Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Agrandir une fenêtre en immeuble : comment faire et à quel prix

Dans une copropriété, il peut parfois être agréable d’agrandir une fenêtre d’immeuble dans les parties privatives ou communes de celui-ci pour obtenir un gain de luminosité. Toutefois, des autorisations de la part de la mairie et de la copropriété sont nécessaires pour pouvoir réaliser de tels travaux. Pour éviter les mauvaises surprises, voici tous nos conseils concernant comment faire et à quel prix.

Agrandir une fenêtre en copropriété

En copropriété, si vous contactez un professionnel pour l’agrandissement d’une fenêtre, son travail consistera à évaluer le montant des travaux dans un premier temps afin de vous soumettre un devis fiable et précis, mais également la faisabilité du projet. Dans le devis du professionnel contacté, il faut prendre en compte les différentes étapes de son intervention, c’est-à-dire :

  • le retrait des ouvrants et du dormant de la fenêtre installée, ainsi que des volets ;
  • le tracé de la nouvelle ouverture de mur à prévoir ;
  • l’agrandissement du mur pour qu’il corresponde à l’ouverture souhaitée ;
  • la conception d’un nouveau linteau ;
  • l’installation de la nouvelle fenêtre ;
  • et les travaux de finition pour que l’étanchéité soit impeccable, tout comme les raccords de peinture.

 

Si cette fenêtre ne correspond pas à une ouverture sur balcon, ni au rez-de-chaussée de l’immeuble, le professionnel prévoit également dans son devis l’installation et la désinstallation de l’échafaudage dont il aura besoin pour la réalisation des travaux.

 


Le recours à un architecte

Pour agrandir une fenêtre en immeuble, il est nécessaire d’intervenir sur un mur porteur. Pour cette raison, nous vous conseillons vivement d’avoir recours à un architecte pour l’étude des travaux. De plus, cette démarche permet de faciliter l’obtention de l’approbation des copropriétaires en assemblée générale, qui elle, est obligatoire.

 

Avant de prendre une décision quant au recours à un architecte, nous vous conseillons également de vérifier les clauses de votre contrat d’assurance. En effet, les exigences de votre contrat d’assurance demandent parfois que les travaux soient réalisés par un professionnel et non pas par un particulier pour que vous puissiez toucher une indemnisation en cas d’effraction ou autre.

 

Avoir recours à un architecte permet aussi de lui confier les dossiers à composer pour obtenir les différentes autorisations nécessaires à la réalisation des travaux, comme la demande en mairie. Notez également que les copropriétaires sont en droit de vous obliger à avoir recours à un architecte pour toucher aux murs porteurs de l’immeuble.

 

Recours à un architecte

Pourcentage prélevé sur le montant global des travaux

Si l’architecte se charge uniquement de la faisabilité du projet

de 3 à 3,5 %

Si l’architecte se charge de la faisabilité du projet, du suivi du chantier et de la recherche d’un ou de plusieurs professionnels pour la réalisation des travaux

de 10 à 12 %

 


Respecter la bonne distance avec les logements voisins

Avant de faire une demande d’autorisation des travaux auprès des copropriétaires et de la mairie, il est nécessaire de prévoir le bon projet pour éviter les refus. Il est notamment important, dans le cadre de l’agrandissement d’une fenêtre d’immeuble de respecter les bonnes distances avec les logements voisins, notamment pour préserver l’intimité de chacun en copropriété.

 

Les articles 675 à 680 du Code Civil prévoient notamment l’interdiction de la création d’une ouverture située :

  • à moins de 1,90 m de la limite séparative avec une propriété contiguë en vue directe (immeuble en vis-à-vis) ;
  • à moins de 0,60 m de la limite séparative en vue indirecte (possibilité de voir chez le voisin en tournant la tête) ;

Dans le cadre de l’agrandissement d’une fenêtre en immeuble, cette interdiction a déjà dû être respectée lors de la création de la fenêtre. Votre voisin peut également vous donner son accord écrit s’il accepte pour que vous puissiez contourner cette interdiction.

 

Avant de vous lancer dans les travaux, veillez à vérifier ce que prévoient les règles d’urbanisme de votre commune, ainsi que le règlement de copropriété. Ces deux documents peuvent en effet se révéler plus stricts.

 

Respecter les exigences du PLU et du règlement de copropriété

Dans un immeuble, vos travaux sont soumis aux exigences d’urbanisme de votre commune ainsi qu’à celles du règlement de copropriété. L’agrandissement d’une fenêtre a un impact direct sur l’apparence du bâtiment et fait partie des travaux venant modifier l’harmonie de la copropriété. Pour ces raisons, il est indispensable de prévoir un projet respectant les exigences du PLU (Plan Local d’Urbanisme) et du règlement de copropriété, sans quoi, vous n’obtiendrez pas les autorisations nécessaires pour la réalisation des travaux.

 

Le règlement de copropriété peut notamment exiger de votre part un modèle de fenêtre particulier, un format, un coloris, etc. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à en discuter avec votre syndic de copropriété.

 


Obtenir l’autorisation des copropriétaires

Avant même de faire une déclaration préalable de travaux auprès de la mairie, il est indispensable d’obtenir l’aval des copropriétaires. Pour cela, envoyez une lettre recommandée au syndic de copropriété pour lui expliquer votre projet et joindre les documents nécessaires aux copropriétaires pour le valider ou non. Ce sera ensuite au syndic de copropriété d’organiser une assemblée générale et de convoquer l’ensemble des copropriétaires de l’immeuble afin qu’ils puissent délibérer et voter.

 

L’obtention d’une autorisation pour le remplacement d’une fenêtre et pour l’agrandissement d’une ouverture en immeuble concernant les parties privatives du bâtiment nécessite la majorité absolue des voix de tous les copropriétaires, présents, représentés et absents. Il s’agit de la majorité de l’article 25 de la loi du 10 juillet 1965 qui régit le fonctionnement des copropriétés.

 

Une fois l’aval des copropriétaires obtenu, il vous reste encore l’autorisation de la mairie.

 

Obtenir l’autorisation de la mairie

Selon la commune dont dépend votre immeuble, les exigences à respecter pour votre projet d’agrandissement de fenêtre peuvent être plus ou moins contraignantes. Différents documents peuvent être consultés auprès du service d’urbanisme de votre mairie :

  • le plan local d’urbanisme (PLU) ;
  • le plan d’occupation des sols (POS) ;
  • le règlement de zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) ;
  • ou encore l’aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP).

 

Ces documents d’urbanisme peuvent notamment :

  • interdire l’usage de certains matériaux (pour les fenêtres et les volets) ;
  • interdire certains coloris (pour les fenêtres et les volets) ;
  • exiger que la hauteur soit plus importante que la largeur de la fenêtre, etc.

 

Dans la plupart des cas, une déclaration préalable en mairie est suffisante pour des travaux d’agrandissement de fenêtre en immeuble. C’est ce que prévoit l’article R 421-17 du Code de l’urbanisme. Toutefois, dans certains cas, un permis de construire peut être nécessaire. Si vous n’effectuez pas cette démarche :

  • vous vous exposez à une amende de la mairie ;
  • vous ne pourrez pas bénéficier des différentes aides financières accordées pour la réalisation de ce type de travaux ;
  • et la mairie est en droit de remettre la façade en état à vos frais.

 

La mairie dispose d’un mois pour vous donner son avis concernant votre déclaration préalable de travaux. Une fois ce délai passé, sans nouvelles de la mairie, vous pouvez considérer que les travaux sont acceptés. N’hésitez pas à demander un certificat d’autorisation en mairie pour éviter tout problème ultérieur. Ce document vous permet d’avoir une trace écrite de l’absence d’opposition de la mairie. L’article R 424-13 du Code de l’urbanisme oblige la mairie à vous remettre ce document gratuitement sur simple demande de votre part.

 

Le délai d’instruction pour un permis de construire est de 2 mois. Le permis de construire se soustrait à la déclaration préalable concernant les travaux d’agrandissement de fenêtre d’un immeuble situé dans un secteur protégé ou sauvegardé, mais aussi dans le cadre d’un changement de destination du bien.

 


Souscrire à une assurance dommages-ouvrage

Pour agrandir une fenêtre en immeuble, la loi Spinetta de 1978 rend techniquement obligatoire la souscription d’un particulier à une assurance dommages-ouvrage lors de la réalisation de travaux. Cette assurance est indispensable pour vous protéger en cas de sinistre. Toutefois, son coût élevé et l’absence de sanction en cas de non-souscription dissuadent souvent les copropriétaires d’y souscrire. Une assurance dommages-ouvrage peut représenter un prix compris entre 3 et 5 % du montant global des travaux.

 

En cas de dommages après la vente d’un bien, le nouvel acquéreur peut toutefois se retourner contre le vendeur du bien.

 

Cependant, notez que votre assurance dommages-ouvrage personnelle permet surtout un remboursement rapide. En effet, l'artisan réalisant l’installation et le constructeur des matériaux bénéficient eux aussi d’une assurance dommages-ouvrage qui sera mise en cause si le sinistre provient d’un défaut de fabrication ou d’installation. Lors d’un sinistre, les assureurs recherchent toujours la cause des dégâts et les remboursements peuvent être très longs à obtenir. Une assurance dommages-ouvrage est valable 10 ans à partir de la fin des travaux.

 

Les différents désordres concernés sont :

  • les problèmes d’infiltration ;
  • l’apparition de fissure ;
  • l’effondrement de l’ouvrage, etc.

 

Comment agrandir une fenêtre en immeuble ?

Avant de commencer les travaux d’agrandissement d’une fenêtre en immeuble, le professionnel doit commencer par vérifier l’absence d’une ancienne ouverture condamnée. Cela peut notamment être le cas si vous n’êtes pas les premiers propriétaires du logement. Il doit également vous mettre au fait de l’ensemble de la réalisation du chantier :

  • de la protection du chantier avant la réalisation des travaux ;
  • en passant par les raccords de maçonnerie à effectuer ;
  • mais aussi l’évacuation des gravats, etc.

 

De plus, s’il s’agit d’une porte-fenêtre, le seuil doit respecter les normes d’accessibilité actuelles.

 

Avant de commencer les travaux d’agrandissement d’une fenêtre en immeuble, le professionnel doit également vous remettre une copie de son attestation d’assurance garantie décennale en cours de validité qui vous permet de vous assurer d’être couvert en cas de dommages.

 

La démolition du mur porteur

Pour agrandir une fenêtre en immeuble, il est nécessaire de commencer par la démolition d’une partie du mur porteur. La nature du mur aura une influence directe sur le prix des travaux et notamment son ossature qui peut être :

  • en bois ;
  • en brique ;
  • en pierre ;
  • en béton ;
  • ou encore en parpaings.

 

Agrandissement de l’ouverture (travaux de démolition)

Prix TTC

Dans le sens de la largeur

de 1 400 à 3 000 €

Agrandissement vers le bas

de 600 à 1 600 €

 

Selon les contraintes d’urbanisme et les exigences du règlement de copropriété, vous n’aurez pas nécessairement le choix concernant un agrandissement en largeur ou en hauteur. Il est également important de prendre en compte l’évacuation des gravats.

 

Le choix d’une nouvelle fenêtre

Dans le cadre de travaux d’agrandissement d’une ouverture, la fenêtre existante ne peut pas être remise en place et une nouvelle fenêtre doit être choisie. Outre vos propres critères en matière d’isolation phonique et thermique, il vous faut aussi vous plier aux exigences du règlement de copropriété et du PLU de la ville en termes d’apparence afin que soit conservée une certaine harmonie sur la façade de l’immeuble.

 

Différents matériaux peuvent être choisis pour votre nouvelle fenêtre, les prix fournis correspondant à une fenêtre de taille 115 x 100 mm disposant d’une ouverture avec 2 vantaux et d’un double vitrage :

 

  • Le bois :

Cette solution vous permet d’obtenir de bonnes capacités d’isolation. Un entretien régulier est nécessaire pour que le bois conserve son apparence et une longévité durable. Comptez entre 300 et 700 € TTC (hors pose).

 

  • Le PVC :

Contrairement à une fenêtre en bois, le PVC ne demande aucun entretien. Ses capacités d’isolation sont bonnes et son prix est plus abordable que pour l’achat d’autres matériaux. Comptez entre 200 et 450 € TTC (hors pose).

 

  • L’aluminium :

Ne demandant pas d’entretien non plus, l’aluminium a l’avantage d’assurer une longévité supérieure. Plus résistant, ses capacités d’isolation sont toutefois moins bonnes, bien qu’elles respectent les exigences de la RT 2012. Comptez entre 400 et 600 € TTC (hors pose).

 

  • Le mélange aluminium-bois :

Une autre alternative consiste à choisir une fenêtre composée d’aluminium à l’extérieur et de bois à l’intérieur. Cela permet de bénéficier des avantages de ces différents matériaux : l’absence d’entretien de l’aluminium et les qualités d’isolation du bois. Comptez toutefois entre 500 et 1 000 € TTC (hors pose).

 

Ces prix concernent des fenêtres de façade et non pas des fenêtres de toit pour lesquelles les prix peuvent monter jusqu’à plus de 1 500 € TTC (hors pose) pour des modèles motorisés.

 

Fenêtre pour façade d’immeuble

Prix TTC

En fourniture seule

de 200 à 1 000 €

En pose seule

de 150 à 300 €

 

Le choix du vitrage

N’impactant l’apparence de l’immeuble, le choix du vitrage ne sera soumis à aucune exigence. Nous vous conseillons donc d’opter pour un double vitrage performant qui vous permettra d’obtenir des capacités d’isolation phonique et thermique intéressantes. Il existe pour cela différentes solutions :

  • le double vitrage à résistance renforcée pour augmenter la sécurité de la fenêtre ;
  • le double vitrage à isolation phonique renforcée pour les immeubles situés en zone bruyante ;
  • le double vitrage à isolation thermique renforcée, etc.

 

Voici un tableau récapitulatif des prix à prévoir pour le vitrage de votre fenêtre selon votre choix :

 

Type de vitrage

Prix TTC

Double vitrage avec gaz argon

de 250 à 300 € le m²

Double vitrage air

de 150 à 200 € le m²

Double vitrage avec isolation phonique renforcée

de 200 à 250 € le m²

Double vitrage avec isolation thermique renforcée

de 220 à 240 € le m²

Double vitrage avec résistance renforcée

de 250 à 300 € le m²

 

Le choix du principe d’ouverture de la fenêtre

Il existe différents modes d’ouverture de fenêtres, quelle que soit sa taille. Vous pouvez ainsi choisir entre :

  • une fenêtre coulissante ;
  • une fenêtre basculante ;
  • une fenêtre avec des battants ;
  • ou une fenêtre oscillo-battante.

 

Les fenêtres coulissantes sont notamment choisies pour la praticité qu’elles engendrent concernant l’ameublement de la pièce. De plus, une pose à galandage peut permettre d’ouvrir entièrement la fenêtre qui coulisse alors à l’intérieur de la cloison. Cette solution est très pratique pour accéder à votre balcon ou votre terrasse, mais aussi pour ouvrir votre fenêtre sans que les meubles gênent.

 

Si les fenêtres basculantes sont principalement choisies pour les toitures, vous pouvez opter pour une fenêtre avec deux battants, un modèle traditionnel. Si vous vivez dans un appartement situé au rez-de-chaussée, nous vous conseillons de préférer une fenêtre oscillo-battante pour des raisons de sécurité. Pour aérer votre logement, elle fonctionne comme la fenêtre avec deux battants et vous pouvez l’ouvrir vers l’intérieur de votre logement. En mode oscillo, elle ouvre juste ce qu’il faut pour laisser passer de l’air, mais personne ne peut entrer dans le logement.

 

Le principe d’ouverture n’a que peu d’incidence sur le prix de la fenêtre choisie.

 


Prévoir le remplacement du volet

Lors d’un projet d’agrandissement de fenêtre en immeuble, la fenêtre n’est pas la seule fourniture qu’il est nécessaire de remplacer. Le volet ne conviendra plus aux dimensions de la nouvelle fenêtre et il faut prévoir son prix en fournitures et en pose dans votre projet. Comme pour le choix de la fenêtre, les différents éléments suivants auront une influence sur le prix de votre volet :

  • la matière ;
  • la couleur ;
  • le principe d’ouverture ;
  • la présence d’un automatisme, etc.

 

Comme pour les fenêtres, les volets peuvent être soumis à des exigences fixées par le PLU de la ville et / ou par le règlement de copropriété. Veillez à être vigilant sur les caractéristiques d’isolation du modèle choisi, mais aussi sa durée de vie et son entretien.

 

Volet pour façade d’immeuble

Prix TTC (fourniture seule)

Prix TTC (pose seule)

Volet en PVC

de 100 à 700 €

entre 100 et 200 € TTC pour la pose d’un volet roulant

 

entre 200 et 300 € TTC pour la pose d’un volet double vantaux

Volet en bois

de 250 à plus de 1 000 €

Volet en aluminium

de 250 à 800 €

Volet en matériau composite

de 300 à 900 €

 

Un complément compris entre 50 et 200 € TTC est à prévoir pour l’automatisation du volet.

 

Prix d’un agrandissement de fenêtre en immeuble

Voici un tableau récapitulatif des différents postes de dépenses à prévoir pour l’agrandissement d’une fenêtre en immeuble :

 

Postes de dépenses à prévoir pour l’agrandissement d’une fenêtre

Prix TTC

Dépose de la fenêtre existante

de 100 à 200 €

Agrandissement de l’ouverture (travaux de démolition)

dans le sens de la largeur

de 1 400 à 3 000 €

agrandissement vers le bas

de 600 à 1 600 €

Fenêtre

fourniture seule

de 200 à 1 000 €

pose seule

de 150 à 300 €

Volet

fourniture seule

de 300 à 1 000 €

pose seule

de 150 à 500 €

Travaux de finition

de 300 à 600 €

 

Les aides financières

Si l’installation d’une fenêtre permettait de bénéficier du crédit d’impôt sur la transition énergétique, ceci n’est plus possible depuis le 1er juillet 2018. Vous aurez toutefois la possibilité de bénéficier d’autres aides :

  • une Prime Energie ;
  • les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ;
  • la TVA à taux réduit ;
  • l’éco prêt à taux zéro.

 

Les logements éligibles à un taux de TVA réduit sont ceux pour lesquels les travaux sont terminés depuis au moins deux ans.

 

Pour bénéficier de ces différentes aides financières, l’un des critères d'éligibilité consiste à avoir recours à un artisan certifié RGE pour la réalisation des travaux.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi