Lumières à détection de présence en immeuble : fonctionnement, prix et règles

Afin d’automatiser les lumières d’une copropriété, au moins pour les parties communes intérieures et/ou extérieures, il est possible d’installer un éclairage équipé d’un détecteur de présence. Cela permet de faire des économies de consommation, mais également de sécuriser la copropriété contre d’éventuelles personnes mal intentionnées puisque les lumières s’allumeront dès lors que le système de détection de présence repérera un mouvement : qu’il s’agisse d’un humain ou d’un animal.

Le déclenchement des lumières

Il existe différents types de déclenchement d’allumage, comme les interrupteurs électriques, les lampes tactiles, ou encore les systèmes de minuterie électrique. Pour des parties communes en copropriété, afin de réaliser des économies d’énergie, les lumières à détection de présence sont une solution qui permet de ne déclencher l’éclairage que lorsqu’il est réellement nécessaire.

 


Fonctionnement des lumières à détection de présence

Lorsque les lumières sont éteintes, seul le détecteur consomme de l’électricité, mais sa consommation est très faible. La détection se fait par infrarouge. Son système de fonctionnement implique l’alimentation continue :

  • d’une borne neutre ;
  • d’une borne phase ;
  • et d’une borne retour de lampe.

Cette dernière est raccordée aux lumières que le système de détection de présence doit déclencher.

 

Le capteur infrarouge du détecteur de présence envoie un signal électrique qui déclenche l’éclairage des lumières. C’est un système qui permet de garantir la sécurité des résidents à l’extérieur et à l’intérieur de la copropriété la nuit, afin d’éviter qu’ils ne trébuchent ou qu’ils ne se fassent surprendre par une personne mal attentionnée.

Il s’agit également d’un équipement assurant le confort des résidents qui peut apporter une réelle plus-value à la copropriété.

 

Il sera possible de coupler un seul détecteur de présence à plusieurs sources d’éclairage.

 


Les solutions d’éclairage en copropriété

Un système de détection de présence est couplé à un système d’éclairage, pour que le premier permette de réaliser des économies énergétiques, il faut également choisir les bonnes ampoules. En effet, il est encore possible de trouver des ampoules à incandescence ou des ampoules halogènes dans les copropriétés. Si elles sont interdites à la vente depuis 2012, aucune réglementation n’oblige les copropriétés à procéder à leur changement. Toutefois leur consommation est sensiblement supérieure à celle des LED.

Outre les LED, seules les ampoules fluo-compactes sont encore disponibles à la vente.

 

Pour des ampoules dont le nombre de Lumens est équivalent, voici les consommations à prévoir :

Type d’éclairage

Consommation annuelle

Durée de vie

Prix

Ampoule LED

4,38 kWh

> à 30 000 h

10 à 12 €

Ampoule fluo-compacte

7,3 kWh

< à 7 000 h

7 à 9 €

Ampoule halogène

25,55 kWh

< à 3 000 h

4 à 5 €

 

Les lampes halogènes sont énergivores, comptez :

  • 0,74 € par an pour une ampoule LED ;
  • 1,36 € par an pour ampoule fluocompacte ;
  • 4,03 € par an pour une ampoule halogène.

Ces prix incluent le prix d’achat de l’ampoule ainsi que sa consommation annuelle.

 

Commencer par changer les ampoules de la copropriété

Si le changement des ampoules des parties communes de la copropriété sera un investissement, il s’agit d’un investissement rentable au vu de la durée de vie des ampoules LED et de leur consommation annuelle si le bâtiment est équipé d’ampoules de type halogène ou à incandescence. Il faut également savoir que ces types d’ampoule chauffent, contrairement aux LED, ce qui n’agit pas en faveur des performances énergétiques du bâtiment en été.

 

En remplaçant les ampoules halogènes, les économies faites sur les charges communes de la copropriété seront les suivantes :

 

Type d’éclairage

Prix sur une année par rapport à une lampe halogène

Ampoule LED

5 x moins chère

Ampoule fluo-compacte

3 x moins chère

 


La détection de présence

Une fois le type de lumière choisi, il sera possible de compléter la solution d’éclairage par un dispositif complémentaire pour encore optimiser les dépenses énergétiques de la copropriété : le détecteur de présence. Il s’agit d’un investissement rentable qui doit toutefois être associé à un autre dispositif : le détecteur de luminosité, sans quoi les lumières s’allumeront également en journée, lorsque ce n’est pas nécessaire.

Attention aussi, cela est valable pour les parties communes extérieures et celles intérieures disposant de fenêtres. En effet, un couloir sans fenêtre aura besoin d’un détecteur de présence qui fonctionne jour et nuit et il ne sert à rien qu’il soit couplé à un détecteur de luminosité.

 

Choisir un éclairage à détection de présence

L’un des critères de choix de la copropriété, en termes de détection de présence, sera l’angle de vue des différents modèles existants. En effet, chaque modèle a sa sensibilité propre et est capable de détecter la présence de personne à une certaine distance et dans un certain périmètre. Pour cela, son angle de vue pourra varier.

En termes de sensibilité, il est important de choisir le modèle adéquat, car lorsque la sensibilité est trop élevée, l’éclairage risque de déclencher à cause d’un chat qui rôde ou d’un insecte qui vole près du détecteur.

 

Critères de choix

Description

angle de détection

80° à 360°

distance couverte pour la détection

3 à 12 mètres

temps d’éclairage

Suite à la détection d’un mouvement, les lumières peuvent rester allumées pendant quelques secondes jusqu’à une quinzaine de minutes. Dès lors qu’un autre mouvement est détecté, la minuterie se remet à zéro.

détecteur de lumière / détecteur crépusculaire / senseur de lumière

  • absent ou présent selon les modèles
  • indispensable à l’extérieur

 

Les avantages des lumières à détection de présence

Les détecteurs de présence permettent d’allonger la durée de vie des ampoules, pas uniquement parce qu’elles ne sont allumées que de besoin, mais également parce qu’ainsi elles ne subissent pas des actions d’allumages et d’extinctions répétées dues au fait que différents résidents se succèdent dans les lieux.

En effet, à partir du moment de la détection, une minuterie est prévue pour que l’éclairage ne s’éteigne pas trop rapidement.

 

De plus, pour l’extérieur, il existe des modèles solaires qui captent l’énergie du soleil en journée et l’utilisent ensuite la nuit à la demande du détecteur de présence.

Dans tous les cas, installer ce genre de système d'éclairage est un geste écocitoyen.

 


Pour les parties communes

Dans un bâtiment comme une copropriété, l’éclairage est une source de consommation électrique importante, notamment dans les parties communes où les résidents ont tendance à oublier d’éteindre la lumière. Pour remédier à ce souci, les copropriétaires peuvent choisir d’améliorer les performances énergétiques de l’immeuble en faisant installer des lumières à détection de présence dans toutes les parties communes intérieures et extérieures de la copropriété comme :

  • les lieux de passage (hall d’entrée, couloirs, escaliers, etc.) ;
  • autour de la copropriété et au niveau du parking ;
  • dans les caves et dans les garages, etc.

 

Pour les parties privatives

Les copropriétaires peuvent également être intéressés par des lumières à détection de présence dans leur propre appartement. En effet, il peut être pratique d’avoir une lumière à détection de présence en plein milieu de la nuit dans le couloir qui mène aux toilettes.

Les copropriétaires résidents sont libres d’ajouter un éclairage à détection de présence librement chez eux sans en demander l’autorisation lors d’une assemblée générale. Le locataire souhaitant faire ajouter cet équipement à l’appartement qu’il loue devra au préalable en faire la demande au propriétaire bailleur du logement, toutefois il y a de grandes chances que la mise en place de ce procédé se fasse aux frais du locataire.

 

Réglementation et autorisations nécessaires

Pour l’installation de lumières à détection de présence dans les parties communes d’une copropriété, l’accord des copropriétaires devra obligatoirement être obtenue. En effet, ce sont eux qui participeront aux frais d’installation, il est donc nécessaire d’obtenir leur accord.

De plus, il faudra vérifier que le règlement de copropriété ne prévoit pas l’interdiction de ce genre d’installation.

En outre, il ne faudra pas que le système de détection de présence soit en mesure d’enregistrer la moindre image.

 

Prix des lumières à détection de présence

Pour simplifier l’installation d’un tel système d’éclairage, il est conseillé de choisir des lumières où le système de détection de présence est intégré.

 

Type d’éclairage

Prix (hors pose)

Bornes de jardin avec détecteur de présence intégré

40 à 150 € TTC

Bornes solaires avec détecteur de présence intégré

50 à 180 € TTC

Projecteur simple avec détecteur de présence intégré

60 à 130 € TTC

 

Par exemple, pour un projecteur LED à énergie solaire disposant d’un angle de détection de 100° et d’une distance de détection pouvant aller jusqu’à 7 mètres, comptez 60 € TTC (hors pose).

 

Pour un détecteur de présence monobloc proposant un angle de détection de 360°, comptez 130 € TTC (hors pose).

 

Si le professionnel pratique un tarif horaire, le prix de pose sera compris entre 40 et 50 € de l’heure. Ainsi, plus la longueur du raccordement est importante, plus le prix de la prestation sera élevé.

De plus, il faudra compter les frais de déplacement. Comptez environ 20 €. L’avantage en copropriété, c’est que le même professionnel pourra s’occuper de l’ensemble de la copropriété. Il n’aura ainsi qu’à se déplacer une seule fois pour la réalisation des travaux.

 

Un détecteur de présence multi-usage

Le même détecteur de présence peut servir au déclenchement des lumières, mais également à celui du chauffage ou de la climatisation, dans un logement par exemple. En effet, le détecteur de présence joue le rôle d’un interrupteur automatique qui peut être configuré pour déclencher des équipements différents à des fins communes : réduire les dépenses énergétiques de la copropriété.

 

Conseils pour les copropriétés

Lorsque la copropriété entre dans une démarche d’optimisation des dépenses énergétiques de son immeuble, le choix des ampoules et l’utilisation de système de détection sont d’excellents choix pour de petits travaux. Il est également possible de faire des travaux plus importants qui impliqueront de favoriser l’éclairage naturel.

Selon la configuration de la copropriété, il est parfois possible de créer des puits de lumières ou d’ajouter des vitres ou des fenêtres qui permettent de limiter l’utilisation de l’électricité en journée.

 

De plus, un élément simple n’est parfois pas pris en compte, mais la raison pour laquelle les murs des habitations sont traditionnellement blancs trouve sa réponse dans la lumière. En effet, lorsque le revêtement des murs mais également du sol et du plafond sont d’une couleur claire, la lumière pénétrant dans l’espace sera mieux réfléchie et le couloir ou autre pièce paraîtra bien mieux éclairé, et ce par la lumière naturelle.

 

Les interrupteurs crépusculaires

Une alternative similaire aux lumières à détection de présence est le principe des interrupteurs crépusculaires. Ces derniers permettent de détecter la quantité de lumière perçue et de se déclencher non pas à la suite d’un mouvement, mais quand le niveau de luminosité est trop faible. Ce peut également être une solution adaptée en copropriété, notamment pour les parties extérieures à l’immeuble, comme le parking ou le chemin menant au hall d’entrée.

Ainsi, ce système de déclenchement de lumières n’a pas à être réglé manuellement, il se fie simplement au rythme réel du jour et de la nuit au fil des saisons.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande

A lire aussi