VMC est primordiale pour garantir une ventilation de qualité au sein d’un bâtiment. Les copropriétés sont concernées. À partir de 500 €, l’installation d’une VMC est possible, cependant, l’enjeu de la VMC en copropriété est de savoir comment bien dimensionner sa VMC pour que l’utilisation soit optimale.

Bien dimensionner sa VMC en copropriété
Bien dimensionner sa VMC en copropriété

L’installation d’une VMC est primordiale pour garantir une ventilation de qualité au sein d’un bâtiment.

Les copropriétés sont concernées.

À partir de 500 €, l’installation d’une VMC est possible, cependant, l’enjeu de la VMC en copropriété est de savoir comment bien dimensionner sa VMC pour que l’utilisation soit optimale.

 

Les avantages de la VMC

La VMC ou Ventilation Mécanique Contrôlée est un moyen d’aérer un bâtiment afin d’extraire l’air vicié des pièces et donc le renouveler.

Cet équipement est indispensable pour permettre le bon état des habitations.
En effet, une mauvaise ventilation dans un appartement ou bien dans une maison peut provoquer des dégâts considérables liés surtout à l’apparition d’humidité dans l’air.

 

L’humidité est à la fois néfaste pour les habitants ainsi que pour le logement en lui-même.

Sur le plan sanitaire, un air humide peut entraîner des pathologies respiratoires conséquentes.

Au niveau du bâti, une humidité importante dégrade fortement les supports, la décoration et provoque également une nécessité d’augmenter les radiateurs afin de tenter d’assécher les murs, créant ainsi une facture de chauffage plus conséquente.

 

La VMC est aussi utile pour assainir l’air des microbes, des particules présentes et de la pollution intérieure en apportant de l’air neuf au sein de l’habitacle.

De plus, la VMC permet également de pouvoir évacuer les odeurs directement à l’extérieur comme ce peut être le cas dans la cuisine ou encore dans les toilettes.

 


Le choix de la VMC

Il faut savoir qu’il existe plusieurs modèles de VMC.

En effet, il est possible de distinguer deux grands types de VMC qui sont les plus courants sur le marché.

On peut alors citer :

  • La VMC simple flux ;
  • La VMC double flux.

 

La différence entre ces deux VMC repose principalement sur le principe de fonctionnement.

Une VMC simple flux a pour unique but d’extraire l’air vicié d’une pièce afin de le rejeter à l’extérieur.
Il s’agit d’un modèle de fonctionnement basique qui répond à des besoins primaires, à savoir la ventilation et le brassage de l’air.

 

La VMC double flux reprend quant à elle les caractéristiques de la VMC simple flux. Toutefois, elle est reliée à un deuxième conduit qui permet, en plus d’extraire l’air, d’en apporter un propre, en provenance directe de l’extérieur.

L’avantage majeur de cette clim est la possibilité de renouveler l’air d’une pièce en une seule étape.

Le principe de double flux est intelligent car l’air neuf passe par le module principal de la VMC qui est généralement placé dans les combles, pour être mis à température afin de ne pas avoir de déperditions de chaleur à l’intérieur.

 

Toutefois, il faut aussi noter qu’il existe aussi des VMC hygroréglables.

Elles sont principalement en fonctionnement simple flux et se déclenchent automatiquement dès que l’hygrométrie de l’air ambiant dépasse un certain seuil.

L’intérêt de ce modèle est la possibilité d’éviter l’apparition de l’humidité à tout moment dans la pièce sans aucune action de la part de l’utilisateur.

 


Les intérêts de bien dimensionner la VMC

Le dimensionnement de la VMC est une étape indispensable lors de son installation.

Cela consiste à trouver la bonne puissance de VMC, c’est-à-dire le débit d’extraction d’air, exprimé en m³ / h, ainsi que du nombre d’éléments nécessaires à sa bonne utilisation au sein de l’habitation et même, dans ce cas, au sein de la copropriété.

Ces éléments sont entre autres le kit d’extraction qui diffère d’un logement à l’autre, mais aussi des entrées d’air qui doivent être adaptées à l’installation.

 

Le dimensionnement permet ainsi de pouvoir profiter de l’efficacité optimale de la VMC et donc profiter pleinement des atouts et du confort de l’investissement dans ce type d’appareil.

 

Calcul du dimensionnement de la VMC

Dans le logement collectif comme c’est le cas en copropriété, le calcul du dimensionnement de la VMC est important et doit prendre en compte de nombreux facteurs.

Cette étude s’établit en plusieurs étapes.

  • La lecture du Cahier des Clauses Techniques Particulières ;
  • La consultation des plans afin de repérer l’intégralité des éléments techniques qui peuvent être utiles pour l’installation de la VMC ;
  • La schématisation du projet ;
  • Le calcul des pertes de charges.

 

Faire confiance à un professionnel relève d’un intérêt majeur à savoir qu’il s’occupe intégralement de l’ensemble de cette étude préalable, indispensable au bon fonctionnement de la VMC au sein de la copropriété.

 

Tableaux de puissances VMC

Il faut savoir que pour chaque modèle de VMC, il est possible de regrouper les différentes puissances nécessaires en fonction des configurations d’habitations dans des tableaux.

Ainsi, il est possible de se rendre compte de manière indicative de la puissance de VMC qu’il sera nécessaire d’acquérir.

Néanmoins, le calcul par un professionnel reste nécessaire.

 

Les débits d’extraction réglementaires nécessaires aux VMC sont décrétés par l’Arrêt du 28 octobre 1982.

 

Dimensions réglementaires

Le tableau ci-dessous reprend donc les débits nécessaires pour chacune des pièces selon les types de logements :

 

Débits d’extraction réglementaires minimaux en m³ / h

Type de logement

Débit global

Débit cuisine

Débit salle de bains / douche

Débit SDB supplémentaire

Débit pour un WC dans l’habitation

Débit pour plusieurs WC dans l’habitation

T1

35

20

15

15

15

15

T2

60

30

15

15

15

15

T3

75

45

30

15

15

15

T4

90

45

30

15

30

15

T5

105

45

30

15

30

15

T6

120

45

30

15

30

15

T7

135

45

30

15

30

15

 


Choix du kit de VMC

Les choix du kit d’extraction ainsi que des entrées d’air sont des éléments indispensables lors de l’installation de VMC.

L’appareillage doit être adapté au profil de l’habitation pour permettre un fonctionnement optimal.

 

Pour connaître le kit nécessaire, il convient d’adapter ce dernier au nombre de sanitaires dans l’habitation ainsi que pour la cuisine.

 

Choix d’appareil d’une VMC simple flux

Une VMC simple flux requiert un certain débit d’extraction. Le tableau ci-dessous expose donc le débit selon la composition sanitaires d’un logement :

 

 

Débit d’extraction en m³ / h

Puissance minimale

Puissance nominale

Nombre de sanitaires

2

3

4

2

3

4

Cuisine

45

45

45

135

135

135

Sanitaires

2 x 30

3 x 30

3 x 30 + 1 x 15

2 x 30

3 x 30

3 x 30 + 1 x 15

Total

105

135

150

195

225

240

 

Choix d’appareil d’une VMC double flux

A l’instar de la version précédente, la VMC double flux possède elle aussi ses propres débits qui diffèrent selon la composition du logement au sein duquel elle est installée.

Le tableau qui suit reprend donc ces caractéristiques :

 

 

 

Débit d’extraction et d'insufflation en m³ / h

Puissance minimale

Puissance nominale

 

Nombre de sanitaires / Nombre de pièces principales

3 / 4

4 / 5

5 / 7

3 / 4

4 / 5

5 / 7

 

 

Extraction

Cuisine

45

45

45

135

135

135

Sanitaires

2 x 30

1 x 15

2 x 30

2 x 15

2 x 30

3 x 15

2 x 30

1 x 15

2 x 30

2 x 15

2 x 30

3 x 15

Total

105

135

150

195

225

240

 

 

Insufflation

Séjour

2 x 25

2 x 25

3 x 25

2 x 50

2 x 50

3 x 50

Chambre

3 x 25

4 x 25

6 x 25

3 x 25

4 x 25

6 x 25

Total

125

150

225

175

200

300

 

L’implication de la copropriété

L’installation d’une VMC en création est une étape importante de travaux qui est néanmoins nécessaire.

Le chantier peut être important si aucun conduit n’est existant afin de permettre le passage des gaines de la VMC.

 

Il se peut que la pose de la VMC relève d’une décision collective ou bien d’une décision individuelle.

Lors d’une décision par un copropriétaire désireux de poser une VMC dans son lot, l’intégralité des travaux sont à sa charge exclusive.

Il se peut que, selon le règlement intérieur de la copropriété, ces travaux soient soumis à un accord préalable de la copropriété.

Il faut donc se renseigner pour éviter tout litige.

 

Dans le cas d’une décision collective, à savoir, du syndic de copropriété, dans le but d’améliorer les performances de la copropriété ou encore pour accroître le confort des copropriétaires, la décision doit être votée en assemblée générale.

Le vote pour l’installation d’une VMC s’établit à la majorité de l’article 25 du Code de la copropriété, c’est-à-dire la majorité absolue.

Il s’agit en effet de travaux d’amélioration.

 

Si le cas d’un remplacement de VMC se présente, il s’agit de travaux de maintenance qui sont donc votés à la majorité simple, celle de l’article 24.

 

Prix d’installation de la VMC

Le prix d’installation d’une VMC est un facteur grandement variable.

Il est principalement impacté selon le type de fonctionnement de l’appareil.

Il est vrai que le principe double flux est bien plus onéreux que le simple, mais le tarif de l'équipement dépendra aussi de son dimensionnement.

Il est naturel que plus le kit de VMC est puissant et plus le prix sera élevé.

 

Les tarifs cités ci-après sont à titre indicatif et ne concernent l’installation que d’un seul logement.

 

Type de VMC

Prix pose comprise

Simple flux

350 à 850 € HT

Simple flux hygroréglable

500 à 1 400 € HT

Double flux

3 500 à 9 000 € HT

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi