La VMC simple flux : fonctionnement, installation, entretien et prix

La construction de bâtiment neuf implique obligatoirement la mise en place d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC). De nombreux systèmes différents existent et peuvent être installés dans une copropriété en construction ou dans un immeuble en rénovation. La VMC simple flux est une solution de renouvellement de l’air à l’intérieur des appartements qui est largement utilisée en rénovation et en construction.

Les VMC : une obligation réglementaire

Si la ventilation d’un logement est essentielle pour la qualité de vie des résidents, il s’agit également d’une obligation réglementaire concernant notamment tout logement construit depuis 1982. Est ainsi exigé : « une aération générale et permanente ». De plus, la loi exige des débits d’air qui soient respectés par les systèmes de ventilation mécanique contrôlé.

Si ces lois sont nées il y a plusieurs décennies, c’est parce que les immeubles récents, lorsqu’ils sont construits, sont équipés de système d’isolation bien plus performant. Or, les anciens bâtiments, moins bien isolés, laisser passer des courants d’air qui permettaient une isolation naturelle des logements, plutôt qu’un flux d’air forcé.

Ainsi, si l’immeuble de votre copropriété a été construit avant 1982, la mise en place d’une VMC ne sera pas obligatoire mais est fortement conseillé quand même, notamment si vous effectuez des travaux de rénovation.

 


Fonctionnement d’une VMC simple flux

En termes de ventilation mécanique contrôlée, une VMC simple flux s’installe plus facilement qu’une VMC double flux, tout particulièrement en cas de travaux de rénovation dans une copropriété. Son usage permet de renouveler l’air d’une pièce humide ou d’un logement afin d’assurer la qualité de l’air respiré et d’assurer un confort de vie. En effet, l’installation d’un système de ventilation mécanique contrôlée permet de lutter efficacement contre les problèmes d’humidité.

 

Cette accumulation d’humidité dans les logements est en grande partie due au fonctionnement d’appareils ménagers comme le sèche-linge et l’utilisation de la douche ou de la baignoire dans la salle de bain ou encore la préparation de repas dans la cuisine. Mais l’accumulation d’humidité est également causée par la simple respiration humaine.

 

La VMC simple flux se compose :

  • d’un dispositif d’entrée d’air (situé dans le salon, les chambres, etc.) ;
  • d’un dispositif de sortie d’air (salle de bains, cuisine, WC, buanderie, etc.) ;
  • et d’un moteur ou extracteur électrique (combles, etc.).

 

VMC simple flux

Avantages

Inconvénients

  • renouvellement de l’air (indispensable pour que nous puissions respirer) ;
  • évacuation des polluants s’accumulant dans l’air ;
  • élimination des mauvaises odeurs ;
  • expulse l’humidité ;
  • élimine le gaz comme le monoxyde de carbone ;
  • entretien relativement simple ;
  • prix attractif ;
  • consommation électrique peu élevée ;
  • donne aux appareils de chauffage à combustion suffisamment d’oxygène pour qu’ils fonctionnent en toute sécurité ;
  • faible encombrement de l’équipement.
  • aucune fonction de filtration de l’air provenant de l’extérieur ;
  • aucun système de chauffage de l’air extérieur pénétrant dans le logement possible (refroidi une pièce en hiver) ;
  • déperditions énergétiques assez importantes ;
  • à des incidences sur la facture de chauffage ;
  • effets de courant d’air froid possible.
 

 


Le débit d’air d’une VMC simple flux

Pour connaître le débit d’air adéquat aux différents appartements que vous souhaitez équiper par une VMC simple flux au sein de la copropriété, il convient d’effectuer le calcul suivant :

 

Le débit d’air = le volume d’air en m3 diffusé par l’appareil en une heure (h)

 

Il sera toutefois nécessaire de prendre en compte que les principales pièces ayant besoin d’être ventilées sont les cuisines, les buanderies et bien entendu, les salles de bains. En effet, un débit d’air trop important aura pour conséquence l’assèchement de l’air, ce qui pourra ensuite être source d’inconfort pour les résidents. Un professionnel sera en mesure d’effectuer un calcul précis qui vous permettra de choisir le modèle de VMC correspondant réellement aux besoins des résidents de la copropriété. L’installateur bénéficiera notamment d’un anémomètre pour effectuer cette mesure.

 

Choisir une VMC en copropriété

S’il est conseillé aux copropriétés d’opter pour un système de ventilation double flux qui permet de limiter les déperditions énergétiques, mais en plus de récupérer jusqu’à 90 % des calories présentes dans l’air extrait du logement, ce type d’installation n’est pas toujours possible, notamment dans le cadre de la rénovation.

 

Concernant la VMC simple flux, privilégier la VMC simple flux hygroréglable aux modèles standards. Si ces derniers sont les moins chers du marché, ils sont toutefois la source du plus grand nombre de déperditions énergétiques. Toutefois, une VMC autoréglable conviendra parfaitement dans un vieil immeuble où isolation et étanchéité sont peu performantes. A l’inverse, si la copropriété décide de procéder à des travaux de l’amélioration de ce même bâtiment, privilégiez la VMC simple flux hygroréglable.

 

Pour bien choisir le modèle de VMC simple flux, il faudra notamment prendre en compte sa consommation électrique. Pour les logements, il existe :

  • des systèmes de VMC basse consommation ;
  • et des systèmes de VMC microwatt.

Ces deux types de modèles sont particulièrement recommandés pour les copropriétés puisqu’ils permettent de faire des économies d’électricité par rapport à d’autres modèles.

 

Consommation électrique des différents modèles de VMC simple flux

Modèles

Consommation

extracteur classique

45 W

extracteur micro watt

< 15 W

 

Les économies d’énergie réalisées sur une année correspondent environ à 40 €, soit environ 260 kWh/an.

 

Le bruit sera également un critère de choix important selon l’emplacement de ce moteur ou extracteur électrique. Les modèles les plus silencieux sont les VMC simple flux compactes. Le nombre de piquages nécessaire sera défini par la configuration de l’appartement : 3 à 6 piquages selon les modèles.

 

Si vous souhaitez envisager toutes les possibilités de la copropriété, consultez également notre guide : VMC double flux : fonctionnement, prix et intérêt.

 

Vote de l’assemblée générale

Afin d’assurer le renouvellement de l’air dans une copropriété en équipant les logements d’une VMC simple flux, nécessitera, dans le cadre d’une rénovation de l’immeuble, l’aval des copropriétaires. Dans le cadre d’une construction, c’est le promoteur immobilier qui prend cette décision.

Trois cas sont à identifier pour avoir la majorité nécessaire en assemblée générale pour l’installation d’un système de VMC simple flux dans une copropriété.

 

 

 

Type de travaux

Majorité nécessaire

Explications

remplacement d’une VMC simple flux existant par un modèle équivalent

majorité de l’article 24

voix des copropriétaires présents ou représentés

installation complète d’une VMC simple flux respectant les exigences du règlement de copropriété

majorité de l’article 25

voix de tous les copropriétaires présents, représentés ou absents

majorité de l’article 24

si au moins un tiers des voix de tous les copropriétaires présents, représentés ou absents est atteint lors du premier tour, un deuxième tour pourra être organisé à la majorité des voix des copropriétaires présents ou représentés, excluant alors les copropriétaires absents

installation complète d’une VMC simple flux Ne respectant PAS les exigences du règlement de copropriété

majorité de l’article 25

valable uniquement dans l’hypothèse où la mise en place du système permet de réaliser des économies d’énergie, ce qui sera le cas de certains modèles de VMC double flux, mais n’est pas le cas d’un système simple flux

 


La VMC simple flux autoréglable

Il s’agit du modèle classique par excellence. La VMC simple flux autoréglable est le système de ventilation le moins cher du marché. Son fonctionnement consiste à créer une dépression à l’intérieur du logement, provoquée par l’extracteur qui éconduit l’air intérieur vers l’extérieur. En créant un mécanisme de dépression, l’air extérieur entre dans le logement afin de permettre le renouvellement de l’air.

 

Ce type de système ne prend en aucun cas compte du taux d’humidité à l’intérieur du logement. Avec une VMC simple flux autoréglable, le débit reste constant jour et nuit.

 

Comptez entre 400 € TTC (fourniture et pose pour un logement neuf) et 700 € TTC (fourniture et pose pour un logement en rénovation).

 

VMC simple flux autoréglable

Avantages

Inconvénients

  • solution la moins coûteuse
  • fonctionnement simple
  • faible entretien nécessaire
  • réglage manuel
  • déperdition énergétique
  • augmentation de la facture de chauffage
  • mauvaise isolation acoustique au niveau des entrées d’air
  • sensation de courants d’air
  • fonctionne en permanence
  • consomme plus d’électricité que tous les autres modèles de VMC
  • ne se régule pas en fonction du taux d’humidité dans la pièce
 

 

Les bouches d’un système de VMC autoréglable demeurent ouvertes de la même manière à tout moment sauf par réglage manuel. Ce dernier permet d’ajuster le débit d’air entrant et sortant de l’appartement. Attention, ce sera l’installateur qui procèdera à ce réglage lors de l’installation de la VMC. Il ne sera plus modifiable ensuite. Le clapet de réglage se situe en effet au niveau du caisson de la VMC.

Afin de procéder au bon réglage, le professionnel prendra en compte les besoins des résidents en fonction du nombre de pièces.

 

La VMC simple flux hygroréglable

La VMC simple flux hygroréglable propose deux types de fonctionnement :

  • la VMC simple flux hygroréglable de type A ;
  • et la VMC simple flux hygroréglable de type B.

 

Comptez entre 700 € TTC (fourniture et pose pour un logement neuf) et 1 200 € TTC (fourniture et pose pour un logement en rénovation).

 

VMC simple flux hygroréglable

Avantages

Inconvénients

  • variation du débit d’air entrant relative à la détection du taux d’humidité dans la pièce
  • isolation acoustique performante contre les nuisances sonores extérieurs
  • consomme moins d’électricité que les VMC double flux
  • prix attractifs amortis rapidement
  • permet des économies d’énergie électrique vis-à-vis d’un système autoréglable
  • déperdition énergétique
  • augmentation de la facture de chauffage
  • prix plus élevé qu’un modèle autoréglable
  • sensation de courants d’air
  • inefficace contre les polluants extérieurs

 

 

La VMC simple flux hygroréglable de type A fonctionne sur le même principe que la VMC simple flux autoréglable. Elle dispose en supplément de bouches d'extraction hygroréglables. Cette différence permet d’éviter que le système de ventilation fonctionne en continu même lorsque le taux d’humidité le rend inutile. Ainsi, une VMC simple flux hygroréglable de type A est en mesure de relever le taux d’humidité dans une pièce ou dans un logement et de ne se déclencher que lorsque cela est nécessaire.

Sachez que le type A de la VMC simple flux hygroréglable est peu utilisé en copropriété puisque que les grilles d’entrées d’air demeurent autoréglables.

 

VMC simple flux hygroréglable de type A

Avantages

Inconvénients

  • idéal pour évacuer l’humidité des pièces humides (salles de bains, cuisines, etc.) uniquement pendant leur utilisation
  • lorsque le logement est inoccupé, la VMC fonctionne moins, voire pas du tout
  • réduction des déperditions énergétiques par rapport à une VMC simple flux autoréglable
  • correspond davantage aux locaux tertiaires qu’aux bâtiments à usage d’habitation
 

 

La VMC simple flux hygroréglable de type B est, à l’inverse, privilégié en copropriété. En effet, celui-ci est équipée d’une fonction d'hygro réglabilité qui concerne aussi bien les grilles d’entrées d’air que les bouches d’extraction. Sa conception permet un renouvellement d’air adapté au volume nécessaire. Ce qui engendre la possibilité de faire des économies d’énergie importantes.

Si l’on parle d'hygro réglabilité, c’est parce que les grilles d’entrées d’air et les bouches d’extraction de l’air se règlent par elles-mêmes en fonction du taux d’humidité perçu.

 

VMC simple flux hygroréglable de type B

Avantages

Inconvénients

  • permet une véritable régulation de la mise en marche du système de ventilation
  • le débit d’air est régulé grâce au principe d’hygrométrie
  • modèle le plus employé dans les logements neufs jusqu’en 2010
  • les modèles basses consommations sont préférés à celui-ci depuis le début des années 2010
 

 

Les bouches à détection de présence

En copropriété, le choix des bouches à détection de présence est de plus en plus privilégié. On le retrouve sur les modèles de VMC simple flux hygroréglables. La détection de présence des résidents du logement permet de déclencher d’augmenter le débit d’extraction de l’air lorsqu’ils sont présents dans le logement. Cette détection déclenche et force l’ouverture maximale des bouches d’extraction.

C’est un système à installer idéalement dans une salle de bains et éventuellement dans les WC.

Cette technique permet de rendre autonome la ventilation des différentes pièces sans augmenter la vitesse de la VMC au niveau de toutes les pièces, et donc, de consommer davantage.

Attention toutefois, le système de détection de présence est équipé d’une pile qu’il faudra changer lorsqu’elle fatiguera.

 


Les bouches à ouverture manuelle

Il existe également un autre type de bouches d’extraction pour les VMC simple flux. Il s’agit des bouches d’extraction à ouverture manuelle. Si cette technique produit les mêmes effets que la détection de présence, c’est en actionnant un interrupteur ou une cordelette que le déclenchement de l’ouverture maximale se fera.

Le système de cordelette convient généralement bien aux petits appartements. Le système d’interrupteur implique quant à lui d’être relié au réseau électrique.

 

Prix d’une VMC simple flux

Différents critères permettent de déterminer le prix en fournitures d’une VMC simple flux. Ainsi, le modèle choisi dépendra notamment de la configuration des appartements et de leur taille. En effet, plus la surface à ventiler est grande, plus l’installateur devra rajouter de grilles d’entrées d’air et de bouches d’extraction.

De plus, si vous choisissez d’installer un système de VMC simple flux parce que le bâtiment est soumis à des problèmes d’humidité, la solution adaptée sera disponible à un tarif plus élevé.

 

Modèles

Prix TTC (hors pose)

Prix TTC (fournitures et pose)

VMC simple flux autoréglable

80 à 400 €

500 à 700 €

VMC simple flux hygroréglable

180 à 280 €

700 à 1 500 €

 

Dans une copropriété, le nombre de lots qui auront besoin d’être équipés par une VMC simple flux permettra aux copropriétaires de bénéficier d’une facture totale dont les prix à l’unité sont moins élevés. En effet, l’achat du même modèle en grand nombre permet de bénéficier de certaines réductions.

 

Les travaux à prévoir

Contrairement à l’installation d’une VMC double flux, la mise en place d’une VMC simple flux est beaucoup moins compliquée, raison pour laquelle elle est souvent choisi en rénovation dans les copropriétés. De plus, l’infrastructure du bâtiment ne permet pas toujours la mise en place du gainage indispensable à l’installation d’une VMC double flux.

 

Afin d’optimiser l’utilisation de vos systèmes simple flux dans une copropriété, leur emplacement doit être réfléchi. En effet, ce sont particulièrement la salle de bains et la cuisine qui sont concernées. Il sera notamment possible à un professionnel de prévoir une VMC simple flux dans la salle de bain qui s’allume en adéquation avec la lumière lorsque vous enclenchez l’interrupteur ou bien de prévoir un système de détection du taux d’humidité dans la pièce qui vous permet le fonctionnement de la VMC uniquement lorsqu’il est indispensable.

 

Pour en savoir plus, consultez notre guide : installer une VMC dans un immeuble.

 

Prix de pose d’une VMC simple flux

La configuration de la copropriété jouera un rôle important sur le prix de pose pratiqué par un professionnel. Pour l’installation d’une VMC simple flux, les professionnels pratiquent des prix compris entre 45 et 60 € de l’heure. A ce prix doit venir s’ajouter les frais de déplacement, qui seront optimisés dans le cadre d’une copropriété, puisque le professionnel s’occupera de tous les logements, sans avoir à appliquer des frais de déplacement propres à chaque logement.

 

Pour la pose d’une VMC simple flux, il est conseillé de choisir un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l'Environnement). Une étude technique pourra être réalisée à titre gracieux par de nombreux installateurs qui propose cette intervention afin d’établir un devis convenant parfaitement à vos besoins.

Lorsque le syndic de copropriété se charge de contacter différents professionnels pour la réalisation de travaux sur l’immeuble, il doit penser à demander aux installateurs s’ils disposent d’une assurance décennale. Ceux-ci devront être en mesure de lui délivrer une attestation si tel est le cas.

 

Comptez entre 500 et 2 000 € HT pour la pose d’une VMC simple flux pour un logement de la copropriété.

 

Durée des travaux

Type de fournitures

Temps de pose

module d’une VMC simple flux (installation)

½ journée à 1 journée

extracteur pour salle de bains (installation ou remplacement)

½ journée

gainage complet d’un réseau de VMC simple flux

1 semaine

 

L’installation de la VMC simple flux d’un logement se découpe en plusieurs étapes, la pose :

  • du groupe moteur, c’est-à-dire le caisson de la VMC ;
  • des grilles d’entrées d’air ;
  • des bouches d’extraction ;
  • d’une horloge (pour les systèmes automatiquement réglables) ;
  • d’un interrupteur (pour les systèmes manuellement réglables) ;
  • d’un disjoncteur ;
  • d’un système de détection de présence (facultatif) ;

 

C’est le DTU 68.3 (document technique unifié) qui fixe les normes à respecter pour la pose des systèmes de ventilation mécanique contrôlée.

 

A lire aussi

Entretenir une VMC simple flux

Pour optimiser les performances de vos VMC simple flux en copropriété et bénéficier d’une ventilation saine, il est primordial de procéder à l’entretien du système de ventilation tous les 2 ans. Cet entretien permettra d’allonger la durabilité du système installé.

 

Eléments composant la VMC simple flux

Étapes d’entretiens

gaines

  • vérifier les branchements et l’absence de fuite
  • s’assurer qu’il n’y a pas de condensation à l’intérieur des gaines
  • lavage à l’eau (à l’aide d’un furet) en cas d’encrassement très important

grilles d’entrées d’air

  • poussières à nettoyer pour éviter que les bouches soient obstruées
  • nettoyage avec chiffon humide pour un modèle autoréglable
  • nettoyage avec un chiffon presque sec pour un modèle hygroréglable

bouches d’extraction

caisson moteur

  • dépoussiérer le moteur
  • vérifier l’usure des roulements
  • contrôler le positionnement pour éviter les problèmes de vibrations

 

Avant de contacter un professionnel, les particuliers peuvent réaliser deux tests simples pour s’assurer du bon fonctionnement, ou non, de leur VMC simple flux. Pour cela, il est possible de prendre un papier et de le disposer au niveau d’une bouche de ventilation, si la feuille est aspirée, elle se plaquera sur la bouche. Cela signifie que la VMC simple flux fonctionne parfaitement.

Il est possible de faire ce même test au niveau des grilles d’entrées d’air. A l’inverse, la feuille sera alors repoussée.

 

Si la copropriété est équipée de systèmes de VMC hygroréglable, il sera alors possible de passer un autre test qui est celui du sèche-cheveux. En asséchant l’air au niveau des bouches d’extraction et des grilles d’entrées d’air à l’aide d’un sèche-cheveux, vous pourrez vérifier qu’elles se referment en détectant un taux d’humidité relativement bas.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande