Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Guide de la sécurité en copropriété

La sécurité dans la copropriété est primordiale. Il convient d’adapter les bons gestes mais aussi d’équiper la résidence en conséquence pour rassurer les copropriétaires et garantir le bien-être des habitants. Cela ne dispense pas non plus chaque copropriétaire de sécuriser son propre appartement avec son système personnel. Pour équiper les parties communes, diverses solutions existent. Quelles sont leurs caractéristiques ? Leurs subtilités et réglementations ?

Guide de la sécurité en copropriété
Guide de la sécurité en copropriété

La sécurité dans la copropriété est primordiale. Il convient d’adapter les bons gestes mais aussi d’équiper la résidence en conséquence pour rassurer les copropriétaires et garantir le bien-être des habitants. Cela ne dispense pas non plus chaque copropriétaire de sécuriser son propre appartement avec son système personnel.

Pour équiper les parties communes, diverses solutions existent. Quelles sont leurs caractéristiques ? Leurs subtilités et réglementations ?

 

Les différences entre vidéosurveillance et système anti-intrusion

Avant même de commencer à trouver des solutions concernant l’installation d’équipements de vidéosurveillance ou de système anti-intrusion dans la copropriété, il est important de distinguer les deux.

La vidéosurveillance repose sur l’utilisation de caméras qui peuvent :

  • Enregistrer les images tout au long de la journée ;
  • Enregistrer les images uniquement en cas de détection de mouvement sur des plages horaires définies.

Dans tous les cas, des images sont retenues et permettent d’identifier des individus en cas d’ ou encore de dégradations. Il s’agit ainsi d’une méthode plutôt passive dans la sécurité de la copropriété.

 

Quand on parle d’anti-intrusion, on cible plutôt des équipements permettant une méthode active pour repousser les malfaiteurs.

Ainsi, on utilisera plutôt des alarmes avec détection de mouvement, détection d’ouvertures ainsi que des sirènes pour alerter les copropriétaires d’une intrusion et repousser les intrus.

 

Il existe également des méthodes plus récentes qui consistent à tenter d’identifier les personnes qui tentent de s’introduire dans les locaux. Notamment à l’aide d’alarmes silencieuses dont le but n’est pas de faire fuir les cambrioleurs mais plutôt d’essayer de les retenir dans les lieux jusqu’à l’intervention des forces de l’ordre. On utilisera alors des outils de détection d’intrusion, de fuite ou de panne pour répondre à tous les besoins de sécurité, et des alertes sont directement envoyées sur smartphones, tablettes vers les membres du conseil syndical, le gardien, ou vers des sociétés spécialisées dans la sécurité.

 


La vidéosurveillance en copropriété

La vidéosurveillance est de plus en plus sollicitée en copropriété. La cause ? Le sentiment d’insécurité des habitants. Près de 16 % de la population affirme se sentir en insécurité dans son domicile.

Opter pour la vidéosurveillance demande de respecter quelques règles afin de ne pas porter atteinte à l’image des habitants, mais aussi requiert de bien choisir ses équipements.

 

La vidéosurveillance et les règles à respecter

L’installation de caméras est réglementée car elle ne doit pas nuire à l’intimité des habitants. Le vote en Assemblée générale est requis et, dans la mesure où la copropriété n’est pas considérée comme un espace recevant du public, aucun dépôt ou déclaration à la CNIL n’est nécessaire. En cas contraire (logements sociaux, ERP), les règles concernant les caméras doivent être respectées sous peine de possibles poursuites des copropriétaires concernés envers le Syndic.

Les caméras peuvent filmer les espaces communs mais en aucun cas une porte d’appartement, ou encore une fenêtre.

Dès lors, elles peuvent prendre place dans :

  • Un parking ;
  • Un local à Vélo ;
  • Le local poubelle ;
  • La cour ;
  • Le hall d’entrée ;
  • L’accès aux escaliers et ascenseurs.

 

Même s’ils sont filmés, tous les habitants n’ont pas le droit de consulter les images enregistrées. Le gardien, le gestionnaire de l’immeuble ainsi que les membres du conseil syndical et du Syndic ont le droit de visualiser les images de vidéosurveillance qui ne peuvent être conservées plus de 1 mois.

Enfin, il est impératif de signaler la présence de systèmes de vidéosurveillance dès l’entrée dans les locaux ou la cour si elle est équipée de caméras.

 

Choisir son système de vidéosurveillance

Les fabricants de solutions pour la vidéosurveillance ne cessent d'innover et proposent une large gamme de technologies et d’équipements qui s’adaptent à toutes les zones de la copropriété en répondant à divers besoins pour l'enregistrement et la lecture d’images.

 situation sirene hall

Caméra filaire ou sans fil ?

Pour fonctionner, c’est-à-dire pour échanger des images et des données, les caméras de surveillance modernes utilisent le protocole Internet (IP)

Désormais, qu’elles soient filaires ou wifi, toutes les informations enregistrées ou lues par la caméra sont diffusées par ce canal.

Par abus de langage, on désigne aujourd’hui les caméras IP comme les caméras filaires, à distinguer donc des caméras Wifi alors même qu’elles emploient la technologie IP.

 

Néanmoins, il existe toujours des caméras filaires qui ne sont pas IP. L’achat d’un enregistreur est donc indispensable et coûte entre 200 et 600 €.

 

Pour choisir entre une liaison filaire ou non filaire, vous devez vous poser les bonnes questions :

  • Êtes-vous prêts à dépenser plus d’argent dans l’installation de caméras filaires ?
  • Disposez-vous d’un réseau Wifi assez puissant ?
  • Favorisez-vous le budget par rapport à la qualité de transmission ?

 

En effet, même sur le plan de la résolution, les deux types de caméras sont équivalentes, la transmission quant à elle est différente.

Le Wifi dépend de la puissance de la connexion et est sujet à des micros coupures voire des pannes. Si l’on veut que des alertes soient envoyées sur des smartphones par exemple, il faudra s’assurer que le système dispose d’une carte sim avec un abonnement, généralement sur une base annuelle.

Les liaisons filaires, quant à elles, sont plus performantes et sont favorisées sur le plan de la confiance et du confort d’utilisation.

 

Côté prix :

Prix caméra

Où placer les caméras ?

Selon la zone de la copropriété que vous souhaitez protéger par la vidéosurveillance, il ne faudra pas employer le même matériel.

Parfois, la simple utilisation judicieuse de la caméra de l’interphone, pour le contrôle ponctuel des allers et venues peut suffire. Chaque résident peut activer la caméra de l’interphone depuis le poste vidéo de son appartement.

Ensuite, on distingue les caméras intérieures et les modèles extérieurs même si aujourd’hui, les fabricants tendent à proposer des modèles qui s’adaptent partout.

 

Toutefois, dans la cour de la copropriété, la cave ou bien dans le local vélo ou un parking, il est préférable de poser des caméras certifiées pour l’extérieur.

Il convient donc d’acheter des caméras de type IP66, résistantes à l’humidité.

 

Dans un hall d’entrée, un sas ou bien face à une porte d’ascenseur, des caméras classiques d’intérieur seront idéales.

Il faut noter que les caméras extérieures sont plus complexes à la fabrication du fait des nombreuses protections contre les poussières et l’humidité, ainsi, elles sont plus onéreuses à l’achat.

 

Il est important de placer les équipements aux endroits stratégiques :

  • Face au portillon d’entrée ;
  • Face à un chemin d’accès ;
  • Devant la porte d’entrée principale sans oublier les issues de secours ;
  • Devant le parking et autres locaux.

 

En présence d’un gardien, disposer des caméras dans le hall n’est pas indispensable. Le gardien faisant acte de présence et de surveillance, il est préférable de sécuriser l’enceinte du bâtiment en équipant le bureau du gardien d’écran de contrôle à l’aide de lecteurs mais aussi d'enregistreurs.

 

Équiper la copropriété avec les bonnes installations

L’installation d’un système de vidéosurveillance en passe par l’achat de plusieurs équipements.

En effet, la caméra seule peut ne pas suffire selon les modèles et les fabricants.

Pour une installation complète et performante, l’achat d’un lecteur peut être intéressant.

Il s’agit alors d’écrans de contrôle qu’il est possible de placer dans le bureau du gardien ou un quelconque local technique.

De même, si vous souhaitez enregistrer les images afin d’avoir des traces d’une éventuelle intrusion, l’enregistreur sera indispensable.

D’autres accessoires peuvent être utiles. C’est le cas du détecteur. Ce module évite à la caméra de filmer en continu l’espace. À chaque mouvement et sur des plages horaires programmées, le détecteur déclenche la caméra. Les détecteurs sont néanmoins de plus en plus intégrés aux caméras.

 centrale zeno copropriete


Lutter contre les intrusions dans la copropriété

Le risque d’intrusion dans les communs de la copropriété est important. Le va-et-vient des copropriétaires est difficilement gérable ce qui favorise parfois les cambriolages.

Pour lutter contre cela, des dispositifs anti-intrusion existent, notamment avec l’utilisation d’alarmes.

 

La réglementation des alarmes

Il n’existe pas de réglementation à proprement parlé qui concernent les alarmes anti-intrusions. Aucune norme n’est imposée sur le plan national. Attention tout de même au niveau de décibels qui peut être limité par la commune ou par la préfecture.

 

Une alarme peut être placée en partie privative sur décision du copropriétaire mais aussi en partie commune sur décision de l’assemblée.

Dès lors que l’alarme concerne le privatif, il est nécessaire de consulter le règlement intérieur qui peut interdire l’utilisation d’alarmes à cause des nuisances sonores possibles.

 

Les solutions et outils anti-intrusion

Un dispositif anti-intrusion est composé de divers équipements qui peuvent être ajoutés en option selon les souhaits de la copropriété.


De base, on dispose d’un kit alarme comprenant :

  • une centrale, centre névralgique de la gestion de cette alarme ;
  • une sirène extérieure et / ou intérieure ;
  • un clavier à code ou à badge pour l’activation et la désactivation de l’alarme ;
  • des systèmes de déclenchement de l’alarme.

 

Les options qu’il est possible de choisir concernent surtout les déclencheurs ; vous pouvez opter entre plusieurs appareils :

  • le détecteur de mouvement qui sera le plus adapté aux communs de la copropriété ;
  • le détecteur d’ouverture : dès lors qu’une fenêtre ou une porte (entrée, garage, local…) est ouverte et que l’alarme est activée, cette dernière retentit ;
  • les barrières à infrarouge : invisibles, elles déclenchent la sirène par un simple passage à travers les rayons infrarouges.

 

Ces équipements permettent une meilleure sécurité mais aussi un contrôle des accès dans la copropriété.

Les appareils peuvent être filaires ou non filaires. Comme pour la vidéosurveillance, le filaire est plus performant car la transmission est directe. Le non filaire reste néanmoins plus simple à installer.

 

Selon les options mais aussi son fonctionnement, le système d’alarme anti-intrusion coûtera entre 150 et 1 500 € à la copropriété.

 

Choisir un système anti-intrusion et la vidéosurveillance

Pour dissuader mais aussi parfaitement protéger tous les habitants de la copropriété, la meilleure solution de sécurisation des lieux réside dans l’association de caméras de surveillance et d’un système anti-intrusion complet.

Les malfaiteurs auraient bien plus de mal à entrer dans la résidence et, dans le cas où ils parviendraient à le faire, à rester discrets et anonymes.

 

Cela demande plus de budget à consacrer sur ce poste de travaux mais les résultats seront bien meilleurs.

En cas de non-présence d’un gardien, l’idéal reste la télésurveillance, couplée à une installation anti-intrusion.

La télésurveillance est assurée par des sociétés spécialisées.

Ces dernières peuvent s’occuper de l’installation complète de votre dispositif mais propose aussi des contrats de surveillance et l’intervention de vigiles en cas de signalement. Un tel abonnement coûte aux alentours de 50 € par mois.

Devis et information

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur URMET et ses produits ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi