Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Refaire le sol du hall d’entrée d'immeuble : gestion des travaux, les matériaux et prix

Avec le temps et l’usage, les sols des halls d’entrée perdent de leur éclat et s’abîment remettant en cause la qualité de l’entrée de la copropriété. Pour pallier ces dégradations, il convient de refaire les sols. Ce guide vous accompagne dans les choix de matériaux ainsi que les conseils pour la réfection de vos sols.

Quand refaire le sol du hall ?

Le hall d’entrée fait partie des communs de l’immeuble.

Le hall donne la première impression lorsque l’on rentre dans une résidence.

Ainsi, pour être attrayante, la copropriété se doit de posséder un hall d’entrée en parfait état.

 

Le sol participe pleinement à cet effet de netteté du hall d’entrée.

Néanmoins, ce sol dans le hall est propice aux dégradations.

Avec le passage intensif qu’il subit à longueur de temps, le sol s’use. Malgré un entretien régulier, son remplacement peut être, dans certains cas, la solution la plus adéquate.

 

Un sol en mauvais état peut également apporter plusieurs problématiques.

En effet, outre l’aspect esthétique dégradé d’un sol en mauvais état, il est bien moins pratique à l’utilisation.

 

Qu’il s’agisse de carrelages cassés ou d’un lino qui se relève par endroit, les risques de chute sont élevés.

Il est facile de trébucher, notamment lorsque le copropriétaire entre dans le hall les bras chargés sans faire attention où il met ses pieds.

 

Enfin le sol cassé est bien moins facile à nettoyer et peut causer des problèmes avec la société de nettoyage ou de gardiennage de l’immeuble.

Sa réfection est donc indispensable à prendre en considération.

 


La prise de décision

Les travaux pour refaire le sol de l’entrée entrent pleinement dans les travaux de maintenance dans les parties communes.

 

Afin de décider de la rénovation du hall, les copropriétaires et le syndic de copropriété se rejoignent en assemblée générale.

Lors de l’AG, l’ordre du jour traitera du sujet. Il conviendra alors de présenter des devis afin qu’il s’y établisse un choix en ce qui concerne l’entreprise retenue pour réaliser les travaux ou encore le budget à y consacrer.

Les matériaux de revêtement de sol seront également discutés et choisis.

 

Concernant la prise de décision en tant que telle, le vote lors de cette assemblée se fait à la majorité simple.

L’article 24 du code de la copropriété le décrète et le défini pour la réalisation de travaux de maintenances.

 


Les travaux et démarches préalables

Avant toute chose, selon la date de construction du bâtiment, il se peut que la copropriété soit contrainte de réaliser un diagnostic.

Ces études réalisées par des professionnels, déterminent la présence d’amiante voire de plomb qui sont des matières dangereuses et nocives qui étaient autrefois employées dans la production de matériaux comme les sols et les peintures.

 

Il convient donc d’en connaître les éventuelles traces afin de prendre des dispositions pour sécuriser les travaux ainsi que pour recycler les déchets.

 

Si votre immeuble date de 1997 ou avant, le diagnostic amiante suffit.

En revanche si vous disposez d’un bâtiment plus ancien, construit avant 1949, le diagnostic amiante doit être associé au diagnostic plomb.

 

Il se peut que dans certains cas, la rénovation du sol d’entrée nécessite des travaux de préparation.

 

Lorsque le revêtement de sol présent est de type carrelage, la dépose complète est nécessaire si le revêtement est trop abîmé ou que des carreaux se décollent.

Afin de repartir sur une base saine et propre, l’artisan va venir retirer l’ensemble de l’ancien carrelage.

 

Dans la plupart des cas, le retrait de l’ancien revêtement de sol est la solution la plus adaptée pour bénéficier ensuite d’un résultat qui dure dans le temps.

 

Si le sol présente des irrégularités, il est possible de les rattraper en procédant au ragréage de ce dernier.

Le professionnel applique un béton autolissant, d’une texture assez liquide.

C’est d’ailleurs cette texture qui lui permet de se lisser tout seul et de profiter ensuite d’un résultat parfait.

Notez que le ragréage peut se faire directement sur le carrelage, à condition d’utiliser les matériaux adéquats.

 

Le ragréage posé vous sera facturé entre 10 et 20 € / m².

 

Les qualités du nouveau sol

Choisir un nouveau sol demande une réflexion.

L’idéal est de pouvoir allier résistance et design.

 

La robustesse de votre revêtement de sol est primordiale.

Le hall d’entrée est la zone la plus fréquentée de la copropriété.

Ainsi, il convient de poser un revêtement de sol certifié passage intensif.

 

La facilité d’entretien du revêtement est un critère important.

Poser un sol salissant qui demande un entretien important n’est pas rentable pour les copropriétaires qui devront alors augmenter les charges de nettoyage pour que l’entrée de la résidence soit propre et accueillante.

 

De plus, pour la sécurité de tous, un sol lisse est favorable aux chutes.

Favorisez des revêtements antidérapants.

 


Le sol en bois : le charme fragile

Le bois est un matériau noble au cachet insoupçonné.

Nous le retrouvons dans les immeubles anciens.

 

Malheureusement, en plus d’être onéreux, le bois est un revêtement de sol fragile et dont l’entretien est intensif.

Un sol en parquet massif est un luxe qui demande de débourser de l’argent pour en assurer son éclat tout au long de sa vie.

 

Toutefois, la pose d’un parquet en bois peut être intéressante dans le cas d’immeubles classés ou encore dans des constructions haussmanniennes où le parquet massif est très présent et mis en valeur.

 

Notez toutefois que le bois est un matériau qui craque.

Il peut être dérangeant pour les habitants que d’entendre les pas des voisins à toute heure du jour et de la nuit.

 

L’alternative au parquet massif est le stratifié.

Il ne demande pas de cirage et l’entretien est bien plus simple.

Plus résistant aux rayures, il est possible de trouver des parquets stratifiés pour le passage intensif.

De plus, il se décline sous plusieurs designs et coloris afin de s’adapter à tous les intérieurs.

 

Table des prix :

Type de parquet

Prix

Parquet bois massif

40 à 180 € / m²

Parquet stratifié

15 à 50 € / m²

 

Refaire l’entrée avec des matériaux souples

Nous entendons par revêtements souples, les linos, les sols souples PVC et les moquettes.

Ces matériaux présentent d’excellentes performances sur le plan phonique, il est d'ailleurs courant de trouver de la moquette dans les couloirs des immeubles.

 

Pour des zones de passage intensif, la pose de ces revêtements est collée.

 

Le lino est un matériau naturel, le sol souple PVC est en vinyle. Ils ont les mêmes caractéristiques et la même pose.

C’est un matériau très simple à entretenir mais aussi à installer.

Il est peu onéreux et résiste au passage.

Néanmoins, selon sa qualité, il peut facilement se déformer.

Les talons, les frottements de semelles et les chocs sont ses ennemis.

 

La moquette quant à elle est plus robuste que le lino.

En revanche, elle n’est pas la plus adaptée aux halls d’entrées où les habitants arrivent le plus souvent avec les chaussures sales.

Il s’agit là du défaut majeur de la moquette : son entretien.

Son nettoyage requiert un shampouinage facturé en moyenne 15 € / m², qu’il faudra renouveler autant de fois qu’elle sera salie.

 

Table des prix :

Type de sol

Prix

Lino et PVC souple

10 à 80 € / m²

Moquette

5 à 200 € / m²

 


L’entrée carrelée

Le carrelage présente beaucoup d’avantages.

Robuste, facile d’entretien et décliné en une pluralité de coloris et d’effets, il est idéal pour une pose en entrée d’immeuble.

Il résiste facilement au passage important et aux salissures.

 

En revanche, son temps de pose et le prix sont ses points négatifs.

Ses performances phoniques ne sont pas excellentes. Il peut en effet faire résonner les pas.

 

Table des prix :

 

Type de carrelage

Prix

Carrelage terre cuite

40 à 100 € / m²

Carrelage gré

25 à 110 € / m²

Pierre naturelle

50 à 160 € / m²

 

Le sol PVC clipsable

Le sol PVC est une bonne alternative pour le revêtement de sol en entrée.

Disponible en dalle et en lame, nous retrouvons le PVC sous tous les aspects, effets et couleurs.

 

Il est le matériau de revêtement de sol le plus tendance actuellement.

De l’imitation parquet chêne ou bois grisé en passant par l’imitation carreau de ciment et ardoise, tous les choix sont possibles pour rendre votre hall unique.

 

Enfin, les qualités acoustiques du sol PVC sont excellentes et sa résistance est bonne (selon la qualité choisie).

 

Table des prix :

 

Modèle de sol

Prix

Lame

6 à 32 € / m²

Dalle

8 à 32 € / m²

 


La pose d’un revêtement de sol et son prix

La pose d’un revêtement de sol est relativement simple.

Pour procéder à l’installation, vous pouvez faire confiance à une entreprise de carreleurs.

 

Certains de ces artisans sont diversifiés dans la pose de parquets ainsi que le PVC.

Le lino et la moquette aussi peuvent être posés par ces entreprises bien que, les enseignes qui les vendent proposent eux-mêmes des services de pose.

 

Une entreprise de rénovation générale est également compétente pour ce genre de travaux.

 

Voici un tableau qui présente les différents tarifs de pose des revêtements de sol :

 

Type de revêtement

Prix

Carrelage

20 à 50 € / m²

Sol PVC clipsable et parquet flottant

20 à 30 € / m²

Lino et moquette

15 à 20 € / m²

Parquet massif collé

30 à 40 € / m²

 

Ces tarifs sont donnés à titre indicatif.

Les professionnels de ce domaine ont la possibilité d’imposer librement leurs tarifs.

N’hésitez pas à faire différents devis auprès de plusieurs entreprises pour trouver les prix qui vous correspondent le mieux.

 

L’installation d’un tapis d’entrée

La pose d’un tapis d’entrée dans le hall de l’immeuble est une solution très courante.

Avant de commencer les devis de sol, vous devez réfléchir si vous souhaitez installer ou non un tapis.

 

En effet, les paillassons les plus adaptés au passage important des immeubles sont les tapis encastrés.

C’est-à-dire qu’il faut venir sceller un cadre métallique dans un espace dédié au tapis.

Cette zone est située dans un renfoncement dans le sol.

 

Un tapis encastré vous coûtera entre 300 et 500 € / m² posé.

 

La durée des travaux

Les travaux de pose de sol nécessitent une condamnation du passage le temps de la pose et du séchage le cas échéant.

Si la résidence possède une entrée secondaire, la gestion des travaux sera facilitée.

 

Même si certains fabricants assurent un temps de séchage inférieur ou égal à 12 heures en ce qui concerne la colle à carrelage ou bien la colle à lino, attendre une journée complète permet d’assurer la stabilité du nouveau sol posé.

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi