Comment financer des travaux de rénovation en copropriété ?

Idéale pour baisser les charges, la rénovation d’un immeuble est ralentie par un frein : trouver les aides pour financer les travaux de copropriété.

Comment financer des travaux de rénovation en copropriété ?
Comment financer des travaux de rénovation en copropriété ?

Financer les travaux de copropriété : mode d’emploi

Efficaces pour éviter le gaspillage d’énergie tout en valorisant le bien immobilier, les travaux de rénovation énergétique ont de multiples avantages pour une copropriété. Cependant, leur mise en œuvre peut devenir un parcours du combattant : comparer des devis, réunir le budget nécessaire, demander des subventions, etc. En sollicitant un interlocuteur spécialisé dans la réalisation et le financement des travaux, les copropriétaires peuvent économiser du temps et de l’argent.

 

Grâce aux dispositifs en place, de nombreux projets peuvent être pris à charge à 100 %, sans avance de frais et sans compromis sur la qualité des interventions.

 

Une rénovation énergétique qui a un coût

Les travaux de rénovation d’un bâtiment sont un des moyens principaux pour baisser les charges énergétiques de copropriété, qui augmentent chaque année. En moyenne, les foyers dépensent 1 800 € par an en charge de copropriété et l’énergie y joue le rôle le plus important ; viennent ensuite les honoraires du syndic et la rémunération du personnel de la résidence.

 

Seulement, les travaux de rénovation peuvent vite engendrer de fortes dépenses pour les copropriétaires. Par exemple :

- L’isolation des sous-planchers bas dans un parking, une cave ou des locaux de poubelles ou vélos coûte en moyenne 15 000 € pour une surface de 500 m².

- L’isolation thermique par l’extérieur peut facilement atteindre des montants au-delà de 100 000 €.

 

Le coût de ces travaux peut parfois être un frein à leur réalisation, mais ils permettent de lutter contre le gaspillage et de valoriser le bâtiment. Ce que le public ne sait pas forcément, c’est qu’ils peuvent être financés jusqu’à 100 % par le dispositif des Certificats d’Économies d'Énergie (CEE).

 


Le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie

Le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (« CEE » ou « C2E ») a été créé en 2006, grâce à la loi POPE du 13 juillet 2005. Le but est de faire baisser la consommation nationale d’énergie, notamment en rénovant les bâtiments énergivores (logements, usines, bureaux etc.) :

- Amélioration de l’isolation

- Remplacement d’équipements anciens

- Mise en place d’outils de suivi

- Etc.

Le principe : chaque opération de rénovation entraîne une certaine économie d’énergie sur le long terme. Un certificat d’économies d’énergie correspond à une quantité d’énergie économisée.

 

Ces CEE vont ensuite être rachetés par les fournisseurs d’énergie (carburant, électricité, gaz…), appelés les « obligés », car l’État leur impose cette contribution financière à la transition énergétique.

 

En échange des certificats, les obligés versent une prime CEE qui allège le coût des travaux jusqu’à 100 % (prix du devis totalement pris en charge), soit en amont du chantier —  pas d’avance de frais —, soit après sa réalisation. L’entreprise de travaux est rémunérée grâce au reste à charge éventuel des travaux, ainsi que par la prime des obligés.

 

Voici plusieurs exemples de rénovation en grande partie financés pour les copropriétés :

- Le calorifugeage : isolation des tuyaux d’eau chaude sanitaire et tuyaux de chauffage. Souvent en mauvais état, la remise à neuf de l’isolant permet une économie de chauffage allant jusqu’à 10 %. Opération BAR-TH-160.

 

- Isolation des points singuliers : l’isolation est réalisée à l’aide de housses isolantes amovibles. Une technique simple et rapide à mettre en place, complémentaire au calorifugeage. Opération BAR-TH-161.

 

- Isolation des sous-planchers bas : située sous une partie chauffée, l’isolation limite les déperditions par le sol de la résidence (caves, garages, parties communes). Cette isolation entraîne également un gain énergétique de 10 %. Opération BAR-EN-103.

 

- Isolation des combles : bien connue des propriétaires de maisons, l’isolation des combles perdus est aussi valable pour les copropriétés. Il s’agit de l’opération avec le plus gros gain énergétique : jusqu’à 30 % des pertes de chaleur proviennent de la toiture. Opération BAR-EN-101.

  


Les autres aides existantes pour financer les travaux en copropriété

 

Il existe également un certain nombre d’autres dispositifs pour aider les copropriétaires à financer ces travaux, quelques uns soumis à une condition de ressources. Leur montant, leur mode de calcul et la démarche pour les obtenir varient.

 

- MaPrimeRénov’Copro : c’est la grande nouveauté 2021 en matière de financement des projets de rénovation énergétique. MaPrimeRénov’ Copropriété vise à encourager la rénovation globale, c’est-à-dire un maximum d’actions en une seule démarche (isolation des parois, nouveau système de chauffage, ventilation, etc.). Conditions : un gain énergétique de 35 % au minimum, et un accompagnement par un opérateur d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO). Le montant couvre 25 % du coût des travaux.

- L'éco-prêt à taux zéro individuel ou collectif (éco-PTZ) : prorogé jusqu’au 31 décembre 2022, ce prêt est accordé par l’une des banques ayant signé une convention avec l’État.

- Les aides locales ou territoriales (auprès des collectivités) : il convient de se renseigner auprès de la commune, du département ou de la région.

 

Bon à savoir : la prime CEE est cumulable avec Ma Prime Rénov’, l’éco-PTZ et les aides locales.

 

Selon le type d’opération, la qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) du professionnel s’avère indispensable pour bénéficier de l’aide désirée.

 

Rénovation d’une copropriété : comment se faire accompagner ?

 

Des spécialistes en efficacité énergétique peuvent mener à bien les projets de rénovation d’un immeuble. Sur copropriete.hellio.com par exemple, des équipes accompagnent les copropriétés du financement à la réalisation du chantier.

 

  1. Une fois inscrit sur le site, la personne intéressée est contactée par un conseiller en énergie.
  2. Ensuite, un technicien effectue une visite à la résidence afin de prendre les mesures nécessaires dans les parties communes (parking, caves, locaux des poubelles, combles perdus, etc.).
  3. Les équipes présentent au syndic de copro et aux copropriétaires les solutions de rénovation et de financement les plus adaptées au(x) bâtiment(s).
  4. Une fois le devis à tarif avantageux accepté, les travaux sont réalisés par des artisans qualifiés. Le chantier est finalement nettoyé et la copropriété profite d’un confort thermique optimisé.

 

Pour se faire rappeler, il suffit de remplir quelques informations sur le formulaire de contact, sans engagement.

Devis et information

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur HELLIO et ses produits ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi