Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Économie d’énergie : quels travaux, prix et résultats ?

Depuis le passage de la loi sur la transition énergétique du 18 août 2015, de nombreux travaux peuvent être mis en place dans les copropriétés afin de réaliser des économies d’énergie et de réduire les factures communes et individuelles des résidents. De la rénovation de l’isolation de l’immeuble, en passant par l’installation d’une pompe à chaleur, quels sont les travaux pouvant être mis en place dans une copropriété, à quels prix et pour quels résultats ?

Depuis le passage de la loi sur la transition énergétique du 18 août 2015, de nombreux travaux peuvent être mis en place dans les copropriétés afin de réaliser des économies d’énergie et de réduire les factures communes et individuelles des résidents. De la rénovation de l’isolation de l’immeuble, en passant par l’installation d’une pompe à chaleur, quels sont les travaux pouvant être mis en place dans une copropriété, à quels prix et pour quels résultats ?

 

Les différentes méthodes pour faire des économies d’énergie

Si les copropriétaires cherchent à faire des économies d’énergie et réduire les factures liées à leurs consommations, il est normal qu’ils s'interrogent aussi sur la rentabilité d’un tel projet dont l’investissement financier est important. Grâce à de nombreuses aides financières et subventions, les copropriétaires peuvent toutefois espérer réduire la facture des travaux et en échelonner les paiements. Pour faire des économies d’énergie, voici les différentes méthodes possibles :

  • rénover l’isolation thermique de l’immeuble ;
  • remplacer le système de chauffage et de climatisation des parties communes et des parties privatives :

○     remplacer les chaudières ;

○     installer une pompe à chaleur ;

○     installer un chauffe-eau ;

○     installer un poêle ;

○     installer un insert de cheminée ;

○     remplacer les radiateurs ;

  • rénover les fenêtres de l’immeuble ;
  • installer un système photovoltaïque, etc.

 

Les travaux d’économie d’énergie permettent également d’augmenter la plus-value des appartements, ce qui peut être intéressant dans le cadre d’une mise en location ou d’une vente d’un bien. De plus, ils assurent le confort des résidents en hiver comme en été. Sachez toutefois que pour obtenir de bons résultats il convient notamment de s’occuper de l’isolation de l’immeuble avant de procéder au remplacement du mode de chauffage, etc.

 


Réaliser un bilan énergétique de l’immeuble

Avant de se lancer dans des travaux d’économie d’énergie en copropriété, il faut commencer par contacter un diagnostiqueur immobilier afin de faire réaliser un bilan énergétique de l’immeuble. Cette expertise permet d'identifier précisément les failles dans l’isolation du bâtiment mais aussi les raisons de la consommation énergétique de l’immeuble.

 

Le rôle du diagnostiqueur est de lister un ensemble de conseils qui aidera les copropriétaires, lors d’une assemblée générale organisée par le syndic de copropriété, à déterminer les travaux à privilégier. Ainsi, le diagnostiqueur vous guide dans les travaux qui permettront réellement de faire la différence au niveau de la consommation énergétique des résidents. En effet, beaucoup de travaux sont réalisables mais il n’est pas toujours facile de savoir par où commencer.

 


L’isolation thermique de l’immeuble pour faire des économies d’énergie

Lorsque l’enveloppe thermique du bâtiment est à revoir, il faut commencer par s’occuper d’isoler les planchers, les plafonds, les murs, les cloisons, ainsi que les combles et la toiture de l’immeuble afin d’éviter les pertes de chaleur en hiver. La modification du système de chauffage et d’émission de la chaleur dans les appartements ne doit se faire que dans un second temps. En effet, modifier les installations sans rénover l’isolation du bâtiment ne permet pas de réaliser des économies d’énergie.

 

Pour isoler les combles de la copropriété, il faut compter entre 2 000 et 3 000 € TTC en moyenne. Les économies de chauffage se feront principalement ressentir au niveau des appartements du dernier étage. Les économies annuelles réalisées en chauffage grâce à l’isolation des combles peuvent monter jusqu’à 400 voire 450 € TTC par an par appartement du dernier étage. Ce type de travaux est donc très vite rentabilisé. De plus, vous pourrez bénéficier d’aides financières et de subventions pour tous les travaux d’isolation thermique.

 

Pour l’isolation du plancher bas de l’immeuble, il faut compter entre 1 500 et 2 500 € TTC pour la réalisation des travaux et entre 300 et 350 € TTC d’économies annuelles pour les appartements du rez-de-chaussée, des travaux qui sont donc également rapidement rentabilisés.

 

Pour l’isolation thermique des murs, les professionnels peuvent avoir recours à deux techniques d’installation : l’isolation par l’extérieur ou l’isolation par l’intérieur. Si l’isolation par l’extérieur permet d’obtenir de meilleurs résultats, nous vous conseillons de procéder à ce genre de travaux au même moment que le ravalement de façade obligatoire pour en limiter le prix. L’isolation par l’intérieur est une alternative à envisager lorsque l’isolation par l’extérieur n’est pas possible. Moins coûteuse, elle réduit la surface habitable des appartements et, pendant la durée des travaux, les résidents ne peuvent pas toujours occuper leur logement.

 

Technique d’isolation des murs

Prix TTC (fournitures et pose)

Isolation par l’intérieur

entre 50 et 80 € le m²

Isolation par l’extérieur

entre 140 et 180 € le m²

 

Si les copropriétaires sont intéressés par la rapidité de leur retour sur investissement, nous leur conseillons d’opter pour une isolation par l’intérieur dont les performances thermiques permettent un retour sur investissement en 6 ans en moyenne. Toutefois, veuillez noter que les risques de ponts thermiques sont aussi plus fréquents qu’avec une isolation par l’extérieur.

 

Le remplacement du système de chauffage pour faire des économies d’énergie

Une fois la rénovation de l’isolation de l’immeuble effectuée, il est possible de remplacer le système de chauffage pour utiliser des énergies renouvelables plus respectueuses de l’environnement et permettant de faire des économies d’énergie. Il sera notamment possible d’installer une pompe à chaleur aérothermique (pompe à chaleur air-eau). Ce type d’appareil permet de produire une partie du chauffage d’un appartement. Un chauffage d’appoint est à prévoir, mais la PAC aérothermique permet de faire des économies d’énergie de près de 700 € TTC tous les ans. On estime que ce type d’équipement est rentabilisé en 10 ans en moyenne puisque les travaux peuvent coûter entre 10 000 et 16 000 € TTC (fournitures et pose), hors aides financières et subventions.

 

D’autres types de pompes à chaleur peuvent également être installés en copropriété :

  • pompe à chaleur air-air ;
  • pompe à chaleur géothermique, etc.

 

Il est aussi possible de prévoir l’installation d’une chaudière à condensation, un mode de chauffage performant avec un rendement de 110 % pour certains modèles. Il faut compter un investissement compris entre 4 000 et 8 000 € TTC. Le retour sur investissement d’une chaudière à condensation fonctionnant au gaz se fait en 4 ans. Pour une chaudière à condensation fonctionnant au fioul, le retour sur investissement se fait sur 7 ans. Dans les deux cas, l’installation d’une chaudière à condensation permet de rapidement faire entre 900 et 1 000 € TTC d’économie d’énergie par an.

 

En copropriété, il est également possible d’installer d’autres équipements pour faire des économies d’énergie comme :

 

Travaux d’économie d’énergie

Prix TTC (fournitures et pose)

Installation d’un poêle à bois

entre 3 000 et 6 000 €

Installation d’un chauffe-eau thermodynamique

entre 2 500 et 3 500 €

Installation d’un insert cheminée

entre 3 000 et 8 000 €

 


La rénovation des fenêtres de l’immeuble pour faire des économies d’énergie

Pour limiter les déperditions énergétiques de chaleur en hiver, mais aussi pour éviter au logement de monter trop vite en température en été, nous vous conseillons de prévoir la rénovation des fenêtres de l’immeuble dans votre projet de travaux d’économie d’énergie. La rénovation des fenêtres peut simplement inclure le changement du vitrage ou la modification complète de la fenêtre. Par exemple, il est important de ne pas conserver du simple vitrage : inefficace en termes d’isolation.

 

Plus précisément, dans le cadre de la rénovation des fenêtres, il faut prendre en compte les performances d’isolation thermiques et phoniques des différents éléments les composant afin d’identifier les modifications nécessaires parmi :

  • le vitrage ;
  • les huisseries ;
  • les dimensions et le type d’ouverture.

 

Veuillez noter que la modification des huisseries, du type d’ouverture et des dimensions de la fenêtre doivent se faire avec l’aval de la mairie. En effet, ce sont des travaux considérés comme modifiant la façade et il vous faudra respecter les exigences du PLU (Plan Local d’Urbanisme) ainsi que celles du règlement de copropriété.

 

Pour l’achat d’une fenêtre en PVC, en aluminium ou en bois, il faut compter entre 300 et 1 000 € TTC selon les dimensions et le type d’ouverture. Vous retrouverez un tableau détaillé des prix en fournitures et pose dans notre guide : Changer une fenêtre : comment faire et prix.

 

Pour connaître la rentabilité de tels travaux, nous vous donnons ci-dessous un exemple concret pour un appartement où des fenêtres datant des années 1970 ont été remplacées par de nouvelles fenêtres dont les performances d’isolation thermique répondent aux exigences de la RT 2012. La surface de vitrage remplacée représentait au total 20 m² et les travaux ont coûté 10 000 € TTC.

 

Les économies de chauffage réalisées pendant l’hiver dans l’appartement concerné représentent 150 € par mois. En automne, les économies réalisées sur la consommation de chauffage avoisinent les 70 € par mois en moyenne et il faut compter entre 40 et 50 € par mois au printemps. Ainsi, dans cet exemple, les économies réalisées au cours de l’année sont d’environ 1 000 à 1 100 € TTC.

 

Sachant qu’il est possible de bénéficier de différentes aides financières et subventions pour remplacer les vitrages de la copropriété, il faut compter un maximum de 10 ans pour rentabiliser de tels travaux dans un contexte comme celui-là.

 

L’installation de panneaux photovoltaïques pour faire des économies d’énergie

Si la toiture de l’immeuble est utilisable, les copropriétaires peuvent installer des panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité. Cette électricité produite grâce à l'ensoleillement peut ensuite être revendue afin de couvrir une partie des charges communes de l’immeuble ou peut directement servir la consommation de l’immeuble. On parle alors d’un système d’autoconsommation.

 

Pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques de 3 KWC dont la production d’électricité est destinée à la vente à EDF, le prix total à prévoir en 2019 est compris entre 9 000 € TTC et 13 000 € TTC (fournitures, pose et raccordement à EDF compris). La variation du coût est causée par le choix du type de panneaux solaires photovoltaïques, la complexité des travaux, ainsi que les garanties proposées par l’installateur.

 

Pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques de 3 KWC dont la production d’électricité est destinée à l’autoconsommation et à la vente du surplus d’électricité à EDF, le prix total à prévoir en 2019 est compris entre 10 000 € TTC et 12 000 € TTC (fournitures, pose et raccordement à EDF compris). Ce tarif est uniquement valable pour une installation de panneaux solaires photovoltaïques en sur imposition. La facture est répartie comme suit :

  • les panneaux solaires photovoltaïques représentent 60 % de la facture ;
  • l’installation et les équipements de l’installateur représentent 25 % de la facture ;
  • et l’onduleur, 15 %.

 

Concernant les résultats en termes de retour sur investissement et la rentabilité de l’installation, voici un exemple qui vous permettra d’en savoir plus. Cet exemple prend en considération une installation de panneaux solaires photovoltaïques pour la vente à EDF.

 

Calculer la rentabilité d’une installation de panneaux solaires photovoltaïques pour la vente à EDF

Caractéristiques

Puissance des panneaux solaires photovoltaïques

3 KWC

Orientation des panneaux solaires photovoltaïques

plein sud

Inclinaison des panneaux solaires photovoltaïques

30°

Date des travaux

2017

Coût facturé pour la réalisation des travaux

10 000 € TTC*

Coût facturé à EDF par an pour l’électricité produite et vendue

environ 1 000 € TTC**

Durée de vie des panneaux solaires photovoltaïques

entre 20 et 25 ans

Durée nécessaire pour obtenir un retour sur investissement

environ 10 ans

 

*Le coût réel des travaux est dans la plupart des cas plus bas puisque les copropriétés peuvent bénéficier d’aides financières et de subventions non prises en compte dans ce tableau. Cela signifie que le retour sur investissement pourra se faire en moins de 10 ans dès lors que la copropriété est éligible à ces aides financières et subventions.

 

**Le coût évalué pour la facturation EDF prend en compte le tarif applicable du 1er janvier 2017 au 31 mars 2017, c’est-à-dire 23,54 c€ par kWh. Ce tarif varie légèrement à chaque trimestre.

 

Les aides financières et les subventions

Afin de réduire le coût des travaux d’économie d’énergie et de pouvoir rentabiliser les nouvelles installations plus rapidement, les copropriétaires peuvent bénéficier de différentes aides financières et de subventions qui permettent de réduire le coût des travaux de rénovation énergétique de l’immeuble. En effet, une grande partie des travaux de rénovation de la performance énergétique d’un immeuble ou d’un appartement est éligible aux aides financières et subventions proposées par différents organismes dans le cadre de la loi sur la transition énergétique et la réduction de notre impact sur l’environnement.

 

Les principales conditions d'éligibilité pour obtenir ces aides financières et subventions sont les suivantes :

  • faire réaliser les travaux par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) se chargeant également des fournitures ;
  • qu’il s’agisse de travaux de rénovation sur un immeuble dont la fin de la construction date de plus de 2 ans ;
  • que l’amélioration énergétique réponde aux exigences des différents organismes.

 

Pour obtenir certaines aides financières et subventions, comme celles de l’Anah (Agence nationale de l'habitat), par exemple, des conditions financières sont également prises en compte. En effet, cet organisme soutient en particulier les ménages aux revenus modestes.

 

Différentes aides financières et subventions accordées

Plafond

Travaux éligibles

Prime énergie (dans le cadre des CEE, les Certificats d’Economie d’Energie)

2 500 €

  • isolation thermique des murs et des cloisons ;
  • isolation thermique du toit et des combles ;
  • isolation thermique des fenêtres ;
  • remplacement des éclairages ;
  • installation de certaines chaudières ;
  • installation d’une pompe à chaleur ;
  • installation d’un système de ventilation

TVA à taux réduit à 5,5 %

aucun

  • travaux de rénovation énergétique

CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique)

15 à 30 % du coût global des travaux plafonné à 16 000 € pour un couple

  • travaux de rénovation énergétique

Eco-prêt à taux zéro

30 000 €

  • travaux de rénovation énergétique

Programme « Habiter mieux » de l’Anah

jusqu’à 50 % du montant HT des travaux

  • travaux de rénovation énergétique permettant un gain énergétique d’au moins 25 %

Chèque énergie

de 48 € à 227 €

  • pour aider à régler la facture d’énergie

Dispositif « Coup de pouce économie d’énergie »

non renseigné

  • remplacement d’une chaudière au fioul par un équipement plus moderne et utilisant une énergie renouvelable (chaudière biomasse, pompe à chaleur, système solaire combiné, etc.)
  • travaux d’isolation des combles

 

Les copropriétaires peuvent également être éligibles à d’autres aides pour les travaux de rénovation énergétique comme :

  • l’exonération de la taxe foncière ;
  • différentes aides accordées par les collectivités locales, départementales et régionales ;
  • une aide de la caisse de retraite, etc.
Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi