Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

L’ascenseur hydraulique

S’équiper d’un ascenseur est un investissement important qui procure un confort nouveau et permet de valoriser la copropriété. Une fois la décision de son installation votée, quel type d’ascenseur choisir : hydraulique à vérin ou électrique à traction ? L’ascenseur hydraulique possède des avantages et des inconvénients et convient plus particulièrement à certains types de copropriétés.

L’ascenseur hydraulique
L’ascenseur hydraulique

Principe de l’ascenseur hydraulique

Un ascenseur hydraulique se compose d’une cabine, de guides, d'un ensemble pistons-cylindres hydrauliques, d'un réservoir d'huile, d'un moteur électrique, d’une pompe hydraulique, d'un contrôleur.

L’ascenseur hydraulique ne dispose pas de contrepoids comme l’ascenseur électrique. En montée, la cabine se déplace sous l’action d’un piston contenant de l’huile envoyée via la pompe. La descente, elle, est rendue possible par l’arrêt de la pression et l’évacuation de l’huile du piston-cylindre.

 


Les différents modèles d’ascenseur hydraulique

Plusieurs modèles d’ascenseur hydraulique existent sur le marché, notamment les modèles :

-  à cylindre enterré,

-  à cylindre de surface,

-  Télescopiques à cylindre de surface.

 

S’installant au-dessus du sol, les modèles à cylindre de surface réduisent les risques environnementaux en évitant les possibles contaminations du sous-sol ou de la nappe phréatique qui peuvent intervenir quand le cylindre est enterré.

 

Pour choisir le bon modèle, il faut tenir compte de différents critères, entre autres :

-  La place disponible et les contraintes de circulation,

-  La hauteur totale de l’immeuble et le nombre d’étages qu’il comporte,

-  La stabilité du sol et du sous-sol,

-  L’esthétique de l’immeuble, son style,

-  Les risques de pollution vis à vis du sol et des nappes phréatiques.

 


Avantages et inconvénients de l’ascenseur hydraulique

Même si dans de nombreux lieux l’ascenseur hydraulique a été remplacé par un ascenseur électrique, il présente un grand nombre d’avantages qui en font le modèle idéal dans certains types d’environnements :

-  Il est silencieux,

-  Les déplacements sont doux et sans à-coup, avec une vitesse modérée,

-  Il possède une grande précision au niveau du déplacement,

-  Il reste simple à installer et à entretenir,

-  Il ne nécessite pas de cabanon de machinerie,

-  Son implantation est facile car il est peu encombrant,

-  Il possède une longue durée de vie, ce qui en fait un équipement durable et moins cher qu’il n’y paraît.

 

Bien que moins nombreux, les inconvénients de l’ascenseur hydraulique limitent son utilisation à certains types d’immeubles uniquement :

-  Les possibilités d’élévation de l’ascenseur hydraulique sont restreintes avec une course verticale qui plafonne entre 15 et 18 mètres,

-  Son utilisation peut générer un risque de pollution du sous-sol, sauf pour les modèles à cylindre de surface,

-  Sa vitesse de déplacement est assez lente,

-  Il consomme beaucoup d’énergie,

-  Il nécessite que la dalle de sol soit renforcée.

 

Pour quel immeuble ?

Optimisé pour les déplacements courts et à vitesse modérée, l’ascenseur hydraulique est particulièrement bien adapté aux petits immeubles nécessitant une hauteur d’élévation de 15 à 18 m maximum et dans lesquels l’espace est restreint.

Deux options peuvent être retenues pour son installation : l’ascenseur peut être à gaine maçonnée, c’est à dire fixé à l’intérieur même de la maçonnerie de l’immeuble, ce qui est généralement le cas. Il est également possible de réaliser une installation sur un pylône métallique, il s’agit alors d’un ascenseur autoportant.

Celui-ci peut être aussi bien installé dehors que dedans.

 

Entretien et contrôle de l’ascenseur hydraulique

Comme l’ascenseur électrique, l’ascenseur hydraulique doit faire l’objet d’un entretien obligatoire prévu à l’article L. 125-2-2 du Code de la construction et de l’habitation modifié par la loi Urbanisme et habitat n°2003-590 du 2 juillet 2003 : « Les ascenseurs font l'objet d'un entretien propre à les maintenir en état de bon fonctionnement et à assurer la sécurité des personnes. ». L’entretien peut être délégué à un prestataire de service dont le personnel a reçu la formation nécessaire, dans le cadre d’un contrat écrit d’une durée minimale de 1 an. Le prestataire doit réaliser une visite d’entretien au moins toutes les 6 semaines et mettre à jour le carnet d’entretien de l’ascenseur à chaque visite et/ou dépannage.

 

Par ailleurs, un contrôle technique doit obligatoirement être réalisé sur l’ascenseur tous les 5 ans, afin de s’assurer de son bon état de marche général et de sa sécurité. Ce contrôle ne peut pas être réalisé par le prestataire de service en charge de l’entretien mais uniquement par un organisme certifié.

Je note le guide

Devis et information

En savoir plus sur les ascenseurs

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi