Bardage : prix, installation et matériaux

Il est possible d’envelopper l’immeuble de la copropriété d’un bardage qui est composé d’un assemblage de lames consécutives. Cette couche vient se poser sur la façade du bâtiment. Sa pose permet de changer aisément le revêtement de la copropriété. Il s’agit de la solution idéale lors de travaux d’isolation par l’extérieur et/ou de rénovation lorsque la façade du bâtiment est abîmée. En fonction du choix de matériaux effectué par les copropriétaires, le bardage permettra de donner un aspect chaleureux au bâtiment. Le bardage peut être réalisé en bois, en PVC, en pierres ou en matériaux composites.

Bardage : prix, installation et matériaux

Le bardage : pour quoi faire ?

Décider d’installer un bardage en façade de copropriété résulte de plusieurs besoins. En effet, si l’esthétique du bâtiment est un des critères importants avec ce genre de revêtement, l’installation d’un bardage est une étape de rénovation qui permettra aussi d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment en rendant l’isolation thermique bien meilleure qu’elle ne l’est pour le moment.

En copropriété, le bardage est une solution adéquate qui permet d’effectuer des travaux d’isolation par l’extérieur plutôt que par l’intérieur. Ainsi, les résidents ne sont pas gênés dans leur logement pendant la durée des travaux et ne perdent aucune surface habitable dans leur logement. Une fois les travaux d’isolation réalisés, la couche de bardage permet d’habiller le tout de manière esthétique. Simple à poser, le bardage permet également de procéder à un ravalement de façade.

 

Le prix, selon le choix du matériau, peut-être plus ou moins élevé, en tous les cas, il s’agit d’une solution économique pour une copropriété. Attention toutefois au choix des matériaux, puisqu'un bardage en bois non traité sera bien moins durable que les autres matériaux présents sur le marché.

 


La pose d’un bardage en copropriété

Afin de pouvoir appliquer un bardage sur une façade ou sur l’ensemble des façades de l’immeuble, 3 techniques de pose différentes pourront être utilisées par les professionnels.

 

Les techniques de pose

Ils pourront ainsi procéder à un bardage simple peau, le revêtement sera alors directement apposé sur le bâtiment. Lorsqu’un isolant est placé entre le mur et le revêtement, on parle alors de bardage rapporté. Enfin, s’il y avait déjà un revêtement de type bardage et qu’un isolant est posé pour le recouvrir, le tout camouflé derrière un nouveau revêtement, alors, on parle d’un bardage double peau.

 

Le positionnement des lames

Le positionnement pourra ensuite, lui aussi, se faire de différentes manières avec :

  • le bardage horizontal (les lames sont positionnées horizontalement, esthétisme classique) ;
  • le bardage vertical (les lames sont positionnées verticalement, esthétisme élancé et moderne) ;
  • le bardage oblique (les lames sont positionnées de manière oblique, esthétisme dynamique) ;

 

Les types de recouvrement

Il existe ensuite deux différents types de bardage :

  • le bardage plein, également appelé bardage clin, consiste en un emboîtement visible ou invisible, à chevauchement bords droits, à recouvrement horizontal ou à couvre-joints ;
  • le bardage claire voie, les lames sont espacées, solution esthétique mais plus fragile ; toutefois il est plus facile de remplacer une lame.

 

Le bardage en bois

Entre le mur et le bardage, les professionnels peuvent, soit ajouter une couche d’isolation, soit laisser un espace vide qui permet à la couche ajoutée de bénéficier d’une bonne ventilation et limitera les problèmes de moisissures. Ajouter une couche d’isolation permettra, bien entendu, de renforcer les performances techniques de l’immeuble.

Pour choisir le bois de son bardage, il est fortement conseillé de vérifier s’il dispose bien de la mention provenance certifiée “PEFC” pour s’assurer qu’il a été coupé dans le respect de l’environnement et a grandi dans une forêt ou l’exploitation est contrôlée.

 

Bardage en bois

Matériaux

De nombreuses essences conviennent : le sapin, le châtaignier, le robinier, le chêne et le douglas, notamment.

Performances thermiques

Medium

Difficulté de la pose

Peu élevée

Prix fournitures

Classe 1

> 8 € par m²

  • bois brut, planches non traitées
  • convient essentiellement pour habiller les murs intérieurs

Classe 2

entre 10 et 45 € par m²

  •  bois moins résistant à l’humidité que ceux de classe 3
  • à installer dans des zones peu humides
  • convient davantage pour un bardage vertical
  • une bonne ventilation doit être prévue
  • types d’essences de bois : pin maritime, mélèze, western red cedar et autres essences résineuses

Classe 3

entre 40 et 70 € par m²

  • bois de bonne qualité
  • supporte bien l’humidité
  • type de bois le plus utilisé
  • types d’essences de bois : chêne, pin Douglas, red cedar, châtaignier

Classe 4

> 60 € par m²

  • pour les bardages touchant le sol, placés sur un bâtiment en bord de mer, etc.
  • propose la meilleure résistance aux intempéries qui existe actuellement sur le marché
  • difficile à trouver

Entretien

Tous les 3 à 5 ans : surface à décaper et à dépoussiérer, application d’un vernis ou d’une lasure.

Durée de vie

10 ans

Stabilité

Medium : change de couleur en tirant vers le gris.

 

 


Le bardage en PVC

Il existe des solutions de bardage en PVC qui imitent le bois sans en avoir les inconvénients. De nombreuses textures existent, ce qui permet une réelle possibilité de choix pour les copropriétaires. Le PVC offre même de bonnes capacités d’isolation phonique, ce qui peut être un critère supplémentaire pour une copropriété souffrant des bruits de ses environs.

 

Bardage en PVC

Matériaux

PVC

Performances thermiques

Bonnes

Difficulté de la pose

Elevée

Prix fournitures

entre 10 et 50 € par m²

Entretien

Peu d’entretien. Nettoyage à l’eau savonneuse. Rinçage au jet d’eau.

Durée de vie

Elevée. Résiste parfaitement aux agressions naturelles, au gel, à l’eau, au soleil, aux changements de températures, etc.

Stabilité

Elevée

 

 

Le bardage composite

 

Bardage composite

Matériaux

Différents types de matériaux existent : le bois composite (bois avec du polypropylène et des fibres de cellulose), le ciment composite (ciment et fibres de sable, de verre, ou de cellulose) et le composite stratifié (fibres agglomérées).

Performances thermiques

Excellentes

Difficulté de la pose

Peu élevée

Prix fournitures

entre 50 et 150 € par m² pour le bardage composite bois

> à 40 € par m² pour le bardage composite ciment

environ 40 €par m² pour le bardage composite stratifié

Entretien

Pas d’entretien

Durée de vie

La plus longue parmi les différents matériaux. Résiste aux intempéries, aux variations de température, aux insectes, ce qui permet une excellente constitution structurelle.

Stabilité

Excellente

 

 

Le bardage en pierre

Peu répandu sur les façades de copropriété, le bardage en pierre est pourtant l’une des solutions qui s’offre aux copropriétaires. En effet, si le coût est élevé, le rendu est magnifique.

 

Bardage en pierre

Matériaux

En ardoise, en pierre naturelle, de basalte ou de marbre, en pierre reconstituée, etc.

Performances thermiques

Excellentes (imperméable et incombustible)

Difficulté de la pose

Elevée

Prix fournitures

Ardoise naturelle < 100 € par m²

Ardoise synthétique < 65 € par m²

Pierre naturelle entre 45 et 200 € par m²

Pierre reconstituée > 50 € par m²

Entretien

Traitement hydrofuge, traitement imperméabilisant, nettoyage à l'eau savonneuse

Durée de vie

Très élevée

Stabilité

Très résistante

 


Le bardage métallique

En copropriété, il est également possible d’avoir recours à un bardage métallique. Si le bardage simple en métal sera une solution peu coûteuse pour cacher une façade abîmée, il existe également deux autres types de bardages en métal qui possèdent, eux, de réelles performances thermiques, qui seront de véritables atouts pour faire baisser la consommation énergétique du bâtiment et pour améliorer le confort de vie des résidents.

 

Bardage métallique

Matériaux

Bardage simple en métal (protection contre les éléments)

Bardage métallique double peau

Bardage métallique sandwich (mousse isolante composée de polyuréthane)

Performances thermiques

Faibles

Elevées (doublage intérieur constitué d’un isolant traditionnel présent entre 2 couches de métal)

Excellentes (mais performances phoniques très faibles)

Difficulté de la pose

Peu élevée

Peu élevée

Peu élevée

Prix fournitures

entre 5 et 10 € le m²

entre 10 à 20 € le m²

entre 15 et 35 € le m²

Entretien

Aucun

Aucun

Aucun

Durée de vie

Excellente longévité

Stabilité

Résiste aux intempéries, à la rouille et aux UV. La couleur ne change pas.

 

Prix de pose

Dans le cas d’un bardage en bois, ce sera le menuisier ou le charpentier qui interviendra pour la pose. Pour ce genre de prestations, ils pratiquent un tarif horaire compris entre 50 et 65 €, généralement.

De nombreux professionnels sont en mesure de réaliser d’autres types de bardages. Ainsi, en prix de pose uniquement, comptez :

  • entre 30 et 60 € par m² pour l’installation d’un bardage métallique ;
  • entre 35 et 55 € par m² pour l’installation d’un bardage composite ou d’un bardage en PVC ;
  • entre 40 et 80 € par m² pour l’installation d’un bardage en pierre.

 

Prix à prévoir en sus : l’ossature et l’isolation

Les prix présentés dans ce guide jusqu’à présent ne mentionnent que des prix en fournitures et en pose, de manière séparée, à cela devront être ajoutés les prix des options supplémentaires à prévoir selon les projets, c’est-à-dire l’ossature et l’isolation par l’extérieur, notamment.

 

L’ossature

En effet, s’il existe plusieurs modes de fixation pour un bardage, les lames ont besoin d’une ossature pour être installées. Celle-ci pourra soit être métallique, soit être en bois.

 

Type de bardage

Lieu de fixation de l'ossature

Technique

bardage simple peau

sur le mur

Pose d’un écran étanche, appelé pare-pluie, qui protège la façade des infiltrations d’eau. Des tasseaux sont fixés sur le mur existant ou sur la couche d’isolation ajoutée. Les lames du bardage y sont ensuite vissées. Les tasseaux sont placés dans l’orientation inverse des lames.

bardage rapporté

par-dessus la couche d’isolation à ajouter sur le mur

bardage double peau

 

L’isolation

En isolant par l’extérieur, aucune surface habitable n’est réduite. Pour en savoir plus sur l’isolation thermique par l’extérieur, vous pouvez consulter notre guide sur le sujet : L’isolation thermique par l'extérieur.

Entre l’isolant et le revêtement, une chambre d’air sera conservée, celle-ci permettra de garantir la ventilation de la façade. Ce principe de ventilation naturelle est indispensable pour que l’isolant ne soit pas touché par l’humidité et reste ainsi performant le plus longtemps possible.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi