Prix de la climatisation : quels systèmes et quels prix ?

Confort ou nécessité, un système de climatisation peut être appréciable en copropriété dans les parties communes comme dans les parties privatives. En rénovation, elle peut être une alternative intéressante dans un bâtiment où le pouvoir isolant et les menuiseries ne remplissent plus suffisamment leurs fonctions. Dans certaines régions, comme au sud de la France, notamment, les conditions environnementales impliquent une telle charge thermique, en été, qu’un système de climatisation est indispensable. Pour les zones bruyantes où il n’est pas vraiment possible d’ouvrir les fenêtres, c’est une bonne solution pour refroidir une pièce en été et la chauffer en hiver tout en disposant d’un équipement filtrant la qualité de l’air. Quels systèmes et quels prix prévoir en copropriété ?

La climatisation en copropriété : mode d’emploi

Les systèmes réversibles se sont largement démocratisés au cours des 20 dernières années. Ils sont en effet plus performants, plus économiques et permettent aussi bien de refroidir une pièce que de la chauffer.

Si on entend davantage parler de pompe à chaleur que de climatiseur, c'est justement du fait de ces modèles réversibles. En effet, les climatiseurs étaient réputés comme des équipements non éco-responsables. La fonction chauffage est donc mise en avant dans le processus de vente afin de toucher un plus large public. Ces modèles éco-responsables fournissant, en plus, une fonction climatisation. C’est également un atout pour les promoteurs immobiliers se chargeant d’un projet de construction d’une copropriété.

 

Prévoir un système de climatisation réversible leur permet en effet de mettre en avant l’utilisation des énergies renouvelables tout en présentant aux potentiels acheteurs la possibilité d’avoir un système leur permettant de faire des économies de chauffage et de refroidir leur logement en été.

 


Les systèmes de climatisation

En copropriété, il est possible de choisir un système de climatisation mobile ou fixe parmi les suivants.

  • Un système monobloc mobile convient aux petits espaces comme un studio ou une pièce à vivre de 30 m² maximum. Les systèmes d’entrée de gamme, souvent mobiles, proposent encore le mode « climatisation » seul. Il est toutefois conseillé des les utiliser uniquement comme climatiseurs d’appoint puisque leur durabilité et leur efficacité est moindre. Leur avantage est que vous pouvez le déplacer de pièce en pièce selon vos besoins. Le confort acoustique procuré est également moindre.
  • Un système de climatisation fixe sera indispensable pour une pièce plus grande. Il en existe différents types. Une climatisation fixe avec un split mural est ainsi beaucoup moins encombrante qu’un système monobloc mobile. Une, voire plusieurs pièces, pourront, de plus, en bénéficier simultanément en fonction du nombre de split. Un climatiseur monobloc mural est plus esthétique et plus simple à faire adopter en copropriété ou pour respecter l'architecture d’une zone protégée. En effet, dans ce cas-là il n’y a qu’un seul et même boitier encastré dans le mur et non pas une unité extérieure et une unité intérieure. Elle est accompagnée par deux bouches d’aération. La partie extérieure reste visible, mais elle l’est beaucoup moins que pour la climatisation fixe avec un split mural.
    Un climatiseur multisplit convient parfaitement pour des logements de plusieurs pièces, une unité est placée à l’extérieur et de 2 à 5 unités sont installées à l’intérieur.

 


La réglementation en copropriété

Pour obtenir l’autorisation d’installer un système de climatisation de manière individuelle en copropriété, si cela n’a pas été fait par le promoteur immobilier qui a fait construire l’immeuble et aurait ainsi équipé tout le bâtiment, le copropriétaire à l’origine du projet doit obtenir l’accord favorable des copropriétaires lors d’une assemblée générale. Il s’agit d’une procédure longue qui est généralement mentionnée dans le règlement de copropriété. La loi de 1965 impose un vote à la majorité de l’article 25 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965. Il s’agit de la majorité absolue des voix de tous les copropriétaires. Un second vote peut toutefois être mis en place à la suite de ce premier vote, à la majorité des voix exprimées par les copropriétaires présents et représentés, aussi prévu par la loi du 10 juillet 1965. Cela n’est cependant possible que dans le cas où au moins le tiers des voix de tous les copropriétaires a été obtenu précédemment. Si ce quota n’a pas été atteint, il faudra convoquer une nouvelle fois les copropriétaires dans un délai maximal de 3 mois.

Les personnes âgées sont à l’origine d’un bon nombre des demandes auprès des syndics de copropriété. Toutefois, ce type d’installation requiert une unité extérieure et une unité intérieure. C’est la première qui pose problème puisqu’elle prend place en façade, sur un balcon ou sur une terrasse.

Cet accord ne doit être obtenu que dans les cas où une unité extérieure est à installer (split) ou est visible (monobloc).

Le locataire, quant à lui, devra tout d’abord commencer par en parler avec son bailleur.

 

Respecter l’architecture de la façade, pourquoi ?

Outre le règlement de copropriété, il est nécessaire au porteur de projet de se renseigner auprès du service urbanisme de la commune afin de savoir si le bâtiment se situe dans une zone où l’architecture est protégée, c’est notamment majoritairement le cas dans les centres-villes et dans un certain diamètre autour des monuments historiques.

 


Le prix d’un système de climatisation

Le prix total d’un système de climatisation dans un logement de la copropriété inclut : le prix de fourniture, le prix de pose, le prix de l’utilisation et le prix d’entretien.

 

Le prix de fourniture

Comptez entre 300 et 3 000 € TTC selon les modèles de climatisations. La variation du prix correspond aux performances et aux options de l’appareil. Ainsi pour 300 € TTC, vous aurez un climatiseur monobloc mobile, pour une solution d’appoint pour une pièce de 30 m².

 

Le prix de pose

Si le prix de pose d’un climatiseur par un professionnel peut varier c’est en fonction du type de climatiseur que vous aurez choisi, mais également du type d’intégration du matériel dans le bâtiment, ainsi que les contraintes d’installation pour le professionnel : pour une installation extérieure en particulier.

 

Lorsqu’un professionnel ou une entreprise spécialisée intervient pour la mise en place d’un système de climatisation, en cas de sinistre, ce sera alors leur responsabilité civile professionnelle ainsi que leur responsabilité décennale qui seront mises en cause. Ce sera également par le biais de ces professionnels que vous obtiendrez les équipements installés. Comptez en moyenne entre 1 000 et 3 000 € TTC pour le prix de pose d’un système de climatisation uniquement.

Certains modèles de climatisation vous permettront de bénéficier d’une TVA réduite de 10 % sur le prix de la main d’oeuvre.

 

Types de système

Prix fournitures TTC

Prix pose TTC

Climatiseur fixe mural de 2,5 kW

790 €

1 200 €

Climatiseur fixe mural de 4,5 kW

1 000 €

1 700 €

Climatiseur monosplit de 2 kW

1 200 € + 180 € de mise en service*

Climatiseur monosplit à 5 kW

3 500 € + 180 € de mise en service*

Climatiseur multisplit de 3 à 4 unités de 8 kW maximum

5 000 à 8 000 € + 200 à 500 € de mise en service

*Le coût de mise en service d’un climatiseur monosplit revient à 180 € mais est indispensable puisque pour bénéficier de la garantie constructeur sur ce genre de modèle, un spécialiste des fluides frigorigènes doit obligatoirement procéder à l’installation afin de vérifier l’étanchéité de l’équipement, de retirer tout l’air qui pourrait être présent dans le circuit frigorifique, ainsi que de faire des essais et de prendre des mesures.

 

Aucun frais de pose n’est à prévoir pour un climatiseur monobloc, il ne peut toutefois être installé que dans de petites pièces, près d’une fenêtre où la gaine d’évacuation devra être placée par un entrebâillement ou par une ouverture compatible.

 

Le prix à l’usage

Pour éviter les surcoûts de consommation, l’équipement installé doit correspondre à la pièce où il est mis en place. Pour une année, le prix de la consommation électrique est compris entre 150 et 220 € TTC.

 

Le prix d’entretien

Afin que l’air soit correctement filtré, pour éviter les pannes gênantes et afin que le matériel soit performant plus longtemps, un contrat d’entretien avec un professionnel est fortement conseillé. Celui-ci interviendra une fois par an pour un nettoyage complet de l’appareil. Le coût de ce contrat d’entretien est compris entre 80 et 200 € TTC pour un an.

 

Autres guides conseils

Le système de climatisation solaire

Peu répandu dans les copropriétés pour le moment, les systèmes de climatisation solaire commencent à faire leur place sur le marché. Il est en effet possible de générer du froid grâce à du chaud, raison pour laquelle, pour rafraîchir un appartement en copropriété ou les parties communes du bâtiment, il est tout à fait possible d’installer des capteurs solaires sur le toit du bâtiment ou sur une paroi verticale ne présentant pas de fenêtres par exemple.

Le froid est produit via le phénomène d’évaporation qui est créé par le réchauffement du liquide présent dans l’appareil grâce à la chaleur accumulée par les capteurs solaires. Cette solution est économique pour rafraîchir un logement en termes de consommation d’électricité. De plus, elle est respectueuse de l'environnement et écologique puisqu’elle n’est pas munie de fluides frigorigènes, il vous faudra toutefois compter entre 6 000 et 8 000 € TTC par kW posé, prix de fournitures et prix de pose confondus.

Je note le guide

ASSISTANCE

Plus d'informations sur les produits et solutions techniques

Votre besoin*
Vos coordonnées
Votre copropriété

* Champs obligatoires

Envoyer votre demande