Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Comment améliorer l’isolation phonique ?

L’isolation acoustique doit être réalisée à la construction du bâtiment. Quand l’isolation phonique semble insuffisante, il convient de se retourner contre le promoteur ou le vendeur si l’immeuble est récent, dans la mesure où certaines normes issues de la règlementation acoustique en vigueur doivent être respectées. Pour un immeuble plus ancien, améliorer l’isolation phonique peut être envisagé à l’occasion de travaux de rénovation afin d’affaiblir la transmission des bruits, pour l’ensemble de l’immeuble ou seulement pour un logement.

Comment améliorer l’isolation phonique ?
Comment améliorer l’isolation phonique ?

Immeubles récents : faire jouer la garantie de parfait achèvement

Un immeuble neuf doit respecter des normes minimales en matière d'isolation acoustique, notamment en ce qui concerne les bruits d'impact particulièrement gênants d’un logement à l’autre.

Si un défaut d’isolation phonique est constaté, il est possible de faire jouer la garantie de parfait achèvement en invoquant les articles L111-11 et suivants du Code de la Construction et de l’Habitation. Cette garantie permet en effet au premier occupant de pouvoir se retourner contre le vendeur ou le promoteur. Auparavant de 6 mois, le délai dont il dispose pour agir est désormais d’un an à partir de l’entrée en possession du bien.

« Le vendeur ou le promoteur immobilier est garant, à l'égard du premier occupant de chaque logement, de la conformité à ces exigences pendant un an à compter de la prise de possession. »

 


Immeubles anciens : réaliser des travaux

Dans les immeubles anciens, la réalisation de travaux est la seule solution pour améliorer l’isolation acoustique et bénéficier d’un meilleur confort phonique.

Cette isolation peut être réalisée vis à vis des bruits extérieurs, ou vis à vis des bruits intérieurs, la première étant plus facile à mettre en œuvre que la seconde.

 

Isolation vis à vis des bruits extérieurs : changer les fenêtres

Les nuisances sonores extérieures peuvent provenir des bruits de la circulation qu’elle soit routière, ferroviaire ou aérienne, ou encore de cris ou musique dus à la proximité d’une école ou d’un stade. Pour une bonne efficacité de l’isolation acoustique, il est indispensable de coupler le changement des fenêtres elles-mêmes à celui de leur vitrage. Efficace sur les bruits aériens venant de l’extérieurs, l’isolation phonique par les fenêtres permet également de réduire les bruits sortants.

 

Le châssis de la fenêtre sera de préférence en bois ou en PVC dont les qualités isolantes sont plus performantes que l’aluminium au niveau du bruit. En revanche ce dernier résiste mieux aux variations du temps, et restera ainsi plus étanche. En effet l’étanchéité entre la fenêtre et le mur est essentielle pour assurer une bonne isolation phonique.

Le choix du vitrage est aussi primordial. Le double vitrage n’est pas obligé, car un simple vitrage très épais peut être tout aussi performant voire davantage qu’un double vitrage. En revanche, si l’objectif est de profiter de l’isolation phonique pour améliorer le confort thermique, le double vitrage est la meilleure solution, à condition de choisir des verres d'épaisseurs différentes et une lame d'air importante.

La pose de volets roulants peut également renforcer l’isolation phonique, mais d’avantage de l’intérieur vers l’extérieur que l’inverse.

 

L’isolation phonique vis à vis des bruits aériens extérieurs peut être réalisée à titre individuel par chaque copropriétaire ou à titre collectif, par exemple à l’occasion d’un ravalement de façade.

Dans la mesure où les nouvelles fenêtres ne sont pas identiques à ce qui existait auparavant, l’aspect extérieur du bâtiment est alors modifié et une décision de l’assemblée générale des copropriétaires est nécessaire pour autoriser un tel changement. Celle de la mairie également, par le dépôt d’une demande préalable de travaux.

 

Isolation vis à vis des bruits intérieurs : par le plafond

Pour se protéger des bruits aériens causés par les occupants du logement du dessus, l’isolation phonique peut être réalisée par le plafond. Si la pose de fibres végétales telles que la laine de verre ou la laine de roche est à la fois efficace et peu onéreuse, la mousse polyuréthane est plus performante. La meilleure solution reste toutefois la réalisation d‘un faux plafond qui permet de créer un espace entre la suspente et le plafond et d’y loger un isolant.

Toutefois cette solution possède un effet moindre sur les bruits d’impact, à moins de désolidariser le faux plafond du plafond pour éviter que les vibrations ne se propagent.

 

Isolation vis à vis des bruits intérieurs : par le plancher

L’isolation par le plancher, par exemple par la pose de moquette ou mieux par celle d’un parquet flottant, permet de réduire les bruits d’impact ou les bruits aériens mais elle reste plus difficile à mettre en œuvre car elle nécessite l’accord du copropriétaire du dessus.

 

A noter : l’isolation par le plafond comme par le plancher ne peuvent être que des initiatives individuelles et sont difficilement possibles collectivement pour l’ensemble de la copropriété.

 

Attention aux travaux sans autorisation

A l’inverse, certains travaux peuvent altérer l’isolation acoustique et engendrer un trouble du voisinage. La pose de carrelage est ainsi souvent interdite par le règlement de copropriété car susceptible de provoquer des nuisances sonores.

Dans une telle situation, le copropriétaire victime de nuisances a la possibilité d’agir en justice contre le copropriétaire auteur du trouble. Le juge civil pourra alors condamner celui-ci à réaliser des travaux d’isolation phonique ou à déposer un carrelage posé malgré l’interdiction du règlement de copropriété.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi