Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Le comparatif des isolants

Lors de la construction d’un immeuble ou pour les travaux de rénovation d’une copropriété, il n’est pas toujours facile de choisir l’isolant adapté aux conditions météorologiques de la région afin d’assurer le confort des résidents aussi bien sur le plan phonique que sur le plan thermique. Avec ce guide sur le comparatif des isolants en construction et en rénovation vous connaîtrez les prix, les performances thermiques et les performances phoniques de chaque isolant, mais également l’énergie grise que génère le cycle de vie de chacun de ces isolants.

Le comparatif des isolants
Le comparatif des isolants

Lors de la construction d’un immeuble ou pour les travaux de rénovation d’une copropriété, il n’est pas toujours facile de choisir l’isolant adapté aux conditions météorologiques de la région afin d’assurer le confort des résidents aussi bien sur le plan phonique que sur le plan thermique. Avec ce guide sur le comparatif des isolants en construction et en rénovation vous connaîtrez les prix, les performances thermiques et les performances phoniques de chaque isolant, mais également l’énergie grise que génère le cycle de vie de chacun de ces isolants.

 

L’isolation d’un immeuble en copropriété

L’isolation d’un immeuble joue un rôle majeur dans le bien-être et le confort des résidents au quotidien tout en permettant de réaliser de véritables économies d’énergie sur la consommation en chauffage et en climatisation. La multitude des isolants existants aujourd’hui complique le choix des copropriétaires pour leurs travaux de rénovation. Pour isoler de manière efficace, l’objectif de tous travaux d’isolation, quel que soit le matériau choisi, consiste à piéger le plus d’air possible et d’éviter tous les ponts thermiques.

 

Pour connaître la performance d’un isolant, il convient de prendre en compte ses capacités à empêcher une puissance thermique de passer au travers d’une surface. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on parle de conductivité thermique pour comparer différents isolants entre eux et ainsi connaître leur résistance thermique.

 

Parmi les isolants que vous pouvez choisir pour la rénovation de l’isolation de la copropriété trois grandes familles de matériaux se distinguent :

  • les isolants minéraux ;
  • les isolants bio-sourcés ;
  • et les isolants synthétiques.

 

Les isolants minéraux

Les isolants minéraux, aussi connus sous le nom de laines minérales proposent un bon rapport qualité prix. Leur résistance au feu fait de cet isolant minéral une solution adaptée pour des immeubles fonctionnant avec un système de chauffage au bois. L’un des points faibles des isolants minéraux concerne toutefois l’énergie grise importante que provoquer leur cycle de vie. En effet, avec un faible taux de recyclage et la production importante d’énergie grise lors de la fusion de la roche ou du sable, les isolants minéraux ne sont pas une solution adaptée sur le plan environnemental.

 

Parmi les isolants minéraux, il est notamment possible de citer :

  • la laine de roche ;
  • la laine de verre ;
  • la vermiculite ;
  • la perlite exfoliée, etc.

 

Voici un tableau comparatif des prix des isolants minéraux que vous pouvez choisir pour l’isolation de l’immeuble :

 

Isolants minéraux

Prix TTC

Laine de roche

de 5 à 15 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Laine de verre

de 3 à 10 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Vermiculite

de 10 à 20 € le m²

Perlite

190 € le m3

 

Nous vous déconseillons de choisir des isolants minéraux pour isoler les combles de la copropriété puisque leur faible déphasage n’assurera pas le confort des résidents vivant sous la toiture en été. Les isolants minéraux sont généralement d’une faible densité.

 

Les isolants bio-sourcés

Les isolants bio-sourcés sont des matériaux d’origine végétale, animale ou ayant été recyclés comme la ouate de cellulose, par exemple. Ces isolants sont caractérisés par une matière généralement assez dense qui offre de bonnes performances thermiques. Les isolants bio-sourcés d’origine végétale ont l’avantage d’évacuer naturellement la vapeur d’eau, ce qui évite les problèmes d’humidité et de dégradations liées à l’humidité. Parmi les isolants bio-sourcés, il est notamment possible de citer :

  • la ouate de cellulose ;
  • la laine de mouton ;
  • la laine de bois ;
  • la laine de lin ;
  • la laine de coco ;
  • la paille ;
  • la laine de chanvre ;
  • le liège expansé, etc.

 

Voici un tableau comparatif des prix des isolants bio-sourcés que vous pouvez choisir pour l’isolation de l’immeuble :

 

Isolants bio-sourcés

Prix TTC

Ouate de cellulose

de 20 à 30 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Laine de bois (ou fibres de bois)

environ 15 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Liège expansé

de 10 € à 30 € le m², selon l'épaisseur et la densité

Laine de chanvre

environ 15 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Paille

environ 40 € le m3 pour les blocs de construction

Laine de coton

de 10 à 25 € le m² selon l'épaisseur

Laine de coco

de 25 à 35 € le m²

Laine de lin

environ 15 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Laine de mouton

de 15 à 25 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

 

En copropriété, l’utilisation des isolants bio-sourcés est notamment conseillée pour l’isolation des combles.

 

Les isolants synthétiques

Autre solution, pour isoler un immeuble en copropriété, opter pour un isolant synthétique dérivé de la pétrochimie. Ce sont des isolants dont le prix est généralement plus abordable et dont les performances sont bonnes. Insensible à l’humidité, les isolants synthétiques permettent généralement de gagner de la place par rapport à d’autres isolants plus épais.

 

Les isolants synthétiques conviennent parfaitement pour des travaux d’isolation extérieure. De plus, c’est aussi une solution pratique pour isoler un plancher puisque les isolants synthétiques disposent d’une bonne résistance à la compression. Ils ne conviennent pas pour une isolation de toiture à cause de leur faible déphasage, causé par la faible densité des isolants synthétiques. Parmi les isolants synthétiques, il est notamment possible de citer :

  • le polyuréthane ;
  • le polystyrène extrudé ;
  • le polystyrène expansé, etc.

 

Voici un tableau comparatif des prix des isolants synthétiques que vous pouvez choisir pour l’isolation de l’immeuble :

 

Isolants minéraux

Prix TTC

Polyuréthane

environ 20 € le m²

Polystyrène extrudé

de 15 à 25 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

Polystyrène expansé

environ 10 € le m² pour une épaisseur de 100 mm

 

Veuillez toutefois noter que le bilan écologique du cycle de vie des isolants synthétiques est très mauvais pour l’environnement. De plus, en cas d’incendie, les isolants synthétiques dégagent des vapeurs qui sont mortelles pour les habitants.

 


Les performances thermiques et phoniques des isolants

Si les travaux de rénovation de l’isolation de la copropriété ne sont pas limités par une question de budget, il est important de prendre le temps de comparer les performances thermiques et phoniques des différents isolants pour éviter les mauvaises surprises dans le futur. En effet, pour un immeuble en copropriété, le voisinage relativement proche entre les appartements fait de l’isolation phonique une priorité au même titre que l’isolation thermique.

 

Contraintes budgétaires, respect de l’environnement et performances thermiques et phoniques des isolants sont donc tous les critères à prendre en compte lorsque vous choisissez les isolants à utiliser pour les travaux de rénovation. Ainsi, les budgets limités préfèrent la laine de verre pour ses performances thermiques efficaces en hiver, bien qu’elle n’offre pas un confort suffisant en été. Sachez, par exemple, que l’impact environnement de la ouate de cellulose est bien meilleur et permet d’obtenir des performances thermiques équivalentes à celles de la laine de verre. De plus, son déphasage est largement supérieur ce qui permet à cet isolant d’être également efficace en été.

 

Voici ci-dessous un tableau récapitulatif des différentes performances thermiques et phoniques des différents isolants que vous pouvez utiliser pour l’isolation de l’immeuble de votre copropriété. Certains isolants disposent de la certification ACERMI comme vous pourrez le voir. Il s’agit d’une certification attribuée par l’Association pour la Certification des Matériaux Isolants (ACERMI). Depuis mars 2003, cette certification doit obligatoirement être mentionnée sur les matériaux d’isolation thermique, en complément du marquage CE. Son rôle consiste à assurer la vérification des caractéristiques mentionnées sur les emballages par les fabricants.

 

Pour comprendre le tableau ci-dessous, comprenez que les performances thermiques sont exprimées par la conductivité thermique des isolants avec l’outil de mesure : λ (lambda). Plus la valeur lambda est petite, plus l’isolant dispose de bonnes capacités d’isolation. Cela signifie par exemple que le polyuréthane (de 0,022 à 0,030) dispose d’une meilleure conductivité thermique que la perlite (de 0,050 à 0,060) et que ses performances thermiques sont donc plus élevées.

 

Type d’isolant

Performances thermiques (conductivité thermique λ)

Performances phoniques

Laine de roche

certifié ACERMI

de 0,032 à 0,040

excellentes performances

Liège expansé

de 0,032 à 0,049

excellentes performances

Fibres de bois

de 0,037 à 0,049

excellentes performances

Mousse phénolique

de 0,018 à 0,035

très bonnes performances

Laine de verre

de 0,030 à 0,040

bonnes performances

Verre cellulaire

de 0,038 à 0,055

bonnes performances

Perlite

de 0,050 à 0,060

bonnes performances

Plumes de canard

de 0,033 à 0,042

bonnes performances

Polystyrène expansé

de 0,029 à 0,038

performances médiocres

Polystyrène extrudé

de 0,029 à 0,037

performances médiocres

Polyuréthane

de 0,022 à 0,030

performances médiocres

Ouate de cellulose

non certifié ACERMI

de 0,038 à 0,043

excellentes performances

Fibre de coco

de 0,037 à 0,045

excellentes performances

PIV

de 0,0042 à 0,0050

excellentes performances

Aérogels

de 0,011 à 0,013

excellentes performances

Vermiculite

de 0,060 à 0,080

bonnes performances

Argile expansée

de 0,10 à 0,16

bonnes performances

Chanvre

de 0,040 à 0,046

bonnes performances

Laine de mouton

de 0,035 à 0,042

bonnes performances

Fibres de lin

de 0,037 à 0,040

bonnes performances

Laine de coton

de 0,037 à 0,042

bonnes performances

Torchis

de 0,57 à 0,59

bonnes performances

Bloc bi-matière

de 0,064 à 0,09

bonnes performances

Brique monomur

de 0,12 à 0,18

bonnes performances

Paille

de 0,050 à 0,075

bonnes performances

Bloc monomur pierre ponce

de 0,09 à 0,12

performances moyennes

Bloc monomur d'argile

0,11

performances moyennes

Béton cellulaire

de 0,09 à 0,13

performances moyennes

Panneaux de roseaux

0,056

mauvaises performances

Peinture isolante

0,55

mauvaises performances

Isolant mince

en complément d’un autre isolant

performances médiocres

Toiture végétale

en complément d’un autre isolant

en complément d’un autre isolant

 

Si les copropriétaires sont à la recherche d’un isolant 100 % naturel et écologique, nous vous conseillons de vous tourner vers des isolants comme :

  • la laine de mouton ;
  • la paille, etc.

 


L’énergie grise des isolants

Avant de choisir son isolant pour ses performances thermiques, phoniques ou pour son prix, il faut également avoir conscience de l’énergie grise que le cycle de vie de chaque matériau produit. Ainsi certains matériaux sont plus écologiques que d’autres notamment parce qu’il est possible de les trouver localement et que l’importation depuis un pays lointain n’est pas nécessaire. En effet, l'énergie grise prend en compte la pollution générée par le cycle de vie du matériau : fabrication, transport, etc.

 

Les enjeux environnementaux se trouvant au coeur des démarches actuelles concernant tous types de travaux de construction et de rénovation, nous souhaitons vous sensibiliser à l’impact environnemental des matériaux d’isolation.

 

Les fiches FDES sont des fiches de déclaration environnementale et sanitaire propres à chaque isolant. Le fait qu’un isolant bénéficie ou non d’une fiche FDES ne signifie pas automatiquement qu’il a un impact faible sur l’environnement. Un isolant disposant d’une fiche FDES démontre toutefois la transparence des fabricants sur le cycle de vie des matériaux qu’ils fabriquent et vendent.

 

Type d’isolant

Energie grise produite

Fiche FDES

Laine de roche

123 à 10 006 kWh/m3, selon le conditionnement

oui

Liège expansé

80 à 90 kWh/m3

non

Fibres de bois

13 à 50 kWh/m3 en vrac

oui

800 et 1 400 kWh/m3 en panneaux

Mousse phénolique

non renseigné

non

Laine de verre

242 à 1 344 kWh/m3 selon le conditionnement

oui

Verre cellulaire

1 600 kWh/m3

oui

Perlite

230 kWh/m3

oui

Plumes de canard

55 kWh/m3

non

Polystyrène expansé

450 kWh/m3

non

Polystyrène extrudé

850 kWh/m3

non

Polyuréthane

1 100 kWh

non

Ouate de cellulose

50 à 158 kWh/m3 selon le conditionnement

non

Fibre de coco

énergie grise moyenne, causée par le transport

non

PIV

énergie grise élevée

non

Aérogels

énergie grise très élevée

non

Vermiculite

230 kWh/m3

non

Argile expansée

300 kWh/m3

non

Chanvre

40 kWh/m3

non

Laine de mouton

55 kWh/m3

non

Fibres de lin

30 kWh/m3

non

Laine de coton

non renseigné

non renseigné

Torchis

énergie grise faible

non

Bloc bi-matière

400 kWh/m3

non

Brique monomur

600 à 770 kWh/m3

non

Paille

4 kWh/m3 en vrac

non

100 kWh/m3 pour les blocs de construction

non

Bloc monomur pierre ponce

160 kWh/m3

oui

Bloc monomur d'argile

énergie grise élevée, en raison du processus de fabrication

non

Béton cellulaire

plus de 400 kWh/m3

non

Panneaux de roseaux

énergie grise élevée, causée par le transport

non

Peinture isolante

peu de COV (composés organiques volatils)

non

Isolant mince

énergie grise élevée

non

Toiture végétale

énergie grise faible si des plantes locales sont utilisées

non

 

La longévité des isolants

Lorsque vous choisissez les isolants à utiliser pour l’isolation de l’immeuble, il est également nécessaire de prendre en compte la longévité du matériau. En effet, selon leur durabilité, leurs performances d’isolation ne seront parfois valables que sur de courtes durées, alors que certains isolants comme le liège expansé ou le verre cellulaire permettent d’installer une solution durable et pérenne.

 

Longévité des isolants

Isolants concernés

Excellente longévité

  • Verre cellulaire
  • Vermiculite
  • Argile expansée
  • Liège expansé
  • Bloc monomur pierre ponce
  • Bloc monomur d'argile
  • Béton cellulaire
  • Bloc bi-matière

Très bonne longévité

  • Perlite
  • Fibres de bois
  • Chanvre
  • Polystyrène extrudé
  • Polyuréthane
  • Aérogels
  • Brique monomur

Bonne longévité

  • Laine de roche
  • Fibres de lin
  • Fibre de coco
  • Panneaux de roseaux
  • Ouate de cellulose
  • Laine de coton
  • Paille
  • Torchis
  • Toiture végétale
  • Polystyrène expansé
  • Mousse phénolique
  • PIV
  • Peinture isolante

Longévité moyenne

  • Laine de mouton
  • Plumes de canard
  • Isolant mince

Longévité médiocre

  • Laine de verre

 

Pour une rénovation complète de l’isolation de l’immeuble, nous vous conseillons de profiter d’un ravalement de façade (obligatoire tous les 10 ans) pour faire réaliser par un professionnel les travaux dans le cadre d’une isolation par l’extérieur.

 

Avoir recours à un professionnel RGE

Le choix de l’isolant ne suffit pas pour bénéficier d'une isolation aux normes et installée de manière efficace, il faudra aussi que la copropriété se charge de trouver un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’environnement) pour la réalisation des travaux. Si les copropriétaires souhaitent bénéficier des aides financières et des subventions allouées pour des travaux de rénovation énergétique, il s’agit en effet d’un des critères d'éligibilité. Il s’agit également d’une garantie pour les copropriétaires puisqu’une entreprise certifiée RGE fait l’objet de contrôle fréquent.

 

Lors de la rénovation de l’isolation de la copropriété, le devis du professionnel sélectionné doit impérativement comprendre la dépose de l’isolant actuel, dès lors que cela fait plus de 10 ans qu’il est en place. En effet, s’il présente des ponts thermiques ou s’il a pris l’humidité, il ne faut pas que cela gêne le nouvel isolant. De plus, il arrive parfois que l’isolant, bien que correctement installé, bouge avec le temps. Pour les mêmes raisons, le pare-vapeur devra être remplacé.

 

Lors d’un projet collectif qui vise à la rénovation de l’isolation de l’ensemble de l’immeuble, le syndic de copropriété doit présenter plusieurs devis lors d’une assemblée générale pour que les copropriétaires puissent voter les travaux. Dans le cadre d’un projet individuel, aucune assemblée générale n’est nécessaire pour une isolation par l’intérieur. Toutefois, si le copropriétaire concerné souhaite bénéficier, à titre individuel, d’une isolation par l’extérieur de son logement, il sera obligatoire que le syndic de copropriété organise une assemblée générale pour que le point puisse être voté.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi