Faire une terrasse en immeuble : règles, coûts, revêtements et conseils

En copropriété, l'esthétisme d’une terrasse passe principalement par le revêtement de son sol. Toutefois les réglementations permettent-elles aux copropriétaires de choisir le revêtement qu’il souhaite ? Nous vous donnons tous nos conseils concernant les revêtements possibles pour votre terrasse, ainsi que les coûts à prévoir.

Faire une terrasse en immeuble : règles, coûts, revêtements et conseils

La réglementation en copropriété

Les façades extérieures des copropriétés sont soumises à des réglementations strictes de la part du règlement de copropriété mais également du PLU (Plan local d'urbanisme) de la commune, dans un souci d’osmose. En effet, l’apparence extérieure d’un bâtiment comme un immeuble doit être homogène.

Les travaux de gros oeuvres concernent tous les copropriétaires alors que le revêtement d’une terrasse est à la charge du copropriétaire de l’appartement attenant. La création d’une terrasse en copropriété lors de travaux de rénovation n’est donc pas facile à réaliser, à moins que le copropriétaire concerné décide de prendre l’ensemble des frais des travaux à sa charge. A contrario, s’il souhaite changer le revêtement de sa terrasse, il n’aura pas besoin de l’avis de la copropriété.

 


Une terrasse suspendue

Lors de la construction d’une copropriété, il est tout à fait possible de prévoir des terrasses suspendues pour les logements du premier étage de l’immeuble. Les terrasses suspendues peuvent en effet être positionnées jusqu’à 5 mètres au-dessus du sol. En rénovation, faire une terrasse suspendue en copropriété pourra se révéler plus compliqué puisqu’il faudra obtenir l’autorisation des copropriétaires. De plus, selon la taille de l’immeuble, il est possible que les travaux créent une incohérence dans l’apparence extérieure du bâtiment. Le PLU de la ville ou le règlement de copropriété prévoit très probablement une clause à ce sujet-là.

 

Toutefois, au cours d’un projet d’amélioration du bâtiment, il est tout à fait possible de prévoir la possibilité de création de terrasses suspendues pour tous les logements du premier étage et ainsi conserver l’harmonie nécessaire.

 

La terrasse suspendue en copropriété permet aux résidents de disposer d’un espace de vie supplémentaire qui est ouvert sur l’extérieur. S’il s’agit d’un projet onéreux, s’il est bien préparé, il permettra d'embellir la façade de l’immeuble et lui apporter ainsi une certaine plus-value. En effet, on parle de balcon pour une superficie inférieure à 9 m². Au-delà, il s’agit d’une terrasse et donc de travaux d’agrandissement.

 

Type de travaux

Superficie de la terrasse

Dossier à déposer en mairie

Création d’une terrasse

9 à 20 m²

déclaration de travaux

20 m² à 150 m²

permis de construire

≥ à 150 m²

permis de construire + recours à un architecte obligatoire

Agrandissement d’une terrasse ou d’un balcon existant

≤ à 5 m²

aucun

5 à 20 m² (ou 40m²*)

déclaration de travaux

20 (ou 40m²*) à 150 m²

permis de construire

≥ à 150 m²

permis de construire + recours à un architecte obligatoire

 

*En rénovation, les zones urbaines régies par un PLU (plan local d'urbanisme) ou un POS (plan d'occupation des sols), bénéficier d’un seuil légèrement différent. L’article R. 421-14 du Code de l'urbanisme précise en effet que le seuil est porté à 40 m², sauf si les travaux prévus par la copropriété transformeront l’emprise totale à plus de 150 m².

 

Pour construire une terrasse suspendue dans une copropriété, il faudra pouvoir installer une charpente perpendiculaire à la façade afin de la soutenir. Selon la superficie de la terrasse, il faudra un nombre de poutres plus ou moins importants. Afin d’assurer la stabilité de la terrasse, elles devront être ancrées dans le sol.

 

Avec une terrasse suspendue, les habitants du premier étage de la copropriété pourront bénéficier d’une vue agréable et d’un espace de vie supplémentaire. De plus, ce type de terrasse peut être installé même lorsque le terrain est dénivelé. Autre avantage que procure la suspension de la terrasse : elle n’est pas sujette aux problématiques d’humidité contrairement aux terrasses du rez-de-chaussée.

 

Dans le cas de duplex, si l’appartement est réparti entre le rez-de-chaussée le premier étage, il peut être intéressant d’avoir recours à une terrasse suspendue afin de bénéficier de l’espace extérieur du rez-de-chaussée en supplément. Il se peut d’ailleurs que ce dernier appartienne aux parties communes de la copropriété.

 

Type de terrasse suspendue

Prix TTC / m² (prix de pose inclus)

en bois

200 à 520 €

en béton

200 à 360 €

 

 


Une terrasse tropézienne

Dans la même logique que la terrasse de toit, la terrasse tropézienne se situera au-dessus de la copropriété. Il s’agit, là, de transformer une partie de la toiture en terrasse. Si les combles sont un espace de l’immeuble non utilisé, un copropriétaire peut tout à fait projeter de racheter une partie des combles au reste des copropriétaires. Il pourra alors aménager une partie des combles en terrasse.

 

L’optimisation des combles est un réel atout pour gagner de la place dans une copropriété. Elles permettront en effet d’offrir un espace de vie supplémentaire aux résidents. De plus, la vue du haut d’un immeuble est généralement fort agréable. Il faut notamment penser à l’orientation du soleil lorsque l’on souhaite transformer une partie de la toiture. De plus, il s’agira d’une réelle plus-value pour l’appartement concerné, voire pour la copropriété si l’ensemble des résidents y ont accès.

 

Revêtements d'une terrasse tropézienne

Effet désiré

en bois

naturel, agréable et esthétique

en bois composite

en carrelage

nombreuses possibilités de personnalisation

tomettes

style provençal

 

Avant de pouvoir développer ce type de projet, un copropriétaire ou le syndic de copropriété dans le cas d’une idée collective doit d’abord vérifier la faisabilité du projet auprès de la Mairie. Pour un projet individuel, un copropriétaire devra également obtenir les autorisations nécessaires auprès de l’assemblée générale.

Pour créer une terrasse tropézienne de 20 m², comptez entre 13 000 et 25 000 € TTC en rénovation du bâti.

 

Pour ce type de terrasse, l’étanchéité est le premier point clé d’une installation réussie. Le second est l’évacuation des eaux de pluies. Située tout en haut de l’immeuble, une terrasse tropézienne est en effet davantage exposée aux intempéries que tout autre type de terrasse. Pour cela, il sera notamment indispensable d’installer un revêtement parfaitement étanche, de prévoir un isolant thermique, un pare-vapeur, ainsi qu’un écran d’indépendance.

 

Une terrasse de toit

Lorsque le toit de la copropriété est plat est aménageable, il est relativement simple de le rendre accessible et d’en faire un toit-terrasse ou une terrasse de toit. Toutefois, pour que cela soit possible, la pente du toit ne doit pas être supérieur à 15 %. Comme pour la terrasse tropézienne, l’évacuation des eaux pluviales est l’un des points primordiaux lors des travaux d’aménagements.

 

Une terrasse de toit peut aussi être prévue au-dessus d’un parking couvert et ainsi proposer à l’ensemble des résidents un espace de vie supplémentaire.

 


Une terrasse de plain-pied classique

Les résidents habitant au rez-de-chaussée de la copropriété peuvent projeter de faire une terrasse à l’extérieur de chez eux. S’il s’agit d’une partie commune, le copropriétaire devra d’abord racheter cet espace aux autres copropriétaires. Il faudra aussi vérifier que le règlement de copropriété n’interdit pas ce genre d’aménagement.

 

Avantages

Inconvénients

  • travaux relativement simples
  • mise en place rapide
  • peu compatible avec un terrain accidenté
 

 

Le Code de l’urbanisme estime qu’une terrasse de plain-pied ne dispose pas d’une emprise au sol. Ce qui signifie que sa mise en place n’impose aucune démarche auprès de la Mairie. Toutefois, celle auprès des copropriétaires pourra demeurer nécessaire selon les circonstances.

 

Une terrasse surélevée

A la différence d’une terrasse de plain-pied classique, une terrasse surélevée ne touche pas le sol. L’écart entre la terrasse et le terrain naturel doit être d’au moins 60 cm. Le Code de l’urbanisme estime qu’une terrasse surélevée dispose d’une emprise au sol, à l’inverse d’une terrasse de plain-pied. Cela signifie que les demandes suivantes devront être effectuées auprès du service urbanisme de la mairie :

 

Superficie de la terrasse surélevée

Dossier à déposer en mairie

≤ à 5 m²

aucun

5 à 20 m²

déclaration de travaux

> à 20 m²

permis de construire

 

Pour qu’il n’y ait aucun décalage entre le logement et la terrasse extérieure, le but d’une terrasse surélevée est qu’elle soit exactement au même niveau que l’appartement. Ainsi, il s’agit d’un véritable agrandissement de l’espace de vie des habitants qui peuvent profiter d’une pièce à l’air libre très pratique d’accès.

 

Avantages

Inconvénients

  • prolongement du logement et de l’espace de vie
  • espace fonctionnel en extérieur
  • facile d’accès
  • compatible avec un terrain accidenté
  • travaux complexes
  • prix élevé
 

 

Pour une terrasse surélevée, il est possible de choisir un revêtement en bois, en pierre, en béton ou en carrelage.

 

Les différents revêtements de terrasse

Les possibilités de revêtements de terrasse sont multiples et variées. Des simples caillebotis, aux dalles de pierre reconstituée, en passant les revêtements en bambous, les copropriétaires sont libres de choisir le revêtement qui leur convient pour leur terrasse. Parmi une moquette en pierre ou un carrelage imitation teck ou encore une terrasse en bois composite, les possibilités sont illimitées.

Comme solution de revêtement, vous pourrez également opter pour un dallage en pierre naturelle, une dalle en ardoise, en granit ou plutôt en béton ou en bois. Dans les points suivants, nous développons les principaux types de revêtements pour une terrasse, leurs caractéristiques, avantages, inconvénients et prix.

 

Revêtement en bois

Le bois est un matériau largement utilisé comme solution de revêtement pour son authenticité et son charme. Il pourra convenir comme revêtement d’une terrasse.

 

Type de bois

Prix TTC

Bois européen (sapin, pin, mélèze, chêne, etc.)

~ 20 €

Bois composite

~ 20 €

Bois exotique

~ 30 à 100 €

 

Pour les différentes essences de bois exotiques, voici un descriptif plus complet des possibilités et des prix à envisager.

 

Type de bois exotiques

Prix TTC

Bois mi-dur (amarante, angélique, bambou, mutényé, teck, etc.)

40 à 110 €

Bois dur (acacia, doussié, merbau, padouk, sucupira, tamarino, wengé, etc.)

40 à 140 €

Bois très dur (cumaru, ipé, jatoba, pyinkado, cabreuva, etc.)

30 à 80 €

 

Pour une terrasse en extérieur, le bois sera choisi comme solution de revêtement pour les critères suivants :

 

Avantages

Inconvénients

  • aspect chaleureux et esthétique
  • solution écologique
  • peu glissant lorsqu’il est mouillé
  • agréable au toucher (pour marcher pied nu)
  • sensible aux champignons et aux insectes
  • entretien régulier nécessaire
  • risque de fissure
  • tendance à perdre sa couleur au fil des années
 

 

Pour résister en extérieur, l’essence du bois choisi pour un revêtement de terrasse en copropriété doit être de catégorie 4. De plus, un traitement autoclave permettra de le rendre imputrescible. Ce dernier protège le bois contre :

  • les insectes ;
  • l’humidité ;
  • et les rayons UV.

Le traitement autoclave est indispensable pour augmenter la durée de vie d’un revêtement en bois en extérieur. La classe correspond à la profondeur d’imprégnation du traitement. La préservation du bois se paie toutefois, et plus le numéro de la classe est élevé plus le revêtement de votre terrasse vous coûtera cher.

 

Les principales essences de bois autoclavées vont des classes 2 à 4, mais il existe également des bois de classe 5. Les bois de classe 3 ne doivent avoir aucun contact avec le sol et ne conviennent donc pas avec une terrasse plain-pied, contrairement aux bois de classe 4 prévus pour être exposés en permanence à un taux d’humidité minimum de 20 %.

Les bois de classe 5, eux, sont résistants à un contact permanent avec de l’eau de mer.

 

Revêtement en pierre

Il est possible d’opter pour un revêtement en pierre reconstituée à acheter sous forme de dalles. Les styles sont très variés : dalle imitation ardoise, dalle gravillonnée, etc. Le revêtement en pierre offre de nombreuses solutions pour une terrasse en copropriété.

 

Type de pierre

Prix TTC

Ardoise

30 à 70 €

Granit

60 à 160 €

Pierre calcaire

50 à 130 €

Marbre

40 à 145 €

 

Revêtement en béton

Le béton est choisi pour sa praticité, mais également pour son esthétisme. Il permet de créer de nombreuses ambiances : aspect vieilli, style antique, design lumineux, etc. Il existe des revêtements en béton blanc-gris ou d’une couleur ocre, mais aussi des bétons plus sombres selon les goûts.

 

Type de béton

Prix TTC

Béton classique

> 15 €

Béton imprimé

< à 100 €

 

En copropriété, le béton est un choix pratique pour ses nombreux avantages. Il se compose seulement de ciment, de granulats et d’eau. Selon la finition souhaitée, vous avez la possibilité de choisir un revêtement en béton avec un effet poli, un effet brossé, un effet ciré, ou encore un effet teinté, etc.

 

Avantages

Inconvénients

  • durable et résistant
  • solution extrêmement solide
  • imputrescible
  • résiste au feu
  • revêtement recyclable
  • peu d’entretien nécessaire
  • installation compliquée
  • risques d’apparition de fissures lorsque la pose est mal réalisée
 

 

Revêtement en carrelage

Des effets de style sont possible avec un revêtement en carrelage. Vous pouvez ainsi transformer votre terrasse en un véritable jardin japonais en prévoyant un revêtement alternant gravier blanc et carrelage en ardoise, par exemple. Pour créer une ambiance maritime, vous aurez la possibilité de mélanger des galets à un carrelage écru, etc.

Le carrelage est le parfait allié pour créer des ambiances.

 

Type de carrelage

Prix TTC

Carrelage

10 à 150 €

 


Une terrasse couverte

Pour pouvoir profiter de sa terrasse sans souffrir du soleil en été, tout en étant à l’abri de la pluie et du vent, il est aussi possible de couvrir une terrasse. Pour cela, diverses solutions de couverture sont possibles.

 

Type de couverture

Prix TTC (hors pose)

Store

250 à 2 500 €

Auvent

200 à 1 000 €

Pergola

300 à 7 500 €

Tonnelle

100 à 900 €

 

Le store est la solution adéquate pour profiter d’une terrasse en copropriété à ciel ouvert ou non. En effet, le store peut être déroulé et enrouler à volonté grâce à un interrupteur, une manivelle manuelle, une télécommande, ou automatiquement en fonction de l’importance du vent. Une fois replier, le store sera invisible puisqu’il sera dans un coffre qui le protégera des intempéries.

En copropriété, le règlement autorise généralement les stores puisqu’ils modifient peu l’esthétique de la copropriété. Attention toutefois à respecter les couleurs imposées.

Comptez entre 250 et 2 500 € TTC (hors pose) selon le type de modèle choisi.

 

Lorsqu’il est possible d’installer un auvent en copropriété, celui-ci sera alors adossé au mur. Il prend la forme d’une sorte de toiture dont la structure est en fer, en bois, en aluminium ou en PVC. Il s’agit d’une solution idéale pour pouvoir utiliser cette espace même par temps de pluie. Il existe de nombreuses solutions de couvertures de ce type : matière plastique transparente, revêtement similaire à la toiture de l’immeuble, toile, polycarbonate, etc.

Comptez entre 200 et 1 000 € TTC (hors pose) selon le type de modèle choisi.

 

Selon les libertés permises par le règlement de copropriété, une pergola est une autre solution de couverture d’une terrasse. Elle se compose d’une structure en fer, en bois, en aluminium ou en PVC. Colonnes et poutres peuvent ainsi accueillir des plantes grimpantes permettant aux copropriétaires vivant en appartement de bénéficier de leur propre petit espace jardin. Attention, il faut toutefois choisir des plantes légères pour éviter d’affaiblir la structure. Il est aussi possible de disposer une toile fixe sur ce type de structure, ou à l’inverse une toile rétractable.

Comptez entre 300 et 7 500 € TTC (hors pose) selon le type de modèle choisi.

 

Dernière solution de couverture, la tonnelle, nécessite une structure à base des mêmes matériaux. Elle s’habille de différentes formes et peut ainsi être rectangulaire, carrée ou arrondie. Elle est relativement facile à installer.

Comptez entre 100 et 900 € TTC (hors pose) selon le type de modèle choisi.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande

A lire aussi