Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Le prix d’un ascenseur

Installer un ascenseur dans un immeuble répond principalement à un besoin de confort pour les résidents mais participe aussi à valoriser la copropriété. En offrant un moyen d’accès facile et rapide aux lots situés dans les étages, l’installation d’un ascenseur permet d’augmenter leur valeur de 5 à 10 % au quatrième étage et de 20% au sixième : plus on monte dans les étages et plus la valorisation est importante. Même aux étages inférieurs, le gain existe car l’ascenseur ajoute une marque de standing à l’immeuble : une valorisation à prendre en compte avant de décider de procéder à un tel investissement, qui peut représenter pour certaines copropriétés un budget relativement élevé.

Le prix d’un ascenseur
Le prix d’un ascenseur

Réaliser une étude préalable de faisabilité

Avant d’entreprendre tous travaux et même de demander des devis, il est important de savoir si l’installation d‘un ascenseur est bien possible et ne présente pas de grosses difficultés. En effet, ce type d’équipement nécessite des conditions particulières qui peuvent ne pas être réunies ou obtenues :

  • espace réglementaire nécessaire ;

  • modification du règlement de copropriété, etc.

 

L’étude de faisabilité permet dans un premier temps de se rendre compte si le projet est viable et envisageable, et dans l’affirmative de repérer les points délicats auxquels prêter attention.

Si tous les feux sont au vert, il ne reste plus qu’à demander des devis pour comparer les propositions de différents prestataires. Pour un chantier sans difficulté majeure, le coût moyen de l’opération se situe entre 30 000 et 90 000 euros. Se rapprocher d’un spécialiste de l’ascenseur comme la société Alma qui conçoit, fabrique et installe ses propres équipements, est le gage d’une installation fiable et performante au meilleur prix.

 

Le coût de la mise aux normes d’un ascenseur

Lorsqu’un ou plusieurs ascenseurs de la copropriété ne sont pas aux normes, la loi Urbanisme et Habitat exige que les installations soient mises aux normes pour des raisons évidentes de sécurité. Des mesures de modernisation du système doivent donc être mises en place dans les copropriétés concernées. L’article R 125-1-1 du décret n°2004-964 relatif à la sécurité des ascenseurs fixe une liste des éléments devant répondre aux exigences de sécurité :

 

« 1 - La fermeture des portes palières ;

2 - L’accès sans danger des personnes à la cabine ;

3 - La protection des utilisateurs contre les chocs provoqués par la fermeture des portes ;

4 - La prévention des risques de chute et d’écrasement de la cabine ;

5 - La protection contre les dérèglements de la vitesse de la cabine ;

6 - La mise à la disposition des utilisateurs de moyens d’alerte et de communication avec un service d’intervention ; «

7 - La protection des circuits électriques de l’installation ;

8 - L’accès sans danger des personnels d’intervention aux locaux des machines, aux équipements associés et aux espaces parcourus par la cabine ;

9 - L’impossibilité pour toute personne autre que les personnels d’intervention d’accéder aux locaux des machines, aux équipements associés et aux espaces parcourus par la cabine. »

 

Si le ou les ascenseurs de votre copropriété ne répondent pas à l’ensemble de ces normes, des travaux de mise aux normes devront être mises en place dans votre immeuble. En attendant le vote des copropriétaires lors de l’assemblée générale, le syndic de copropriété pourra rendre le ou les ascenseurs indisponibles à l’usage en cas de mise en danger possible des usagers.

 

Travaux devant avoir été réalisé avant le 4 juillet 2014

Travaux devant être réalisé avant le 4 juillet 2021

  • Pose d’un limiteur de vitesse pour les ascenseurs hydrauliques

  • Pose d’une téléalarme dans tous les types d’ascenseurs

  • Mise en protection des armoires électriques

  • Renforcement du vitrage des portes palières

  • Mise en place d’un éclairage suffisant au sein des locaux techniques

  • Installation d’un dispositif anti-happement (sur les poulies, câbles et courroies)

  • Pose d’un variateur de fréquence

  • Pose d’un limiteur de vitesse en montée pour les ascenseurs hydrauliques

 

Le coût de la mise aux normes d’un ascenseur en copropriété dépend principalement de l’ampleur des rénovations nécessaires. Sachez que ce sont principalement les ascenseurs mis en place dans un immeuble avant l’an 2000 qui sont principalement sujets à ces problèmes de mise aux normes. Le coût de mise en conformité d'un ascenseur varie aussi en fonction de sa date de mise en service :

  • comptez entre 40 000 et 50 000 € pour un ascenseur mis en service avant 1949 ;

  • comptez entre 30 000 et 40 000 € pour un ascenseur mis en service entre 1950 et 1980 ;

  • comptez entre 15 000 et 25 000 € pour un ascenseur mis en service après 1980.

 

Selon la liste de travaux à prévoir pour la mise aux normes, sachez que les prix peuvent grandement varier. Par exemple, des travaux de rénovation pour permettre de répondre aux exigences quant à la précision d'arrêt de l'ascenseur au niveau du palier coûte 25 000 €.

 

Sachez qu’un ascenseur pour lequel la copropriété ne s’est pas chargée de la mise aux normes expose la copropriété au paiement d’une amende :

  • de 450 € pour la copropriété ;

  • et de 2 250 € pour le syndic de copropriété.

En cas d’accident, la responsabilité du syndic de copropriété, a minima sera engagé. Celle du syndicat des copropriétaires pourra également l’être.

 

Le coût de la rénovation d’un ascenseur

Outre les travaux de mise aux normes, les copropriétaires peuvent décider par eux-mêmes de rénover les ascenseurs de la copropriété afin de bénéficier d’un plus grand confort à l’usage. Sachez notamment que le changement de la cabine d’ascenseur va coûter 5 000 € pour permettre installer une cabine simple. Toutefois mettre en place une cabine convenant à un meilleur standing, il sera nécessaire de prévoir entre 15 000 et 20 000 €.

 

Lors de ces opérations d’entretien comprises dans le contrat d’entretien, l’ascensoriste pourra effectuer de menues réparations, toutefois des réparations de plus grandes ampleurs ne seront pas prises en compte et seront facturés par le professionnel.

 

Les éléments influençant le prix d’un ascenseur

Différents éléments influent sur le prix d’un ascenseur : son type, la cabine choisie, les équipements dont il bénéficie, auxquels il faut ajouter le coût de l’installation elle-même pour avoir une idée du budget à y consacrer et le faire voter par l’assemblée générale des copropriétaires.

 

Le type d’ascenseur

Deux types d’ascenseurs peuvent être choisis : l’ascenseur hydraulique à vérin ou l’ascenseur électrique à traction. Le premier convient plus particulièrement aux copropriétés de peu d’étages et disposant de peu de place. Plus rapide et convenant aux immeubles de plus grande hauteur, l’ascenseur électrique est plus onéreux aussi.

Par ailleurs pour chacun de ces procédés d’élévation, deux solutions peuvent être retenues qui auront également une incidence sur le budget :

  • ascenseur à gaine maçonnée, c’est-à-dire inséré à l’intérieur même de la maçonnerie de l’immeuble,

  • ascenseur autoportant, c’est-à-dire avec une installation sur un pylône métallique, sans besoin de mur porteur.

 

Pour un ascenseur à gaine, il faut compter environ 20 000 euros pour deux étages, puis 4 000 euros en moyenne par étage supplémentaire, installation comprise.

Pour un ascenseur hydraulique, le coût est un peu plus élevé, de 10 % environ, soit 22 000 euros environ pour deux étages et 4 500 euros par étage supplémentaire.

 

La cabine

La cabine est l’élément principal de l’ascenseur. Son prix peut varier du simple au triple selon le type de cabine retenu : à partir de 5 000 euros pour une cabine simple, jusqu’à 15 ou 20 000 euros pour une cabine de plus haut standing.

 

Les aménagements

Les aménagements de la cabine peuvent eux aussi vite chiffrer selon les options choisies.

  • Les parois : il est possible de choisir entre stratifiés, inox ou bois, les premiers étant ceux qui proposent le plus de possibilités au meilleur rapport qualité prix ;

  • Le sol : selon le standing de l’immeuble, son environnement proche et sa fréquentation, le choix pourra être fait entre carrelage, granit, PVC, caoutchouc, tapis nylon ou coco dont les prix sont très variables ;

  • Pour le plafond : métal, bois massif ou stratifié sont les revêtements les plus courants mais leurs prix ne sont pas les mêmes, le bois restant plus onéreux et plus chic ;

  • Pour l’éclairage : de nombreuses solutions peuvent être choisies en matière d’éclairage de la cabine d’ascenseur, telles que lampes halogènes, tubes fluorescents, lampes fluocompactes ou Leds, ces dernières étant les plus onéreuses mais les plus performantes aussi ;

  • Les accessoires : la cabine peut être équipée d’un ou plusieurs miroirs, de main courante ou encore de plinthes dont le prix viendra s’ajouter à la facture finale.

 

L’installation

L’installation d’un ascenseur peut varier dans une fourchette allant de 30 000 euros à 90 000 euros. Toutefois la diversité des situations rend le chiffrage difficile hors contexte.

Plus le nombre d’étages sera important et plus le prix de la pose sera élevé en raison des câblages et travaux nécessaires à chaque étage.

 

On évalue parfois la pose selon la règle suivante : 20 000 euros en moyenne, auxquels on ajoute 3 à 5000 euros par étage desservi, soit pour une copropriété de 6 étages :

20 000 + 6 x 3 000 ou 5 000 euros = 38 000 à 50 000 euros

Ces prix moyens ne sont indicatifs qu’en l’absence de difficultés particulières ou de configurations problématiques.

 

Le prix d’un ascenseur

Comme nous venons de vous l’expliquer le nombre d’étages est à prendre en compte, tout comme la taille de la cabine, son style, sa facilité d’accès, les aménagements nécessaires, l’état du bâtiment, etc. Pour l’installation d’un ascenseur hydraulique à vérin, comptez 22 000 € pour deux étages. Ce prix comprend les fournitures et la main d'oeuvre. Pour tout étage supplémentaire, il faudra ajouter 4 500 €.

 

Quel que soit le type d’ascenseur choisi, les frais pour les étages supplémentaires sont généralement estimés entre 3 000 et 5 000 €. Pour un ascenseur à gaine maçonnée, ce coût sera environ de 4 000 € supplémentaire par étage. Pour l’achat en fournitures et l’installation de l’ascenseur pour deux étages, comptez entre 20 000 €.

Pour un ascenseur électrique à traction, comptez entre 18 000 à 22 000 € (fournitures uniquement). Pour un ascenseur privatif reliant deux niveaux dans un appartement, notamment indispensable pour les personnes à mobilité réduite (PMR), pour les personnes âgées, pour les personnes handicapées, etc. Ainsi, comptez entre 10 000 à 15 000 € (fournitures uniquement), soit 12 000 à 25 000 € (fournitures + main d'oeuvre).

 

Enfin, le dernier type d’ascenseur pouvant être installé dans les parties communes de la copropriété :

  • 10 000 à 15 000 € pour deux étages (fournitures uniquement) ;

  • 12 000 à 20 000 € pour deux étages (fournitures + main d'oeuvre) ;

  • 4 000 € par étage supplémentaire (fournitures + main d'oeuvre).

 

Le coût de fonctionnement d’un ascenseur

L’ascenseur consomme de l’électricité pour fonctionner. La consommation moyenne est évaluée entre 1 200 KWh/an pour les modèles récents les plus performants à 3 400 KWh/an pour les plus énergivores.

Par ailleurs le nettoyage de la cabine entraîne aussi des frais de ménage, et le remplacement des petites fournitures telles que les ampoules, etc.

 

Le coût de l’entretien

Le coût d’un ascenseur est aussi celui de son entretien. Obligatoire, celui-ci est prévu à l’article L. 125-2-2 du Code de la construction et de l’habitation modifié par la loi Urbanisme et habitat n°2003-590 du 2 juillet 2003. L’entretien peut être confié à un prestataire dans le cadre d’un contrat de maintenance écrit.

Spécialiste de l’ascenseur, Alma propose un contrat d’entretien en tout point conforme à la réglementation en vigueur qui prévoit notamment une durée d’1 an minimum, le recours à un personnel formé, le renseignement d’un carnet d’entretien et la remise d’un rapport annuel. Le contrat d’entretien dit « unique », en opposition à l’alternative précédemment existante entre contrat normal et contrat complet, doit par ailleurs prévoir des interventions a minima toutes les 6 semaines, l’examen des câbles tous les 6 mois, et chaque année la vérification des parachutes, le nettoyage de la cuvette de l’installation, du toit et du local des machines, ainsi que la lubrification et le nettoyage des pièces.

Le coût de l’entretien est évalué en moyenne entre 2 000 et 3 000 euros par an pour une petite copropriété avec un ascenseur desservant 6 étages. On estime également parfois ce coût à 3 euros par mètre carré habité, soit pour un copropriétaire disposant d’un logement de 60 mètres carrés : 180 euros par an. Selon la fédération des ascenseurs, le coût de l’entretien représente en moyenne 7 à 12 % des charges de copropriétés.

 

Bien plus que son coût, c’est surtout la qualité du contrat d’entretien à laquelle il convient de porter attention. Un entretien sérieux et régulier autorise une utilisation sereine de l’équipement et permet également de diminuer les éventuels frais de réparations.

Réalisant l’installation des ascenseurs qu’elle fabrique depuis 4 décennies, la société Alma propose non seulement des prestations d’entretien mais aussi des services de maintenance personnalisée. Avec une disponibilité 24h/24, son centre d’appel Proxi-Line intervient sans délai pour tout dépannage ou dégagement en dépêchant sur les installations concernées les techniciens les plus proches. Ces derniers bénéficient d’une formation permanente aux dernières technologies qui leur permet d’être performants sur tout type de matériel. L’assistance technique qu’Alma propose s’appuie sur un stock de pièces de rechange de grande ampleur, alimenté si nécessaire par un atelier de fabrication sur place.

La maintenance préventive comme la maintenance curative ont de l’importance pour Alma qui s’attache à assurer un suivi personnalisé de chaque installation.

 

Un contrôle technique obligatoire

En plus de l’entretien et de la maintenance, un contrôle technique de l’ascenseur doit également être réalisé tous les 5 ans, par un organisme certifié indépendant du prestataire de service agissant pour l’entretien. Ce contrôle coûte entre 300 et 800 euros en moyenne.

 

Récapitulatif des prix d’un ascenseur

Eléments à prendre en compte

Prix

Etude préalable de faisabilité

500 € environ

Différents types d’ascenseurs

ascenseur hydraulique à vérin

22 000 € pour deux étages (fournitures + main d'oeuvre)

4 500 € par étage supplémentaire (fournitures + main d'oeuvre)

ascenseur électrique à traction

18 000 à 22 000 € (fournitures uniquement)

ascenseur à gaine maçonnée

20 000 € pour deux étages (fournitures + main d'oeuvre)

4 000 € par étage supplémentaire (fournitures + main d'oeuvre)

ascenseur autoportant

10 000 à 15 000 € pour deux étages (fournitures uniquement)

12 000 à 20 000 € pour deux étages (fournitures + main d'oeuvre)

4 000 € par étage supplémentaire (fournitures + main d'oeuvre)

ascenseur privatif reliant deux niveaux

10 000 à 15 000 € (fournitures uniquement)

12 000 à 25 000 € (fournitures + main d'oeuvre)

Coût complémentaire

par étage

3 000 à 5 000 €

Dépose de l’ancien ascenseur

2 000 à 2 500 €

Installation d’un ascenseur

fournitures + main d'oeuvre

30 000 à 90 000 €

65 000 € pour un immeuble de 10 étages

Travaux de rénovation

cabine d’ascenseur

5 000 € pour une cabine simple

15 000 à 20 000 € pour une cabine de plus haut standing.

Nettoyage de la cabine par l’agent d’entretien de l’immeuble

frais de ménage

une des missions de l’agent d’entretien ou du syndic de copropriété

remplacement des petites fournitures (ampoules, etc.)

une des missions de l’agent d’entretien ou du syndic de copropriété

Extension de la garantie (facultative)

non renseigné

Contrat d’entretien et de maintenance avec intervention toutes les 6 semaines

avec l’installateur, un ascensoriste ou un autre professionnel qualifié

2 000 à 3 000 € par an (pour un ascenseur de 6 étages)

180 € par an (pour un ascenseur privatif)

Contrôle technique

obligatoire tous les 5 ans

300 à 800 €

Mise aux normes d’un ascenseur

ascenseur mis en service avant 1949

40 000 à 50 000 €

ascenseur mis en service entre 1950 et 1980

30 000 à 40 000 €

ascenseur mis en service après 1980

15 000 à 25 000 €

Amende en cas d’absence de travaux

450 € pour la copropriété

2 250 € pour le syndic de copropriété

 

Le coût d’extension de la garantie

Selon la durée initiale de la garantie, les copropriétaires peuvent choisir d’opter pour une extension de garantie. Cela permet de couvrir les frais de panne sur l’ascenseur dès lors qu’il s’agit d’un défaut de construction. Attention, une panne provoquée par un défaut d’entretien, par exemple, ne sera pas pris en charge par la garantie de l’ascenseur.

 

Le coût de l’extension de la garantie dépend du modèle choisi, de son prix, du fournisseur et de la durée d’extension souhaitée. Nous vous conseillons de vous rapprocher directement d’un ascensoriste ou autre professionnel qualifié pour connaître le prix exact de l’extension de la garantie d’un ascenseur.

 

Quelle répartition des coûts en copropriété ?

Si les charges générales sont réparties entre tous les copropriétaires selon les tantièmes détenus par chacun, l’ascenseur fait partie des équipements communs qui constituent une charge spéciale. C’est alors le critère de l’utilité qui est retenu pour effectuer la répartition du coût de l’installation de l’ascenseur mais aussi celle son coût de fonctionnement.

Concrètement, l’assemblée générale doit par un vote à la double majorité de l’article 26 de la loi du 10 juillet 1965, mettre en place :

  • une grille de répartition du coût des travaux,

  • une grille de répartition des dépenses de fonctionnement et d'entretien.

Ces deux grilles prévoient ainsi des coefficients par étage qui viennent pondérer la répartition habituelle par tantièmes.

 

Les dépenses récupérables

Le copropriétaire bailleur peut récupérer auprès de son locataire les charges correspondant au fonctionnement et à l’entretien de l’ascenseur, mais pas celles concernant son installation.

L’annexe du décret n°87-713 du 26 août 1987 pris en application de l'article 18 de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l'investissement locatif, l'accession à la propriété de logements sociaux et le développement de l'offre foncière et fixant la liste des charges récupérables liste précisément les éléments récupérables :

  • les dépenses d'électricité

  • les dépenses d’exploitation (visite périodique, nettoyage annuel, dépannage, etc.), d’entretien courant (fournitures, graisses, huile, lampes) et de menues réparations (de la cabine, des paliers, des balais du moteur et des fusibles).

Je note le guide

Devis et information

En savoir plus sur le prix d'un ascenseur

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi