Types et modèles de climatisations

Dans un immeuble en copropriété, l’installation d’un système de climatisation peut être nécessaire, en construction comme en rénovation, afin de procurer un certain confort aux résidents. Sachant que certains lots peuvent accueillir les cabinets de professions libérales, ce peut être un plus pour attirer des acheteurs ou des locataires. Voici les différents types et modèles de climatisation actuellement disponibles sur le marché.

Types et modèles de climatisations
Types et modèles de climatisations

Le fonctionnement d’un système de climatisation

Une installation climatique est un équipement offrant la possibilité à l’utilisateur de modifier la température du logement indépendamment des conditions climatiques extérieures. La régulation peut être constante ou déclenchée de manière ponctuelle. Majoritairement présentes dans les bureaux, elles prennent de plus en plus leur place dans les habitations puisqu’elles sont une véritable solution contre les étés chauds, qu’ils soient secs ou humides. En effet, si un ventilateur ne fait que brasser l’air chaud, le climatiseur, lui, envoie de l’air froid et refroidit véritablement l’air ambiant.

 

Le système de climatisation filtre l’air afin de le refroidir ou de le réchauffer dans l’unité installée à l’extérieure. L’unité intérieure ne sert, quant à elle, qu’à diffuser l’air ainsi transformé à l’intérieur du logement. Lors du processus de climatisation, le fluide réfrigérant présent dans l’unité intérieure absorbe la chaleur pour la renvoyer vers l’extérieur. Pour réchauffer la pièce, c’est l’inverse.

En effet, pour les modèles réversibles, le système de climatisation aura la double fonction de refroidir les pièces en été et servira à réchauffer votre logement en hiver. Les systèmes de climatisation sont d’ailleurs de plus en plus vendus dans cette optique d’un appareil fabriquant du chaud également capable de produire du froid.

 

Installation à titre individuel en copropriété

Pour installer un système de climatisation dans son logement en copropriété, s’il s’agit d’un projet à titre individuel, le problème repose principalement sur l’installation de l’unité extérieure. Si un balcon ou une terrasse est accolé au lot, l’implantation sera aisément possible. A contrario, sans ces éléments, il s’agira d’une démarche bien plus complexe puisque des modifications d’aspect de façade et des besoins de perçage de cette même façade en découleront.

 

Production de chaud ou de froid

Equiper une copropriété en système de climatisation devient indispensable pour les logements possédant de grandes baies vitrées et/ou étant exposés à l’ouest et au sud. En effet, dans ces cas-là, la charge thermique est très importante. Les équipements climatiques ont largement évolué ces dernières années, les gaz libérés sont notamment moins nocifs pour l’environnement.

 

De plus le COP, c’est-à-dire le rendement des appareils, est désormais grandement perfectionné par la démocratisation du système Inverter. Celui-ci permet de réguler la puissance sollicitée en fonction du besoin. Sur les anciens modèles, l’enclenchement du système de climatisation générait automatiquement une sollicitation maximale de 100 %. Avec la technologie Inverter, il est à l’inverse possible d’utiliser le pourcentage uniquement nécessaire c’est-à-dire 30 % de la capacité de la pompe, par exemple, si cela correspond à la puissance demandée à l’appareil.

 


Contraintes techniques et administratives

Pour pouvoir installer un système de climatisation à titre individuel en copropriété, le règlement de copropriété doit tout d’abord être consulté et une assemblée générale devra être programmée.

 

Le règlement de copropriété

La demande d’une autorisation auprès de l’assemblée générale des copropriétaires est parfois prévue par le règlement de copropriété. Dans ce cas-là, leur accord doit être obtenu lors d’un vote en AG, convoqué par le syndic de copropriété suite à l’envoi d’une lettre de convocation comportant votre projet parmi les points de l’ordre du jour. Cette démarche sera bien entendue à réaliser avant le lancement du projet.

Lors de la présentation de ce projet, le lieu d’installation du compresseur du système de climatisation devra être clairement mentionné. S’il ne l’est pas, le projet sera présenté lors de l’assemblée générale suivante.

 

Lorsque le règlement de la copropriété ne mentionne pas la nécessité d’obtenir une autorisation de la part des autres copropriétaires, il est tout de même fortement recommandé de demander cette autorisation de leur part afin que le porteur du projet puisse se protéger contre l’éventuel mécontentement d’un voisin. En effet, dans certains cas, des copropriétaires importunés ont obtenu le démontage de l’unité extérieure du système de climatisation.

Si l'interdiction de l’installation d’un tel système est prévue par le règlement de copropriété, il ne sera pas possible de passer outre, puisque le règlement a préalablement été accepté et voté par l’ensemble des copropriétaires.

 

Réunir une assemblée générale

Si le sujet peut normalement être traité lors d’une assemblée générale ordinaire, lorsque la date de celle-ci est trop lointaine, le porteur du projet peut demander au syndic de copropriété de convoquer une assemblée générale extraordinaire. Si dans le premier cas, les frais sont supportés par l’ensemble des copropriétaires, ce n’est pas le cas d’une AG extraordinaire, pour laquelle le porteur de projet devra prendre en charge tous les frais de lui-même.

 

Copropriétaire, locataire et autorisation administrative

L’installation d’un système de climatisation avec unité extérieure modifie l’aspect de la façade du bâtiment puisque l’unité extérieure y sera placée. Ainsi, le copropriétaire doit obtenir l’accord de l’assemblée générale ainsi que vérifier auprès de la mairie s’il est autorisé à mettre de tels travaux en place.

Si un locataire souhaite mettre en place ce genre de projet, il doit commencer par demander au copropriétaire bailleur son autorisation écrite. A cette occasion, l’état des lieux doit être mis à jour. Si le locataire procède à ce genre de travaux, il devra ensuite rendre le logement dans son état d’origine au moment de son départ ou il pourra laisser l’installation si celle-ci est en bon état de fonctionnement.

 


Les différents modèles de climatisation

Selon les différents types de climatisation en copropriété, les contraintes techniques ne sont pas les mêmes, voici une liste des différents modèles, de leurs caractéristiques, ainsi que leurs spécificités.

 

Les climatiseurs monoblocs fixes

Utilisation

Lorsque l’installation d’une unité extérieure est impossible, ce genre de modèle de climatisation peut convenir. Il est conseillé pour de petits logements dont la surface d’une pièce est inférieure à 30 m².

Avantages

  • modèle esthétique et peu encombrant ;
  • pas de déperdition au niveau des entrées et sorties ;
  • fonctionnement plus économique qu’un modèle mobile ;
  • système double flux.

Inconvénients

  • une autorisation des copropriétaires devra être obtenue lors d’une assemblée générale concernant le percement des circuits d’entrée et de sortie d’air en façade du bâtiment (cette autorisation est plus facile à obtenir que celle permettant de mettre en place une unité extérieure).

Prix

Entre 400 et 1 000 € TTC. Peu de frais d’installation.

 

 

Les climatiseurs monoblocs mobiles

Utilisation

Il convient aux logements de taille moyenne en copropriété où une installation extérieure est impossible (interdiction du règlement de copropriété, par exemple), pour des appartements dont la surface d’une pièce est inférieure à 30 m².

Caractéristiques

La chaleur dégagée par l’évaporateur de ce type de climatisation est évacuée par un tube souple d’un diamètre compris entre 150 et 200 mm. Pour ne pas percer le mur de façade (qui nécessiterait une autorisation de l’assemblée générale des copropriétaires notamment), il est possible :

  • de passer le tube souple par l'entrebâillement d’une fenêtre, cela nuit toutefois à la performance de l’équipement (ainsi qu’au confort phonique du logement) ;
  • de trouver, pour certains modèles un panneau hermétique et isolant qui permet de pallier ce problème ;
  • d’enlever un carreau de fenêtre afin de le remplacer par une plaque adaptée où un trou du diamètre du tube est percé.

Avantages

  • modèle compact et pratique ;
  • consommation économique (par rapport aux systèmes traditionnels) ;
  • peut être déplacé dans toutes les pièces du logement (roulettes) ;
  • possibilité de le ranger dans un placard lorsqu’il est inutilisé ;
  • aucune autorisation nécessaire (ni auprès des copropriétaires, ni auprès de la mairie, etc.)

Inconvénients

  • le compresseur, le condenseur et le ventilateur génèrent un niveau sonore important qui peut être gênant ;
  • la puissance de rafraîchissement de ce type d’appareil de climatisation est réduit, il est majoritairement inférieur à 3 500 watts (il existe quelques rares modèles atteignant les 5 000 watts) ;
  • fonctionnement moins économique qu’un modèle fixe (entrée d’air chaud parasite).

Prix

Entre 300 et 900 € TTC. Peu de frais d’installation.

 

 

Les climatiseurs splits

Utilisation

  • Il peut être accroché en hauteur sur un mur (intérieur), on parle alors d’un climatiseur mural.
  • Quand il est dissimulé derrière un faux plafond, on parle de climatiseur gainable. Il fonctionne alors à l’aide de grilles d’aération qui diffusent le froid ou le chaud.
  • La climatisation cassette, quant à elle, dispose de 4 sorties d’air. Très puissante, elle convient parfaitement pour des grandes pièces dont la superficie peut aller jusqu’à 70 m². Elle est intégrée au plafond.

Caractéristiques

Une unité séparée contient, à l’extérieur, le climatiseur, le condenseur et le compresseur. A l’intérieur, on retrouve un coffret évaporateur accompagné d’un détendeur. Il peut même être dissimulé derrière une paroi murale. Un circuit de tubes en cuivre isolés rejoignent les deux unités séparées. Une seule unité extérieure suffit pour alimenter plusieurs splits à l’intérieur. On parle alors de climatiseurs multi-splits.

Avantages

  • système le plus performant ;
  • rafraîchissement efficace ;
  • confortable pour les résidents du logement ;
  • la partie intérieure est relativement discrète une fois installée ;
  • la consommation d’énergie est facilement maîtrisable.

Inconvénients

  • des compétences en maçonnerie sont indispensables pour l’installation ;
  • une autorisation des copropriétaires devra être obtenue lors d’une assemblée générale, cette autorisation est plus difficile à obtenir puisqu’une unité extérieure sera mise en place ;
  • d’autres autorisations administratives peuvent être nécessaires, notamment auprès de la mairie, puisque la façade extérieure du bâtiment sera modifiée.

Prix

A l’achat entre 1 000 et 3 000 € TTC. Frais d’installation : entre 1 000 et 3 000 € TTC.

Ce prix comprend une obligation de résultat de la part de l’installateur, ainsi que la validité de la garantie. Selon le modèle choisi, un taux réduit de TVA peut parfois être appliqué.

 

 

Les climatiseurs splits mobiles

Utilisation

Il s’agit d’une solution d’appoint qui convient aux appartements de taille moyenne.

Caractéristiques

Le condenseur s’accroche à l’extérieur d’une fenêtre. Les deux unités d’un climatiseur split mobile se joignent par un cordon souple dont le diamètre est compris entre 3,5 et 4,5 cm. Posé sur des roulettes, il peut être déplacé dans différentes pièces. Toutefois, l’unité intérieure est raccordée, à l’aide d’une gaine d’évacuation, à l’extérieur.

Avantages

  • performant ;
  • mobile.

Inconvénients

  • encombrant et lourd ;
  • le cordon traîne au sol ;
  • difficile à manipuler (l’installation à l’extérieur d’une fenêtre peut être complexe).

Prix

Entre 900 et 1 500 € TTC. Aucun frais d’installation.

 

 

L’entretien d’un climatiseur

Comme tous les équipements d’un logement, un climatiseur doit être entretenu régulièrement pour fonctionner de manière durable et efficace. Cela consiste notamment au nettoyage des filtres, mais également au nettoyage des unités intérieures et extérieures du système de climatisation choisi. En copropriété, la climatisation peut également être installée dans les parties communes du bâtiment. Dans ce cas-là, le syndic de copropriété a tout intérêt à souscrire à un contrat d’entretien avec un professionnel. A titre privatif, les copropriétaires peuvent tout aussi bien le faire pour le système de climatisation de leur logement individuel.

 

L’avantage de la souscription à un contrat d’entretien avec un professionnel permet de limiter le risque d’une fuite de fluide frigorigène ou toute autre panne, qui, peut se révéler coûteuse si elle n’est pas prise à temps. Cet entretien permettra également de garantir la bonne qualité de l’air dans votre logement ainsi que d’améliorer les performances et le rendement de votre appareil.

Avec un contrat d’entretien, l’intervention du professionnel sera annuelle. Il procédera alors à un nettoyage complet de l’équipement. Sans contrat d’entretien avec un professionnel, un entretien de l’ensemble du système de climatisation est tout de même obligatoire une fois tous les 5 ans.

Devis et information

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur OLIMPIA SPLENDID et ses produits ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi