Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Quel chaudière pour remplacer sa chaudière au fioul ?

Le remplacement d’une chaudière au fioul peut intervenir dans le cas d’une panne sur une vieille chaudière qu’il ne serait pas judicieux de réparer ou encore une chaudière qui n’est plus performante. De plus, l'État objective de ne plus utiliser le fioul comme moyen de chauffage d’ici à 2028, jugé trop polluant et trop cher.

Pourquoi remplacer sa chaudière fioul ?

Le remplacement de la chaudière au fioul de votre copropriété peut intervenir dans plusieurs cas de figure.

 

La chaudière hors d’usage

Le remplacement le plus courant, est celui contraint par une panne importante de la chaudière ou même une chaudière complètement hors service.

Il n’est pas intéressant de procéder au remplacement de pièces onéreuses sur une chaudière fioul qui commence à être âgée.

 

En effet, à partir de 20 ans, votre chaudière, malgré son entretien régulier, perd en efficacité et commence à être problématique sur le plan des pannes et des frais que cela engendre.

Des pièces telles que le brûleur sont des coûts élevés de réparation, et ne permettent pas le fonctionnement de la chaudière en cas de panne.

Il faut ainsi être réactif au niveau de la copropriété pour décider du remplacement de la chaudière.

 

Un souci écologique

Dans une démarche écologique, les copropriétaires peuvent décider du remplacement de la chaudière fioul de la copropriété.

En effet, le fioul est un combustible polluant. La chaudière, en le brûlant pour chauffer l’eau, dégage des gaz de combustion extrêmement polluants.

 

Des solutions existent qui utilisent des moyens peu ou pas du tout polluants pour chauffer la copropriété.

De plus, l'État a annoncé son désir de réduire progressivement le nombre de foyers qui utilise le fioul pour le chauffage.

Ce dernier espère que 2028 marquera la fin du chauffage au fioul, jugé trop cher, étranger et polluant.

 

Faire des économies d’énergie

Remplacer une chaudière fioul peut permettre de faire des économies d’énergie. Cela rejoint dans une certaine mesure une démarche écologique.

 

Faire des économies est un point important dans la société actuelle, et le chauffage est un budget conséquent dans une copropriété.

Le fioul est un combustible onéreux dont le cours est très variable. D’une année sur l’autre, vous pouvez voir votre facture de chauffage grimper et donc naturellement, ces hausses se répercutent sur vos charges annuelles.


L’audit énergétique

Avant d’entamer des travaux de remplacement de la chaudière de la copropriété, vous devez avant tout, réaliser un audit énergétique.

Cet audit est nécessaire pour la prise de décision et l’information de la consommation énergétique du bâtiment aux copropriétaires.

 

Un expert en énergies réalise des mesures, calculs et vérifications auprès de vos installations afin de déterminer la consommation du bâtiment et les moyens disponibles que les copropriétaires peuvent solliciter pour améliorer cette consommation.

L’audit prend en considération les parties communes ainsi que les privatives.

 


Remplacer par une chaudière gaz

Pour le choix du moyen de substitution de la chaudière au fioul, les copropriétaires peuvent opter pour un système de chauffage au gaz.

Ce dernier demande une installation de gaz naturel aux normes ainsi qu’un abonnement auprès d’un fournisseur de gaz.

 

Le gaz est un combustible moins cher que le fioul. L’économie est d’environ 23 % ; comptez 7,31 centimes le kWh de gaz contre 9,45 centimes d’euros pour le kWh de fioul.

 

De plus, les installations au gaz sont peu imposantes par rapport aux chaudières fioul.

Son installation, selon le modèle de chaudière choisi ne demandera pas énormément de travaux de modification sur l’ancien système de réseau de chauffage.

 

Enfin, il vous sera possible de continuer à utiliser une chaudière collective, bien que l’individualisation est possible, avec une quantité de travaux supérieur bien évidemment.

 

La chaudière gaz basse température

La chaudière gaz basse température est un moyen de chauffage économique avec un bon rendement.

L’eau est chauffée à une température plus faible que les chaudières classiques, ici on parle d’une température de chauffe aux alentours de 50 °C.

Cette réduction de température permet de réduire en conséquence la quantité de combustible nécessaire au fonctionnement de la chaudière.

Ainsi, les économies s’ensuivent. Une chaudière basse température promet une réduction allant jusqu’à 15 % de gaz pour un rendement compris entre 90 et 95 %.

Toutefois, l’installation de chauffage doit être compatible avec la basse température, un plancher chauffant reste l’idéal.

 

La chaudière gaz à condensation

La chaudière gaz à condensation est le type de fonctionnement le plus économe en énergie et aussi le plus performant au niveau du chauffage au gaz.

 

Le fonctionnement de la chaudière gaz à condensation repose sur un principe de condensation des fumées de combustion. Cette condensation crée une énergie calorifique qui permet de chauffer l’eau.

Ce système permet de réduire la consommation en gaz de 30 % pour un excellent rendement pouvant atteindre 100 %.

 

Remplacer par une chaudière à pellet

Le pellet a fait une entrée sur les moyens de chauffage et son succès est fulgurant.

Les pellets sont des granulés de bois issus pour certains d’une production raisonnée et engagée.

Ils sont fabriqués avec un mélange de bois plus ou moins extrudés et/ou déshydratés. Le bois recyclé est également employé dans la fabrication de ces pellets.

 

Les pellets sont un combustible peu cher à l’achat. Le kWh coûte 6,25 centimes d’euros.

 

Des chaudières à granulés ont vu le jour.

Le fonctionnement reste sensiblement le même qu’une chaudière classique. Le pellet est brûlé pour chauffer un réseau d’eau pour ensuite distribuer cette eau chaude dans le circuit.

L’avantage principal de cette chaudière est son faible coût de production, en revanche son prix, sa taille et le rechargement nécessaire en combustible en font les points négatifs.

 

Afin de pallier ce rechargement de combustible, certaines chaudières sont équipées de silos de stockage de granulés dotés d’une vis sans fin pour alimenter la chaudière.

Ce système est plus onéreux mais plus agréable dans la vie quotidienne.

 


La pompe à chaleur, solution de remplacement de sa chaudière fioul

La pompe à chaleur (PAC) est la méthode de chauffage en vogue.

Boudée dans le passé, elle revient plus performante et séduit de nombreux usagers.

La PAC s’inscrit parfaitement dans l’objectif de réduction d’émission de gaz à effet de serre. C’est en effet un moyen de chauffage très écologique et économique.

 

Dans le cadre d’une copropriété, selon sa taille, une pompe à chaleur très haute température est recommandée afin de répondre aux besoins de chauffage de l’ensemble de la copropriété.

Il s’agira d’un modèle de PAC air-eau.

 

Le fonctionnement air-eau s’explique par l'absorption des calories de l’air qui sont transformés en énergie pour chauffer de l’eau.

La PAC très haute température permet de chauffer l’eau à 65 °C et plus si nécessaire. Il s’agit tout de même d’un moyen de chauffage assez doux et une installation basse température ou plancher chauffant peut être intéressant.

 

La PAC air-eau peut, si vous le désirez et si votre copropriété fonctionne ainsi, assurer le chauffage de l’eau sanitaire.

 

En cas de période de grand froid, le puisement des calories de l’air devient insuffisant. Un autre système de chauffage doit alors prendre le relais.

 

Si vos besoins en chauffage sont importants, la PAC air-eau peut intervenir dans la relève d’une chaudière fioul ou gaz.

C’est une solution intéressante car elle permet de mixer deux énergies et ainsi toujours assurer la production d’eau chaude.

C’est la solution pour un meilleur rendement mais qui néanmoins, nécessite l’installation de deux systèmes dans le cadre d’un remplacement et donc, le coût de l’installation sera très élevé.

 

La pompe à chaleur gaz, l’alliée redoutable

Il existe un modèle de pompe à chaleur très performante : la PAC gaz.

Le principe de ce modèle de pompe à chaleur ressemble de très près à celui de la PAC classique à une exception.

 

Le fonctionnement de la PAC gaz repose sur un cycle thermochimique qui permet de se chauffer grâce à un brûleur gaz non néfaste pour l’environnement, en plus de l’absorption des calories comme la PAC classique.

Avec ce type d’appareil, les nuisances liées au bruit du compresseur n’existent plus. L’apport en électricité est remplacé par celui en gaz naturel.

Ce modèle est idéal pour les grandes superficies.

 

De plus, elle permet un rendement, selon les modèles, allant de 130 à 160 %. Ces chiffres sont excellents et assurent une bonne rentabilité de l’appareil.

 

Enfin, la température de chauffe sur ce type de système est d’environ 70 à 75 °C.

Elle nécessite cependant un entretien relativement important.

 

Un chauffage électrique grâce au photovoltaïque

Il est possible, pour une quelconque raison, de vouloir se débarrasser du système de chauffage central.

 

La copropriété peut passer à l’électrique, même si le chauffage central est une manière efficace de se chauffer.

Le chauffage électrique permet à tous les habitants de régler leur température selon leurs souhaits.

En revanche, le chauffage électrique est un moyen de chauffage qui peut s’avérer très cher.

 

Pour remédier aux coûts de chauffage électrique, l’installation de panneaux photovoltaïques peut être la solution idéale.

La rentabilité d’une installation photovoltaïque dépend de la zone géographique. La même surface de panneaux produit, en effet, plus d’énergie à Montpellier qu’à Lille.

 

Il faut ainsi établir une étude de faisabilité par un professionnel spécialisé, qui saura vous indiquer la surface de panneau nécessaire pour pouvoir combler une partie de vos dépenses de chauffage.

 

Sachez toutefois que des panneaux photovoltaïques sont un moyen de réduire les coûts mais pas de les effacer entièrement.

 


Choisir un chauffage performant et respectueux de l’environnement

Le choix du nouveau système de chauffage doit répondre à vos attentes et aux besoins de la copropriété.

 

Choisir un mode de chauffage performant est donc une priorité pour réduire vos coûts de chauffage au maximum.

De plus, les préoccupations écologiques sont grandissantes et, pouvoir allier performance et respect de l’environnement est une question à laquelle de nombreux fabricants tentent de répondre en proposant du matériel toujours plus perfectionné avec des technologies modernes.

 

La méthode de chauffage la moins polluante et la plus performante pour une copropriété est la pompe à chaleur gaz.

C’est elle qui présente le plus de performances pour le moins de pollution. À puissance égale, elle peut néanmoins être plus chère à l’utilisation qu’une PAC électrique.

 

Pour une très bonne rentabilité à un coût d’installation plus raisonnable, la chaudière au gaz entièrement convaincante.

De même, son prix d’entretien et de revient est correct.

Enfin, le fait de ne modifier qu’une partie de votre ancien système au fioul pour y installer une chaudière gaz peut faire pencher la balance en sa faveur.

 

Opter pour un moyen de chauffage individuel ou collectif ?

La question que vous pouvez vous poser pour le remplacement de votre chaudière au fioul est celle d’une installation individuelle ou collective.

 

Vous avez à votre disposition un local technique chaufferie ainsi que toute l’installation d’un chauffage collectif.
Le remplacement par un nouveau chauffage collectif sera à moindre coût pour les copropriétaires.

De plus, le chauffage collectif permet une facilité d’entretien. Une seule chaudière est à faire entretenir.

 

Il vous sera toutefois possible d’opter pour une individualisation du chauffage.

L’avantage est le comptage personnel des frais de chauffage pour adapter au plus juste les charges.

Les travaux à faire seront considérables.

Dans ce cas la chaudière gaz à condensation individuelle est la plus adéquate. Il faudra donc prévoir l’achat d’une chaudière par appartement.

 

Ensuite, l’évacuation des fumées doit se faire grâce à un conduit principal où toutes les chaudières seront reliées.

Ce conduit peut être créé avec les moyens nécessaires s’il est inexistant.

Sachez que si vous devez créer une cheminée sur le toit de l’immeuble, des démarches administratives d’autorisation sont obligatoires, encore plus si votre immeuble est classé.

 

Nous vous recommandons de continuer à utiliser une méthode de chauffage collective pour éviter les frais.

 


Le prix pour remplacer sa chaudière fioul

Le prix des différents modes de chauffages développés précédemment dépend de plusieurs facteurs :

 

  • La puissance
  • La marque de l’appareil
  • Le modèle choisi
  • Le type d’énergie retenu
  • Sa technologie
  • La taille de la copropriété à chauffer

 

Nous pouvons vous donner quelques prix, cités à titre indicatif pour vous rendre compte à peu près du budget nécessaire pour le remplacement de votre chaudière fioul au profit d’un autre système de chauffage collectif.

 

 

Type de matériel

Prix en fourniture et pose

Chaudière gaz basse température

Environ 5 000 €

Chaudière gaz condensation

13 000 à 23 000 €

Chaudière à pellet

A partir de 20 000 €

PAC

10 000 à 15 000 €

PAC gaz

uniquement sur devis

Panneaux photovoltaïques

1 000 € / m²

Radiateurs électriques, nécessaires en cas d’installation de panneaux solaires.

500 à 2 000 € pièce

 

Les aides au financement du nouveau moyen de chauffage

Des aides existent pour le financement du remplacement de votre chaudière au fioul au profit de chaudières ou tout autre moyen de chauffage respectueux de l’environnement.

 

Il est nécessaire que vos démarches entrent dans une vision de réduction de l’impact écologique de votre copropriété pour bénéficier de ces aides.

 

De plus, pour aider à financer les travaux, ces derniers doivent être réalisés par des professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE).

 

Voici une liste des aides que vous pouvez demander :

 

  • La prime coup de pouce chauffage
  • Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique)
  • L’éco-prêt à taux zéro
  • La TVA réduite à 5,5 %
  • Les aides de l’ANAH (agence nationale pour l’amélioration de l’habitat)
  • Les aides des collectivités territoriales

 

Ces aides sont à demander directement auprès des organismes dont elles dépendent.

 

La décision de la copropriété

La décision du remplacement d’une chaudière fioul se fait par un vote en assemblée générale, par le syndic de copropriété.

 

En cas de chaudière vétuste, le remplacement de la chaudière fioul est considérée comme un entretien courant.

Le vote est alors soumis à la majorité de l’article 24, c’est-à-dire la majorité simple, celle des copropriétaires présents et représentés.

 

Si le remplacement de la chaudière ne concerne pas un matériel vétuste, cela relève des travaux d’amélioration.

Le vote des travaux se fait également en assemblée, mais cette fois-ci, par la majorité de l’article 26, la majorité absolue qui signifie les deux tiers des voix de l’ensemble des copropriétaires.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi