Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Eclairage en immeuble : modèles, solutions, entretien, prix et consommation

L’éclairage dans un immeuble est important pour sécuriser les déplacements des résidents mais aussi pour une question de confort. Choisir des modèles adaptés à l’infrastructure de la copropriété et à ses besoins peut permettre de bénéficier d’un éclairage agréable tout en effectuant des économies d’énergie.

Eclairage en immeuble : modèles, solutions, entretien, prix et consommation
Eclairage en immeuble : modèles, solutions, entretien, prix et consommation

Les modèles d’éclairage en immeuble

Afin de choisir les bons luminaires à installer dans les parties privatives et dans les parties communes de l’immeuble, il est tout d'abord nécessaire de définir les besoins des résidents en fonction de chaque zone de vie.

 

L'éclairage artificiel vient en complément de l'éclairage lorsque celui-ci n’est pas suffisant pour éclairer l'intérieur d'un bâtiment (voire l'extérieur pendant la nuit). Les modèles d'éclairage choisi pour un immeuble doivent efficaces tout en permettant un réel confort visuel.

 

A l'intérieur comme à l'extérieur de l'immeuble, certains éclairages permettent également d'obtenir un certain esthétisme. Pour choisir les bons modèles, il est important de commencer par définir :

  • Quels sont les besoins en termes de fréquence ?
  • Quel est le type d'utilisation prévu (solution d'appoint, éclairage principal, etc.) ?

 

Une fois que vous aurez défini ces différents points, il vous sera possible de choisir entre :

  • Un éclairage indirect (plafonnier, appliques, etc.) ;
  • Un éclairage directionnel (lampe de bureau, spots, etc.) ;
  • Un éclairage diffusé (lampes de chevet, suspension, etc.) ;
  • Ou un éclairage de balisage (projecteur, bornes de jardin, spots, etc.).

 

Un éclairage indirect

L’éclairage de la pièce se fait par un flux lumineux réfléchi. L’ampoule projette la lumière sur le plafond ou sur le mur. Cette technique permet d’obtenir une intensité de lumière plus douce.

 

Un éclairage directionnel

L’installation permet de diriger l’ampoule vers une zone bien spécifique. Ce type d’éclairage permet généralement de mettre un objet en valeur. Voici un petit guide tarifaire pour pouvoir mettre en place ce type d’éclairage dans un logement ou dans les parties communes de l’immeuble.

 

Type d’éclairage directionnel

Prix TTC d’une ampoule

Eclairage intérieur

spot encastrable et orientable

dès 5 €

spot mural

dès 12 €

applique pour tableau

dès 20 €

Eclairage extérieur

spot à piquer

dès 16 €

spot encastrable

dès 22 €

projecteur à piquer

 dès 18 €

projecteur couleur

dès 25 €

 

Un éclairage diffusé

Un diffuseur rend l’ampoule invisible. La lumière est alors diffusée à 360° et est capable d’éclairer une très grande pièce. Cette technique permet d’obtenir une intensité de lumière plus douce.

 

Un éclairage de balisage

Il s’agit d’une source lumineuse plus faible que les précédentes, elle permet juste de faciliter l’identification d’une allée en extérieur, ou de mieux délimiter les marches d’un escalier en intérieur.

 

Types de lampes

Types de modèles

Types d’ampoules

Caractéristiques

Lampes à poser

  • Lampe de chevet
  • Lampe de bureau
  • Lampe à huile
  • Lampe liseuse
  • Ampoules classiques (sauf pour les lampes liseuses)
  • LED
  • Néon (sauf pour les lampes liseuses)
 

Uniquement compatibles pour les parties privatives de l’immeuble

Lampes à fixer

  • Plafonnier
  • Suspension
  • Applique
  • Borne lumineuse
  • Spot sur rail
  • Spot sur câble
  • Sport encastrable
  • Projecteur halogène
  • Ventilateur plafonnier
  • Lustre
  • Lampe liseuse
  • Ampoules classiques (sauf pour les spots sur câbles, les ventilateurs plafonniers, les projecteurs halogènes, les lampes liseuses et les bornes lumineuses)
  • LED (sauf pour les projecteurs halogènes)
  • Néon (sauf pour les spots sur câbles, les lustres, les projecteurs halogènes, les lampes liseuses et les bornes lumineuses)
 

Compatibles avec les parties communes et les parties privatives de l’immeuble

Lampes à transporter (ou lampes portatives)

  • Lampe torche
  • Lampe à huile
  • Lampe à pétrole
  • Lanterne
  • Projecteur halogène
  • Lampe liseuse
  • LED pour les lanternes et les lampes liseuses
  • LED ou ampoule classique pour les lampes torches
 

Uniquement compatibles pour les parties privatives de l’immeuble

 

Ces différents modèles d’éclairage peuvent être vendus sous différentes formes, c’est-à-dire : des ampoules classiques, des ampoules LED ou sous forme de néons. Il n’est normalement plus possible de trouver des ampoules halogènes dans le commerce. A l’extérieur de la copropriété, il sera possible d’installer des bornes lumineuses solaires fonctionnant la nuit après avoir capté la lumière du soleil en journée. Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez pas à lire notre guide : Eclairage extérieur en copropriété : les solutions.

 


Les solutions d’éclairage en immeuble

Pour un immeuble, trois types d’éclairage sont possibles dans les parties communes : un éclairage direct, un éclairage indirect ou bien un éclairage mixte.

 

L'éclairage direct

Contrairement à l’éclairage indirect, l’éclairage direct n’est pas réfléchi sur une surface intermédiaire. Ce peut donc être une lumière éblouissante si elle n’est pas installée comme il faut. La lumière émise par l’ampoule atteint donc directement l’espace qu’elle est censée éclairer. Son principe de fonctionnement permet toutefois d’éviter les déperditions de lumière, ce qui peut donc permettre de faire des économies de consommation électrique. Sachez que le phénomène d’éblouissement crée également un fort contraste entre les zones d’ombres et les zones éclairées.

  • L'éclairage direct général uniforme permet d’éclairer une pièce entière avec une excellente luminosité. La lumière diffusée dans la pièce est parfaitement homogène et permet de générer une véritable ambiance. Son usage est conseillé dans les pièces à vivre.
  • L'éclairage direct ponctuel est particulièrement conseillé pour éclairer une zone où est effectué du travail de précision. C’est un modèle idéal à coupler avec un détecteur de présence. Il s’agit généralement d’une solution d’appoint.
  • L'éclairage direct général orienté éclaire une zone spécifique. Pour cela, le luminaire est dirigé vers l’espace spécifique devant être éclairé.

○     L'éclairage orienté directionnel désigne une solution décorative. Des spots lumineux peuvent en effet être installés pour faire ressortir certains éléments de décoration. Il existe même des spots de couleur.

○     L'éclairage orienté fonctionnel fonctionne un peu différemment puisqu’il a un rôle sécuritaire. Le spot lumineux est tourné vers une zone à éclairer comme une cuisine dans les parties privatives, ou un escalier dans les parties communes.

 

L'éclairage indirect

La diffusion de l’éclairage dans le cas d’une lumière indirecte est différente. En effet, comme nous vous l’avons précédemment expliqué, l’éclairage de l’ampoule se fait en direction d’un mur ou d’un plafond. La lumière diffusée est donc une lumière plus feutrée qui offre une ambiance conviviale. La réflexion du faisceau lumineux permet d'obtenir un résultat non éblouissant. C’est une solution qui peut convenir pour toutes les pièces d’un immeuble. Un éclairage indirect peut être réalisé grâce à :

  • une lampe à poser équipée d’un abat-jour ;
  • une applique en verre ;
  • une applique en métal ;
  • une applique en tissu ;
  • un plafonnier en verre ;
  • un plafonnier en plastique ;
  • un lampadaire avec variateur d’intensité ;
  • ou une suspension, notamment.

 

Contrairement à l’éclairage direct, les ombres produites sont relativement douces. Attention toutefois, il faut choisir avec attention le matériau sur lequel la lumière est réfléchie. Sachez pour cela :

  • qu’une surface mate renvoie une lumière homogène ;
  • qu’une surface brillante renvoie des reflets éblouissants inconfortables.

Pour bénéficier d’un bon éclairage, il est important que les murs ou le plafond soient clairs ou même mieux, blancs. S’ils sont d’une couleur foncée, la lumière sera absorbée et vous ne bénéficierez pas d’un bon éclairage.

 

Type d’éclairage indirect

Prix TTC d’une ampoule

Applique en verre

dès 5 €

Applique classique

dès 15 €

Plafonnier en plastique

dès 10 €

Lampadaire avec variateur d'intensité

dès 40 €

Lampe à poser avec abat-jour

dès 20 €

 

L’éclairage indirect est une solution adaptée pour un couloir, un salon, une salle de bains, une cuisine, une chambre, etc. N’hésitez pas à coupler éclairage indirect et éclairage direct pour obtenir un résultat qui vous convient.

 

L'éclairage mixte

Pour bénéficier d’un éclairage mixte en copropriété, il faut donc installer un éclairage direct et le coupler avec un éclairage indirect. Si votre but est de réduire la consommation énergétique de votre éclairage, il sera nécessaire que l’éclairage direct soit prédominant sur l’éclairage indirect. Toutefois, il ne faut pas oublier que l’objectif de l’éclairage mixte est aussi de créer des ambiances. En effet, mêler les deux styles d’éclairage permet de donner du volume à la pièce, raison pour laquelle il convient idéalement aux grandes pièces à vivre.

 


L’entretien de l’éclairage en copropriété

L’entretien de l’éclairage en copropriété est de la responsabilité du syndic de copropriété pour tout ce qui est des parties communes. Dans les parties privatives, chaque résident, qu’il soit copropriétaire ou locataire, est responsable de l’entretien de son éclairage. Ainsi, le syndic de copropriété peut décider de changer l’ensemble des ampoules des parties communes afin de faire réduire la consommation électrique commune de l’immeuble. Pour cela, il doit toutefois obtenir l’aval des copropriétaires en assemblée générale, puisque l’achat des nouvelles ampoules sera à leur charge.

 

Par contre, pour ce qui en est de la consommation électrique de chaque logement, le syndic de copropriété a uniquement la possibilité de sensibiliser les résidents aux nouvelles technologies permettant de faire des économies d’énergie.

 

Lorsqu’une ampoule ne fonctionne plus en copropriété, un agent d’entretien ou le syndic lui-même est généralement chargé de s’occuper de changer l’ampoule défectueuse pour la remplacer par une nouvelle. Toutefois, dans certaines copropriétés, il arrive qu’un couloir reste sans lumière pendant des mois. Les résidents doivent contacter le syndic de copropriété, par lettre recommandée avec accusé de réception s’il le faut, afin qu’il procède au remplacement de cette ampoule dans les parties communes. Ce n’est en aucun aux résidents de s’en occuper individuellement.

 

Le nettoyage des lampes des parties communes doit généralement être effectué par l’agent d’entretien. Lorsque la copropriété n'emploie pas un agent d’entretien, le syndic de copropriété peut s’en charger. A défaut il devra employer une équipe de nettoyage afin que l’entretien des parties communes soit convenablement effectué.

 

Lorsque vous remplacez une lampe défectueuse, pensez à son recyclage.

 

Le prix d’éclairage en copropriété

Selon le type d’éclairage choisi en copropriété, la consommation électrique ne sera pas la même. Les surfaces éclairées dans les parties communes sont un poste de consommation important au sein des charges communes, choisir un type d’éclairage adapté peut permettre de réduire la facture énergétique. Voici un récapitulatif de l’ensemble des prix des éclairages :

 

Type d’éclairage

Prix TTC d’une ampoule

Eclairage en applique

10 à 30 €

Eclairage à suspension

60 à 100 €

Spot encastrable

20 à 50 €

Lustre

60 à 150 €

Spot sur câble

25 à 50 €

Lampe à poser

10 à 60 €

Lampe de bureau

30 à 90 €

Lampe liseuse

15 à 60 €

Projecteur halogène

25 à 50 €

Borne lumineuse

15 à 60 €

Plafonnier

20 à 50 €

Ventilateur plafonnier

25 à 80 €

Lampe torche

20 à 45 €

Lampe à huile

20 à 65 €

Lanterne

20 à 50 €

Lampe à pétrole

35 à 70 €

 

La consommation de l’éclairage en copropriété

L’éclairage des parties communes en copropriété concerne aussi bien les lampes et les luminaires que l’éclairage des appareils et autres équipements comme les ascenseurs, par exemple. Il est possible de lister plusieurs postes de consommation différentes :

  1. L’éclairage des parcs de stationnement.
  2. L’éclairage des zones de circulations intérieures (couloirs, escaliers, etc.).
  3. L’éclairage de sécurité.
  4. L’éclairage extérieur.
  5. L’éclairage des ascenseurs.

 

En termes de consommation électrique, sachez que l’éclairage de sécurité, par exemple, ne consomme pas moins de 7 € par an par bloc de secours. Ainsi, pour faire des économies sur la consommation de l’éclairage, il est important d’équiper les parties communes (mais aussi les parties privatives) avec des lampes et ampoules moins gourmandes en énergie. Les LED répondent parfaitement à cette exigence et, si le coût d’investissement est plus élevé à l’achat, les économies potentielles seront très importantes.

 

Autre astuce : il est possible d’installer un détecteur crépusculaire pour l’éclairage extérieur, ce qui permet à l’éclairage de s’allumer automatiquement lorsqu’il fait presque nuit quelle que soit la saison de l’année et sans qu’aucun réglage ne soit nécessaire. Ces détecteurs crépusculaires consomment, eux-mêmes, très peu d’électricité.

 

Pour l’intérieur de l’immeuble, nous vous conseillons d’opter pour des couleurs de murs particulièrement claires. Elles ont la capacité de mieux réfléchir la lumière, il est ainsi possible d’installer des ampoules à la puissance moindre. De plus, si des travaux de rénovation lourds sont prévus au sein de la copropriété, nous vous conseillons fortement d’améliorer l’éclairage naturel des parties communes en augmentant le nombre d’ouvertures (fenêtres, puits de lumière, etc.).

 

Quant aux ascenseurs, nous vous conseillons d’y installer des LEDs afin de limiter la consommation électrique de l’appareil. Sachez que l’éclairage représente environ 40 % de la consommation électrique globale d’un ascenseur, soit 1 600 kWh par an. Notre guide La consommation électrique d’un immeuble et par appareil (ascenseur, éclairage, chauffage, portes…) vous permet d’en savoir davantage sur la consommation électrique de chaque appareil présent au sein de la copropriété. Quant à l’éclairage, voici les moyennes de consommation des différents types d’ampoules :

 

Types d’éclairage

Puissance de l’ampoule

Consommation électrique par heure d’usage

Ampoule traditionnelle (ou ampoule à incandescence) interdite à la vente, mais dont la copropriété peut toujours être équipée

40 W

0,04 kWh par heure

75 W

0,75 kWh par heure

Ampoule basse consommation (également appelée ampoule fluo compacte)

9 W (puissance d’éclairage équivalente à une ampoule traditionnelle de 40 W)

0,009 kWh par heure

15 W (puissance d’éclairage équivalente à une ampoule traditionnelle de 75 W)

0,015 kWh par heure

LED (diode électroluminescente)

4 W

0,004 kWh par heure

Ampoule halogène interdite à la vente, mais dont la copropriété peut toujours être équipée

150 W

0,15 kWh par heure

300 W

0,3 kWh par heure

 

Pour réduire la facture d’électricité de votre copropriété, nous vous conseillons également de lire l’article : Économie d’énergie : l’éclairage des parties communes.

 

Installer un détecteur de présence pour faire des économies d’énergie

Afin de faire des économies d’énergie en copropriété et de faire baisser la consommation de l’éclairage dans les parties communes, il est possible d’installer des détecteurs de présence. Ainsi, lorsqu’une personne entre dans un couloir, dans un escalier ou dans toute autre partie commune, l’appareil détecte la personne et allume la zone. Une minuterie permet ensuite l’extinction automatique de la lumière après quelques minutes. L’avantage de ce type de dispositif est d’éviter que les parties communes soient allumées nuit et jour.

 

Le principe de fonctionnement d’un détecteur de présence par infrarouge permet à l’appareil de consommer très peu d’électricité. Selon le modèle choisi, le dispositif pourra être équipé d’un angle de vue pouvant aller de 120 à 360°. Différents niveaux de sensibilité peuvent généralement être réglés. Les lampes du couloir, de l’escalier ou alors l’éclairage extérieur permettant d’accéder plus facilement à l’entrée de l’immeuble se déclenche dès que le détecteur repère la présence d’une personne. En extérieur, comme en intérieur, il est vivement conseillé de coupler un détecteur de présence avec un interrupteur crépusculaire. Cela permet d’éviter que le détecteur de présence déclenche l’allumage de l’éclairage en journée lorsque les personnes n’ont pas besoin de lumière. Il existe également des capteurs de luminosité qui sont parfois directement intégrés à une lampe.

 

Comptez environ 60 € TTC pour l’achat d’un détecteur de présence avec un angle de 100° fonctionnant à l’énergie solaire et capable de détecter des mouvements sur une distance de 7 mètres.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi