Revêtements de sols d’immeuble : modèles et solutions

Lors de la construction ou de la rénovation d’une copropriété, le choix des revêtements de sols est primordial afin de fournir des solutions adaptées à chaque partie de la copropriété en fonction de son usage. Ainsi des modèles et solutions différents sont à prévoir pour une chambre dans un appartement privatif et pour un hall d’entrée.

Changer les revêtements de sol

Dans une copropriété, le changement des revêtements du sol s’avère indispensable dès lors que son endommagement pose des problèmes de sécurité. Les parties communes sont des lieux de passage particulièrement empruntés et en cas de chute d’un résident ou toute autre personne causée par la non rénovation du sol, la responsabilité des copropriétaires risque d’être engagée.

 

D’autres critères peuvent motiver le changement des revêtements de sol, parmi lesquels :

  • des raisons de praticité (en termes de nettoyage notamment) ;
  • des raisons esthétiques (pour le standing de l’immeuble) ;
  • des raisons phoniques (le confort sonore peut être amélioré par un revêtement de sol adapté) ;
  • des raisons thermiques (travaux de rénovation énergétique).

 


Pour les parties communes

Selon les intempéries, les chaussures sont plus ou moins propres et un revêtement facile à laver, a minima pour le hall d’entrée, est indispensable. C’est un lieu de très fort passage puisque tous les occupants l’empruntent quotidiennement. Des personnes extérieures à la copropriété comme le facteur ou divers professionnels se chargeant de maintenance et de travaux, ainsi que des visiteurs sont amenés à y passer très régulièrement également.

De plus, le sol du hall d’entrée est un des éléments les plus visibles de la copropriété après sa façade extérieure, ainsi il participe fortement à l’apparence de l’immeuble.

Les couloirs des étages sont également foulés par des pas tous les jours.

 


Pour les parties privatives

En copropriété, il est indispensable d’opter pour une solution de revêtement de sol qui ne vienne pas encombrer le confort acoustique de votre voisin d’en dessous. Les parquets et les carrelages sont, par exemple, réputés pour être bien plus bruyants qu’un carrelage qui absorbe le bruit.

 

Les autorisations nécessaires

Seul un copropriétaire peut changer le revêtement de sol de son logement. Un locataire ne pourra donc pas choisir de changer le revêtement de sol de l’appartement qu’il loue. Sauf dans le cas où il en demande l’autorisation au copropriétaire et que celui-ci le lui autorise après avoir lui-même vérifié auprès de la copropriété s’il est possible de procéder à ce type de modification.

 

Le règlement de copropriété

Dans tous les cas de figures, des dispositions particulières sont généralement prévues dans le règlement de la copropriété. Il convient donc de commencer par le consulter. Il sera notamment mentionné l’obligation ou non de porter le projet devant une assemblée générale. Ainsi, le règlement de copropriété peut prévoir que l’aval du syndic de copropriété soit nécessaire ou qu’un vote des copropriétaires en AG soit obligatoire.

 

Des travaux soumis à conditions

Le règlement de copropriété peut :

  • interdire la modification des revêtements de sols. Dans ce cas-là, il pourra être possible de remplacer un revêtement abîmé par un revêtement similaire neuf.
  • imposer le respect d’un certain degré de performances acoustiques.
  • prévoir des dispositions à prendre pour la réalisation des travaux.

En cas de non-respect du règlement de copropriété, la responsabilité du propriétaire du lot pourra être engagée.

 


Les réglementations acoustiques

Pour connaître la réglementation acoustique applicable à votre immeuble, il faut se fier à la date de construction du bâtiment. Celle-ci correspond à un niveau d’isolement acoustique à respecter vis-à-vis de ses voisins. Il doit être appliqué pour les parties privatives comme pour les parties communes.

 

○     Date de construction antérieure à 1970

Avant les années 1970, la réglementation imposait simplement « une isolation acoustique suffisante ».

 

○     Date de construction comprise entre 1970 et 1996

L’article R. 111-4 du Code de la construction et de l'urbanisme de l'arrêté du 14 juin 1969 impose que « l'isolation des planchers, y compris les revêtements de sol, doit être telle que le niveau de pression acoustique perçu dans chaque pièce principale ne dépasse pas 70 dB ».

 

○     Date de construction ultérieure à 1996

Les immeubles bâtis de nos jours doivent respecter un niveau de pression acoustique maximal de 58 dB.

 

Comment ne pas dégrader les capacités d’isolation acoustique de son sol ?

L’isolation phonique des sols en copropriété est un élément indispensable au confort de vie des habitants. Ainsi des précautions techniques doivent être prises lors de l’installation des revêtements de sols d’immeuble, que ce soit dans les parties communes comme dans les parties privatives, lors de la construction et de la rénovation.

 

Poser une sous-couche

Pour remplacer un matériau souple comme de la moquette par un matériau dur tel du carrelage, il faudra donc intercaler une sous-couche en-dessous du nouveau revêtement. Un matériau souple absorbe les impacts que font les bruits de pas, les objets qui tombent ou tout simplement les jouets de vos enfants. La sous-couche tiendra également ce rôle.

 

Poser le revêtement sur de l’existant

Pour poser du parquet, si la sous-couche est une solution, il est aussi possible de conserver la couche de moquette existante et de poser le parquet par-dessus. Ainsi, la moquette continuera à exercer ses capacités absorbantes.

En choisissant de poser un revêtement stratifié, il suffira sinon d’en choisir un modèle disposant d’une sous-couche résiliente.

 

Revêtements de sols d’immeuble : les parquets

Rapide d’installation, le parquet stratifié est une alternative au bois qu’il est facile d’entretenir. Toutefois, le parquet massif et le parquet contrecollé sont d’excellentes solutions en termes de résistance aux passages fréquents. Le bois apporte une atmosphère chaleureuse et habille une pièce de son aspect naturel.

Il est conseillé de placer entre les lames des joints permettant l’imperméabilisation du revêtement de sol et une vitrification peut être la bienvenue.

 

Les parquets

Types de revêtements

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

Parquet massif*

  • résistant à l’usure et aux taches
  • facile d’entretien
  • esthétique et robuste
  • escaliers et entrées
  • séjour, salle à manger, bureaux et couloirs
  • convient pour les terrasses et balcons
  • ne convient pas pour les sous-sols et caves
  • déconseillé pour une chambre d’enfant (bruit) et pour une cuisine (taches)
 

50 à 150 €

Parquet flottant

  • séjour, chambre pour adulte et salle à manger
  • ne convient pas pour les escaliers, entrées, bureaux, couloirs, sous-sols, caves, cuisines, salles de bains, balcons et terrasses
  • adapté mais déconseillé pour une chambre d’enfant (bruit)

30 à 150 €

Parquet stratifié

  • facile d’entretien
  • séjour, cuisine, salle de bains, chambre pour adultes et salle à manger
  • ne convient pas pour les escaliers, entrées, bureaux, couloirs, sous-sols, caves, balcons et terrasses
  • déconseillé pour une chambre d’enfant
 

5 à 50 €

*Ce revêtement est une solution écologique. Retrouvez plus d’informations dans le paragraphe concerné.

 

 


Revêtements de sols d’immeuble : les pierres naturelles

Dans les espaces intérieures, les pierres naturelles permettent de dégager une atmosphère à la fois raffinée et authentique. Les revêtements de sols en pierres naturelles ne conviennent pas pour les sous-sols et les caves.

 

Les pierres naturelles

Types de revêtements

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

Pierre blanche ou calcaire

  • résiste peu à l’usure et aux taches
  • facile d’entretien
  • séjour et bureau (esthétique)
  • salle à manger (traitement hydrofuge indispensable)
  • ne convient pas pour les escaliers, les couloirs, les entrées et en extérieur
  • se tâche facilement dans une cuisine et dans une salle de bains
  • froid au toucher dans les chambres
 

50 à 120 €

Marbre

  • résiste peu à l’usure et aux taches
  • très facile d’entretien
  • séjour, couloir, bureau et salle à manger (esthétique)
  • en extérieur (traitement spécifique indispensable)
  • ne convient pas pour les escaliers et les entrées
 

40 à 140 €

Granit

  • excellente résistance à l’usure et aux taches
  • très facile d’entretien
  • escaliers, couloir, bureau  entrée, cuisine, salle de bains, séjour et salle à manger (esthétique et résiste à l’usure)
  • en extérieur (très robuste)
 

60 à 160 €

Ardoise

  • escaliers, couloir, bureau, entrée, cuisine, salle de bains, séjour et salle à manger (esthétique et résiste très bien à l’usure, jusqu’à 300 ans)

30 à 60 €

 

La pierre reconstituée peut être une alternative à la pierre naturelle.

 

La pierre reconstituée

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

  • excellente résistance à l’usure
  • faible résistance aux taches
  • très facile d’entretien
  • parfaite imitation de la pierre naturelle
  • escalier, bureau, couloirs, entrée, séjour, chambres et en extérieur
  • craint l’humidité dans les salles de bains et les cuisines
  • ne convient pas pour les salles à manger, les sous-sols et les caves
 

dès 50 €

 

 

Revêtements de sols d’immeuble : les sols souples

A privilégier dans les parties privatives de la copropriété, les revêtements souples de type moquette demandent un entretien important. Alors que des revêtements en PVC et vinyle permettent des imitations de matières tout en étant bien plus simples à entretenir.

Cette catégorie de revêtement n’est pas adaptée en extérieur.

 

Les sols souples

Types de revêtements

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

Linoléum*

  • excellente résistance à l’usure et aux taches
  • très facile d’entretien
  • antistatique et anallergisant
  • agréable au toucher
  • convient pour tout type d’espace sauf aux pièces humides et en extérieur
 

20 à 80 €

PVC

  • résiste peu à l’usure
  • excellente résistance aux taches
  • très facile d’entretien
  • salle à manger, cuisine, bureau, salle de bains, séjour et sous-sol (imperméable et esthétique)
  • chambres (confortable et sain, bonne isolation)
  • ne convient pas pour les escaliers, les couloirs, les entrées
 

2 à 45 €

Moquette

  • bonne résistance à l’usure
  • résiste peu aux taches
  • difficile d’entretien
  • confortable
  • séjour et chambres
  • peu adapté pour les escaliers, entrée, salle à manger
  • ne convient pas aux pièces humides
 

3 à 200 €

Coco*

  • excellente résistance à l’usure
  • bonne résistance aux taches
  • difficile d’entretien
  • convient pour les pièces à fort passage comme escaliers, couloirs, entrées
  • salle à manger, salles de bains et séjour (imperméable et lumineux)
  • ne convient pas dans une cuisine
 

7 à 27 €

Sisal*

  • excellente résistance à l’usure
  • bonne résistance aux taches
  • très facile d’entretien

12 à 32 €

Jonc de mer*

  • résistant à l’usure
  • excellente résistance aux taches
  • facile d’entretien
  • salle à manger, bureau et séjour (imperméable et lumineux)
  • déconseillé dans les couloirs et dans les chambres
  • ne convient pas dans une cuisine
 

7 à 40 €

Liège*

  • résistant à l’usure et aux taches
  • facile d’entretien
  • salle à manger, bureau, chambres, cuisine, salle de bains et séjour
  • moyennement adapté aux escaliers, couloirs et entrées
 

15 à 30 €

Cuir

  • résistant à l’usure
  • résiste peu aux taches
  • facile d’entretien
  • chaleureux
  • revêtement de luxe ne convenant pas aux zones de passage
  • à installer dans un séjour ou dans une chambre pour adulte
  • trop fragile pour une chambre d’enfant
 

200 à 250 €

*Tous ces revêtements sont des solutions écologiques. Retrouvez plus d’informations dans le paragraphe concerné.

 

Revêtements de sols d’immeuble : les bétons

Plutôt présent dans les parties privatives que dans les parties communes, béton ciré et béton teinté conviennent pour un rendu rustique contemporain dans les pièces non humides. Le béton est sensible à l’eau et nécessitera un traitement hydrofuge particulièrement s’il est placé dans des pièces humides.

 

Les bétons

Types de revêtements

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

(pose incluse)

Béton lissé*

  • excellente résistance à l’usure
  • faible résistance aux taches
  • très facile d’entretien
  • compatible avec un chauffage au sol
  • escaliers, entrées, bureaux et séjours (robuste et esthétique)
  • déconseillé dans les pièces humides
  • ne convient pas pour les salles à manger, les sous-sols, les caves, ni en extérieur
 

100 à 180 €

Béton ciré*

70 à 100 €

Béton dallé

  • excellente résistance à l’usure
  • bonne résistance aux taches
  • très facile d’entretien

80 à 200 €

Béton composite

  • faible résistance à l’usure et aux taches
  • très facile d’entretien
  • imitation béton ciré
    • séjours, chambres et bureaux
    • ne convient pas pour les escaliers, entrées, salles à manger, couloirs, ni en extérieur
 

60 à 100 € (hors pose)

Béton coulé

  • faible résistance à l’usure
  • bonne résistance aux taches
  • très facile d’entretien
  • ne convient pas comme revêtement de sol en copropriété sans traitement et sans finition (voire béton lissé et béton ciré)
 

100 à 200 €

*Tous ces revêtements sont des solutions écologiques. Retrouvez plus d’informations dans le paragraphe concerné.

 

Revêtements de sols d’immeuble : les carrelages

Les carrelages répondent parfaitement aux zones de passages excessifs. Étanches et faciles d’entretien, ils ne se rayent pas. On les retrouve beaucoup dans l’habitat collectif.

 

Les carrelages

Types de revêtements

Caractéristiques

Utilisation

Prix au m²

Terre cuite*

  • excellente résistance à l’usure
  • faible résistance aux taches
  • facile d’entretien
  • traitement contre l’humidité nécessaire
  • robuste et esthétique
  • escaliers, bureau, couloir, entrée, salle à manger, chambre, séjour
  • peut convenir en extérieur
  • ne convient pas pour les sous-sols et les caves
 

40 à 60 €

Tomettes

35 à 100 €

Carreaux de ciment

  • excellente résistance à l’usure et aux taches
  • très facile d’entretien
  • ne craint pas l’humidité
  • entrées, salle à manger, séjour, bureau, couloir
  • ne convient pas pour les escaliers, les sous-sols, les caves, ni en extérieur
  • solution peu chaleureuse pour une chambre
 

20 à 75 €

Mosaïque

  • fortement déconseillé comme revêtement de sol
  • solution possible pour un revêtement de sol extérieur, ainsi que pour les cuisines et les salles de bains

10 à 55 €

Grès cérame*

  • convient pour tout type de sol, mais peu conseillé pour les sous-sols et les caves

 

20 à 150 €

Faïence

  • faible résistance à l’usure et aux taches
  • facile d’entretien
  • fortement déconseillé comme revêtement de sol
  • solution possible pour une cuisine ou pour une salle de bains, mais risques de glisse
 

*Tous ces revêtements sont des solutions écologiques. Retrouvez plus d’informations dans le paragraphe concerné.

 

Autres revêtements de sols d’immeuble

En copropriété, le métal n’est pas une solution de revêtement de sols adaptée. Tout comme le verre qui est bien trop fragile et trop peu adapté à l’usage d’habitation. Le verre peut toutefois convenir pour le sol d’une mezzanine dans un appartement. En effet, ce matériau permettra de bénéficier d’un éclairage naturel. Cependant, c’est une solution qui est plus fragile que d’autres solutions de revêtements de sols d’immeuble.

 

Les solutions de revêtements de sols écologiques

La tendance actuelle est au développement de la prise en considération de l’environnement. Pour placer votre copropriété dans cette orientation, choisir des solutions de revêtements de sols écologiques relève d’une véritable plus-value pour les copropriétaires que ce soit en termes de possibilités de vente et de location, mais également de confort de vie au quotidien.

Ainsi, il existe de nombreux matériaux répondant aux critères de revêtements écologiques, parmi lesquels le linoléum naturel, le carrelage, le parquet, la terre cuite, etc.

 

En fibres végétales

Lorsque des revêtements de sol en fibres naturelles sont posés sans colle, il ne possède aucune toxicité en eux. Les fibres végétales utilisées pour les revêtements en fibres naturelles sont :

  • le jute ;
  • le jonc ;
  • le coco ;
  • le liège ;
  • le sisal.

L’inconvénient principal de ces moquettes est leur difficulté d’entretien. Allergènes et bactéries risquent de s’y accumuler et peuvent provoquer des réactions chez les personnes sensibles. Comptez à partir de 10 € TTC par m² (hors pose).

 

Le linoléum naturel

A ne pas confondre avec le “lino” qui correspond à un revêtement de sol en PVC, le linoléum se fabrique facilement à l’aide de matières premières renouvelables. Comptez à partir de 20 € TTC par m² (hors pose).

 

Les parquets

Compatible avec l’utilisation d’un plancher chauffant, le parquet contrecollé est une solution écologique dès lors que le bois porte la mention EC1. Celle-ci fait référence aux matériaux utilisés et représente une faible émission de COV (composés organiques volatiles). Comptez à partir de 25 € TTC par m² (hors pose).

 

Dès lors qu’il provient de forêts à gestion durable entretenues de manière locale, le bois composant un parquet massif est fait à base de matière première renouvelable en faveur de l’environnement. La vitrification de ce type de parquet alimentera toutefois un processus d’émission de COV causé par une réaction électrostatique.

Pour que le parquet massif demeure une solution écologique, il est conseillé de remplacer la vitrification par une imprégnation à l’huile dure et de procéder à une pose clouée.

Comptez à partir de 30 € TTC par m² (hors pose).

 

Les minéraux

Le carrelage en grès est une solution écologique qui demande toutefois un processus de fabrication gourmand en énergie.

Comptez à partir de 10 € TTC par m² (hors pose).

 

Le carrelage en terre cuite est une alternative plus simple à fabriquer. L’une de ces caractéristiques est sa porosité qui est un atout en termes de régulation de l’humidité mais pas vis-à-vis de son entretien.

Comptez à partir de 15 € TTC par m² (hors pose).

 

Le béton lissé et le béton ciré ne dégagent aucun polluant. Leur fabrication est toutefois très énergivore.

Comptez à partir de 15 € TTC par m² (hors pose).

 

Le revêtement de sol du parking de l’immeuble

En copropriété, les revêtements de sol incluent également le sous-sol éventuel de l’immeuble abritant un parking privé. Celui-ci peut aussi se situer, en extérieur, à côté du bâtiment accueillant les résidents.

Pour un parking, le revêtement de sol adapté consiste généralement en une peinture de sol en résine. Elle convient en effet parfaitement à un fort trafic et dispose de performances ultra-résistantes. Les peintures de sol permettent également de délimiter les emplacements de stationnement.

 

Une peinture à base de résine est la plus adaptée pour le marquage au sol dans un parking. Pour son application, il faut :

  • consulter la norme NF-P 91-120 qui prévoit la taille conforme des places selon leur disposition ;
  • prévoir des places de stationnement à destination des personnes à mobilité réduite (PMR) ;
  • numéroter les places de parking afin de les attribuer à des résidents.

 

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi