Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Isolation de plafond : les méthodes et solutions

Vous habitez peut-être dans un immeuble en copropriété assez ancien dont l’isolation est rudimentaire. La solution à ce problème est bien évidemment de mettre en place une isolation afin de gagner en confort de vie. Avez-vous pensé à l’isolation des plafonds ? Vous pouvez y procéder à partir de 5 € / m² pour les matériaux isolants.

Isolation de plafond : les méthodes et solutions
Isolation de plafond : les méthodes et solutions

L’intérêt d’une bonne isolation

Dans une copropriété, l’isolation est un enjeu important tant sur le plan thermique que phonique.

Un immeuble bien isolé permet à ses habitants de vivre dans un cadre agréable et serein.

 

En effet, un immeuble mal isolé laisse la chaleur se dissiper et donc par la même occasion, au froid de s’installer.

Une mauvaise isolation s’observe par un bâtiment froid l’hiver et chaud l’été.

De plus, une isolation laissée de côté favorise l’apparition d’humidité dans les murs, les plafonds ainsi que dans l’air ambiant.

 

Sachez que de vivre dans un environnement humide est propice à l’apparition de problèmes de santé comme de l’asthme ou encore des bronchites à répétition.

 

Ainsi, procéder à la pose d’une isolation thermique et phonique est primordiale.

En plus d’accroître le confort des habitants copropriétaires et/ou locataires, une bonne isolation permet de valoriser les lots pour la revente.

 

L’isolation thermique

Une isolation thermique de qualité est la clef d’un bâtiment moins énergivore.

L’isolation se doit d’être performante dans les appartements mais aussi dans les parties communes.

 

Posséder une isolation thermique qualitative permet aux copropriétaires de réaliser des économies financières par rapport aux frais de chauffage engendrés par la copropriété.

 

Il est courant de retrouver des bâtiments mal isolés qui sont de véritables “passoires énergétiques”, c’est-à-dire que la production de chauffage de l’immeuble n’est pas maximale sur le plan de ses performances.

 

La majeure partie des déperditions de chaleur s’effectue par les plafonds et donc par le toit du fait que la chaleur monte.

C’est pour cette raison qu’il fait toujours plus chaud aux étages supérieurs.

 

Choisir un isolant thermique performant permet donc de conserver la chaleur produite par chaque étage. Les habitants de la copropriété sont donc assurés de profiter au maximum de la chaleur produite et ainsi, de ne pas payer de charges de chauffage pour rien.

 

L’isolation acoustique

L’isolation acoustique est souvent mise de côté au profit d’une isolation thermique performante.

Toutefois, une isolation acoustique performante est très importante voire primordiale en immeuble.

 

Nombreux sont les immeubles anciens au cachet et au charme certain, mais dont l’isolation phonique est mauvaise.

 

Sol qui craque et qui laisse passer les bruits ambiants ainsi que le son des pas des habitants du dessus. La mauvaise isolation phonique est la source de conflit première entre les voisins.

 

Pour y remédier, l’isolation phonique ne doit pas être négligée et doit être placée sur le même niveau d’importance que l’isolation thermique.

 


L’isolation des plafonds : explication

Afin de remédier aux problèmes d’isolation entre les niveaux de l’immeuble, penser à une isolation des plafonds est la clef de la réussite.

 

Comme son nom l’indique, la procédure consiste à poser un isolant directement sur les plafonds qu’ils soient situés dans les parties communes comme les couloirs, ou bien dans les appartements.

 

L’isolation des plafonds dans les caves et sous-sols directement placés en dessous du plancher bas est une solution d’isolation performante afin d’éviter les sols froids et donc devoir augmenter le chauffage.

 

De même, isoler les plafonds des habitations permet de gagner en performance énergétique mais également sur le plan acoustique. Ainsi, il est possible de réduire et d'atténuer au maximum les nuisances sonores de tous les jours entre les étages.

 


Le choix de l’isolant

Afin de procéder à l’isolation des plafonds de la copropriété, vous avez le choix sur un large panel d’isolants.

 

Toutes les performances et tous les prix sont disponibles sur le marché.

Des isolants premiers prix aux performances très correctes jusqu’aux isolants plus haut de gamme, très performants mais plus onéreux.

 

Ci-dessous, vous trouverez une grille de présentation des différents matériaux isolants les plus utilisés pour l’isolation du plafond, leurs caractéristiques ainsi que leurs prix.

 

Matériaux

Caractéristiques

Performances thermiques en W/(m.K)

Prix

Laine de verre

Avec une bonne isolation phonique, la laine de verre est très résistante au feu, perméable et durable.

0,030 / 0,040

5 à 10 € / m²

Laine de roche

Elle présente les mêmes qualités que la laine de verre mais la qualité d’isolation phonique est quant à elle excellente.

0,035 / 0,040

12 € / m²

Chanvre

L’isolation phonique est bonne mais sa résistance à l’humidité est médiocre. En revanche, ses caractéristiques fongicides et antibactériennes font d’elle un isolant naturel et sain.

0,040 / 0,045

30 € / m²

Liège

Très résistant à l’humidité, le liège détient des performances acoustiques excellentes.

0,030 / 0,45

20 à 30 € / m²

Fibres de bois

Possède une excellente isolation sur le plan acoustique en plus d’être renouvelable et naturelle.

0,040 / 0,055

15 € / m²

Ouate de cellulose

Utilisée pour son excellente performance acoustique.

0,038 / 0,40

20 € / m²

Laine de coton

Présente de bonnes capacités acoustiques avec des propriétés naturelles.

0,038 / 0,042

12 à 25 € / m²

Polystyrène extrudé

Les qualités phoniques du polystyrène sont médiocres. Il est toutefois utilisé le plus souvent pour l’isolation des sous-sols.

0,025 / 0,038

15 à 20 € / m²

Polystyrène expansé

0,030 / 0,038

10 à 15 / m²

 

Les isolants les plus utilisés par le plus grand nombre de personnes sont la laine de roche et la laine de verre, pour leurs excellentes prestations sur le plan thermique mais aussi sur le phonique, bien que la laine de roche remporte la première place sur cette bataille.

 

Laissez-vous conseiller par un professionnel. Il sera capable de vous accompagner dans vos recherches d’isolants ainsi que les matériaux les plus adaptés à vos besoins.

 

La mise en place de l’isolant

La pose d’un isolant au plafond requiert un savoir-faire et une technique particulière qui nécessite plusieurs étapes de travaux.

 

En effet, lorsque l’isolation est réalisée dans des parties habitables comme pour les logements et même les parties communes, l’isolant ne peut être laissé à nu, par soucis d’esthétique, un faux plafond sera privilégié pour terminer l’isolation et permettre un rendu propre et décoratif.

 

Technique employée

La pose d’isolant se fait le plus souvent en dessous d’un plafond suspendu, notamment lorsque l’isolant utilisé est présenté sous forme de rouleau comme la laine de roche ou la laine de verre.

 

Ce type d’isolation consiste à installer des suspentes tous les 60 cm sur les madriers du plafond.

Ces suspentes sont présentes pour accueillir des rails, ou fourrures, qui viendront par la suite maintenir les plaques de plâtre du faux plafond.

Les fourrures, une fois en place peuvent facilement supporter le poids de l’isolant qui repose directement dessus.

 

Des matériaux isolants comme liège ou bien le polystyrène nécessitent une pose collée directement au support. Ainsi, un faux plafond de type toile tendue peut être utilisé.

 

Durée de chantier

Pour réaliser une telle isolation ainsi que la pose d’un faux plafond, l’appel à une entreprise de professionnels est lourdement conseillé.

 

En effet, la réalisation de ce type d’isolation nécessite une précision dans la pose des fourrures, si leur pose n’est pas régulière, cela mettra en jeu la qualité du faux plafond ainsi que ses finitions.

 

De plus, une entreprise qualifiée, si le support se prête facilement à la création d’un faux plafond et d’une isolation de ce genre, sera capable de réaliser les travaux très rapidement, de l’ordre de quelques jours.

 

La rapidité d'exécution est favorable à la vie de la copropriété, nul besoin d’interdire le passage ou d’immobiliser certains espaces durant de longs travaux.

 


Prix de création d’un faux plafond

La création d’un faux plafond est primordiale pour posséder un plafond isolé et esthétique.

Il existe différents types de faux plafonds, mais, dans l’usage domestique, le plafond suspendu et le plafond tendu sont les deux méthodes les plus couramment utilisées.

 

Le plafond suspendu, comme nous l’avons cité précédemment, consiste à venir visser des plaques de plâtre, généralement du BA13, directement sur les fourrures métalliques qui supportent le matériau isolant.

Il nécessite des travaux de finition comme le jointage avec des bandes à placo, le ponçage de ces bandes pour un résultat lisse et net, ainsi que l’application d’une peinture.

 

De plus, le plafond suspendu est pratique pour ajouter des éclairages au plafond, en plus de l’isolation.

Il suffit que l’électricien se connecte sur un éclairage existant pour le déplacer ou bien pour en ajouter.

L’espace entre le plafond et le faux plafond accueillera aisément les gaines électriques nécessaires.

Attention tout de même à respecter les normes en vigueur concernant cet espace. Un professionnel saura vous guider et vous conseiller.

 

Le plafond tendu, quant à lui nécessite moins de travaux mais est plus onéreux.

Son principe est simple.

Il convient d’appliquer un rail sur l’intégralité du pourtour de la pièce, à la hauteur de plafond désirée.

Ce rail permet de venir y clipser une toile, généralement réalisée en PVC, taillée sur mesure pour la pièce.

L’entreprise qui s’occupe de la pose chauffe la toile pour la rendre plus malléable.

Le résultat est immédiat. Les finitions (mat, satiné, brillant) ainsi que les couleurs sont nombreuses et permettent donc de répondre à tous les goûts.

 

La toile peut ainsi venir camoufler une isolation du plafond collée directement sur celui-ci.

 

Le prix d’un faux plafond

Le prix d’un faux plafond est fonction du type de procédé utilisé, mais également de la taille de la pièce et de l’entreprise retenue.

Notez qu’il vous sera bénéfique de multiplier vos devis auprès de différentes entreprises de travaux afin de comparer les prix et de les mettre en concurrence pour bénéficier du tarif le plus préférentiel.

 

Il est possible de communiquer des tarifs de référence qui sont bien entendu donné à titre indicatif et sont susceptibles de varier en fonction de l’entreprise, du lieu géographique du chantier mais aussi de l’accessibilité à ce dernier.

 

Un plafond suspendu sans l’isolation, vous coûtera entre 25 et 40 € / m².

Pour un plafond suspendu, isolation comprise, vous sera facturé entre 37 et 70 € / m².

 

À ces tarifs, pensez à comptabiliser le prix d’une peinture.

Un peintre facture ses services entre 25 et 40 € / m², fourniture incluse.

 

Pour ce qui est d’un plafond tendu, tablez plutôt sur une fourchette comprise entre 60 et 90 € le mètre carré tout compris.

 

Une isolation phonique de bonne qualité à privilégier

Lors de vos travaux d’isolation du plafond dans la copropriété, optez pour un matériau performant à la fois sur le plan thermique mais aussi phonique.

 

La laine de roche est le matériau qui présente un rapport qualité / prix optimal pour ce genre de travaux.

 

Bénéficier d’une acoustique de bonne qualité favorise le bien-être dans l’appartement.

Des études réalisées par un acousticien peuvent être utiles afin de posséder un compte rendu qui sera présenté aux copropriétaires afin de décider des travaux.

 

Le tarif d’un diagnostic acoustique est facturé entre 250 et 700 € selon la surface à calculer.

 


L’isolation des plafonds du sous-sol

Lorsque la copropriété possède des caves ou encore un garage en sous-sol, l’isolation du plafond de ces espaces est un véritable atout au niveau du gain d’énergie et de réduction des factures de chauffage.

 

Une isolation plus simple est de mise dans les sous-sols.

En effet, le polystyrène sera le matériau favorisé pour les sous-sols.

La pose sera collée et le polystyrène est laissé apparent dans la plupart des cas.

 

Les aides au financement

 

Pour aider les frais engagés par les travaux d’isolation des plafonds en copropriété, il est possible de faire des demandes de plusieurs aides au financement.

 

L’isolation permettant d’améliorer les performances énergétiques d’un bâtiment, ces travaux entrent pleinement dans les critères d’attribution de ces aides.

 

Voici une liste des aides qu’il est possible à la copropriété de demander :

 

  • Le crédit d’impôt qui permet une réduction fiscale d’une valeur de 30 % du montant des travaux sans la main d'œuvre ;
  • L’éco prêt à taux zéro ;
  • La prime énergie pour les copropriétés ;
  • La TVA réduite à 5,5 % ;
  • La prime Effy.

 

Les décisions de la copropriété

La prise de décision d’une isolation en copropriété se fait par le syndic de copropriété lors d’une assemblée générale.

Il doit être présenté lors de cet assemblée, un bilan d’audit énergétique afin que chaque copropriétaire présent, puisse se rendre compte de l’importance des travaux à réaliser.

 

Cet audit est réalisé par un diagnostiqueur pour un budget d’environ 4 000 à 8 000 € pour un immeuble.

 

Les travaux d’isolation des parties communes sont votés à la double majorité (article 26) car cela concerne des travaux d’amélioration.

Les frais sont à la charge des copropriétaires.

 

Pour ce qui est de l’isolation des appartements, il en revient à la charge des habitants eux-mêmes ainsi qu’aux démarches pour le faire réaliser.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi