Alarmes incendies : conseils et solutions

Depuis la publication de la loi Morange le 9 mars 2010, la mise en place d’une alarme incendie et, plus précisément, d’un détecteur de fumée est devenue obligatoire dans toute habitation, avec une entrée en vigueur en 2016. Une copropriété est donc particulièrement concernée. Il s’agit d’un équipement DAAF, c’est-à-dire un détecteur avertisseur autonome de fumée.

Les incendies en copropriété

Contrairement à ce que l’on peut penser, ce ne sont pas les flammes d’un incendie qui sont les plus mortelles. En effet, de l’oxyde de carbone se propage dans l’air lors d’un incendie. Il s’agit d’un gaz toxique qui vient polluer l’air inspiré et qui entraîne chaque année de nombreux décès. De plus, ce sont les incendies se déclenchant au cours de la nuit qui sont les plus mortels. Ils représentent à eux seuls 70 % des incendies mortels.

 

Dans une copropriété où les logements sont multiples, il est impératif qu’un détecteur avertisseur autonome de fumée soit installé dans chaque logement afin que les habitants d’un logement, mais également des logements mitoyens verticalement et horizontalement soient également alertés relativement vite.

 


Les solutions d’alarmes

L’offre s’est largement développée en suivant les dernières technologies existantes, ce qui permet désormais de trouver des alarmes proposant des fonctions de surveillance à distance, ou encore de vidéosurveillance, ou bien la mise en place d’un transmetteur afin de fournir une alerte téléphonique.

 

En effet, en fonction de la valeur des biens contenus dans un logement, du quartier où il est situé, du standing de l’immeuble en copropriété ou tout simplement parce qu’il s’agit d’un logement non habité une partie de l’année, un dispositif plus poussé d’alarme incendie peut être recherché. Il existe également des alarmes pour la domotique.

Le dispositif d’alarme incendie peut également se parer de fonctions anti-intrusion et anti-gaz notamment, afin de détecter présence humain et de détecter toute présence de gaz.

Les systèmes filaires sont les plus chers et les plus performants. Il existe également des systèmes sans fil, fonctionnant avec des piles. Les systèmes filaires en possèdent également une (de secours) afin qu’ils puissent fonctionner en cas de coupure de courant.

 

○     1er type d’alarme incendie : les détecteurs de fumée

Le déclenchement sonore du détecteur de fumée s’allume dès qu’une certaine quantité de fumée est mesurée par l’appareil. Les capacités de ces équipements permettent d’éviter qu’une simple fumée de cigarette ou que le fait de faire chauffer un plat ne les fasse réagir.

 

○     2ème type d’alarme incendie : les détecteurs de chaleur

Autre solution d’alarme incendie présente dans les logements : le détecteur de chaleur. Il convient principalement aux cuisines. Pour la simple raison qu’il s’agit d’une pièce où les fumées sont fréquentes et que cela évite le déclenchement inutile de l’alarme. Le déclenchement sonore s’allume en fonction de la température de la pièce, dès lors qu’un certain seuil est dépassé.

 

○     3ème type d’alarme incendie : les détecteurs de monoxyde de carbone

Lors d’un incendie, du monoxyde de carbone se propage dans l’espace. Ainsi, il est également possible de mettre en place un détecteur de monoxyde de carbone dans un logement. Le monoxyde de carbone sera notamment présent lors de la combustion de gaz, de fioul, de bois ou de toute autre matière carbonée.

Des détecteurs d’autres gaz sont généralement associés à cet équipement-là, il s’agira notamment du propane et du butane. Il ne s’agit alors plus d’alerter les habitants du déclenchement d’un incendie, mais de les prévenir des risques d’explosions. Les mesures permettent, en effet, de détecter une fuite.

 


Les détecteurs de fumée en copropriété

Pour en savoir davantage sur les détecteur de fumée, vous pouvez consulter notre guide sur le sujet : Détecteur de fumée en copropriété : loi et mode d’emploi. Il reprend l’ensemble des informations à connaître, notamment en termes de réglementations, puisque les détecteurs de fumée sont notamment obligatoires dans les parties privatives alors qu’ils sont interdits dans les parties communes. Sont également abordés les sujets de l’emplacement de ces détecteurs de fumées, ainsi que leurs caractéristiques. Enfin, il permet de faire le point sur les rôles que le locataire, le copropriétaire et le syndic doivent avoir respectivement sur ce sujet-là.

 

L’emplacement d’une alarme incendie

Les alarmes incendie doivent être placées en hauteur et au centre du plafond de la pièce dans laquelle elles se trouvent, de préférence le couloir menant aux chambres. Elles ne doivent pas être placées trop à proximité des pièces générant de la vapeur comme la salle de bains ou la cuisine.

Selon la complexité du système d’alarme choisi, la pose par un professionnel pourra être nécessaire.

 


Déclaration à effectuer auprès de l’assurance

En fournissant une attestation d’installation des détecteurs de fumée dans les logements de la copropriété aux diverses assurances concernées, il sera généralement possible de bénéficier d’une déduction de charges. Cette minoration de la Prime d’assurance est prévue par la loi.

Ainsi, le syndic de copropriété s’occupe de l’assurance multirisque du bâtiment et les copropriétaires et locataires s’occupent de la leur au niveau de leur logement.

 

Sanctions

Bien que l’assureur ne puisse pas utiliser le fait que la copropriété ne soit pas équipée de détecteurs de fumée pour refuser de verser toute indemnisation lors d’un sinistre (réponse ministérielle n° 78729 du 16 mai 2017) et bien qu’il n’existe pas de sanction concernant la non-application de cette réglementation, il est fortement conseillé de respecter cette mesure dans un lieu où les logements sont multiples afin d’assurer la sécurité de tous.

 

Prévenir l’assureur

La notification à envoyer par courrier ou par mail à l’assureur concernant les alarmes incendie et les détecteurs de fumées est relativement simple à rédiger. Elle se compose tout simplement d’un rappel du numéro du contrat d'assurance, ainsi que d’une phrase mentionnant l’attestation sur l’honneur de la personne rédigeant la lettre qu’un détecteur de fumée normalisé, conforme à la NF EN 14604 a effectivement été installé.

 

Les obligations de sécurité en copropriété

Afin que soient mises en place les mesures nécessaires à la prévention des risques incendie, de nombreux points doivent être pris en compte. Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter notre guide sur le sujet : Les obligations de sécurité en copropriété. Il reprend l’ensemble des points à prendre en compte, c’est-à-dire le sujet des détecteurs de fumée, mais également celui des extincteurs. Les divers systèmes de sécurité pour les escaliers, ainsi que les consignes de sécurité à afficher y sont également répertoriés. Sans oublier les démarches et travaux parfois nécessaires afin de pouvoir faciliter l’accès et l’intervention des pompiers. Les obligations de sécurité en copropriété englobent également des questions d’entretien et de responsabilité pénale qui sont traitées dans ce guide.

 

Autres guides conseils

Prix des alarmes incendies et des détecteurs de fumée

Le prix d’une alarme incendie est compris entre 50 et plus de 300 €. Le prix varie en fonction des différents facteurs qui la composent, il s’agit notamment du nombre de pièces qui sont couvertes ainsi que des degrés de performance proposés, en effet, certaines alarmes incendies disposent de possibilités de télésurveillance. Ainsi, les modèles d’entrée de gamme sont à un prix compris entre 50 et 100 € alors que les modèles d’une gamme moyenne montent jusqu’à 300 €, puis vont au-delà pour du haut de gamme.

Le prix d’un simple détecteur de fumée est compris entre 15 et 25 €.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande