Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Repeindre une cage d’escalier

Au moment de repeindre une cage d’escalier dans une copropriété, trois types de questions se posent : - Quelle procédure suivre pour faire voter la résolution en assemblée générale, et à quelle majorité prendre les décisions ? - Comment répartir le coût de cette rénovation ? - Quelle peinture choisir ?

Repeindre une cage d’escalier
Repeindre une cage d’escalier

Une partie commune

La cage d’escalier appartient aux parties communes et les travaux qui l’affectent doivent suivre les mêmes règles que les autres éléments communs, qu’il s‘agisse de travaux d’entretien, de réfection ou rénovation.

En conséquence, un copropriétaire seul ne peut décider de repeindre tout ou partie de la cage d’escalier comme bon lui semble. En contrepartie, tous les copropriétaires sont concernés par les travaux affectant la cage d’escalier, y compris les propriétaires de lots situés au rez de chaussée.

 


Quelle décision ?

Comme tous travaux sur les parties communes, repeindre la cage d’escalier nécessite qu’une résolution soit votée en assemblée générale.

 

Selon la nature des travaux, différentes règles de majorité s'appliquent :

 

  • Ø Travaux d’entretien 

La rénovation de la cage d’escalier entre dans la catégorie des travaux qui constituent l’entretien courant de l’immeuble et sont «nécessaires à la conservation de l'immeuble ainsi qu'à la préservation de la santé et de la sécurité physique des occupants ».

La majorité simple de l’article 24 de la loi du 10 juillet 1965 suffit pour que la décision de repeindre la cage d’escalier soit adoptée.

 

  • Ø Travaux de transformation, addition ou amélioration

Si la peinture de la cage d’escalier est réalisée à l’occasion d’un ajout d’équipement ou entraine une transformation ou constitue une amélioration de l’existant, la décision doit être prise à la majorité absolue de l’article 25 de la loi du 10 juillet 1965.

« Article 25 : Ne sont adoptées qu'à la majorité des voix de tous les copropriétaires les décisions concernant :

n) L'ensemble des travaux comportant transformation, addition ou amélioration »

 


Quelle peinture choisir ?

Le choix de la peinture et de la couleur des murs, du plafond et des plinthes revient le plus souvent au conseil syndical, qui peut en décider sans consulter les copropriétaires.

Pour que ces derniers puissent être consultés, le mieux est d’aborder le sujet lors de l’assemblée générale qui vote les travaux et de demander à un consultant décorateur d’être présent pour exposer les avantages et inconvénients des différentes teintes envisagées, en fonction de l’orientation du bâtiment et de l’ensoleillement et éclairage des parties communes, du style de l’immeuble et des autres éléments de décoration ou des équipements présents.

 

Bin souvent le blanc est choisi pour le plafond, alors que les murs peuvent être teintés, mais de préférence de couleur claire pour offrir une appréciable luminosité. Les plinthes peuvent être de couleur contrastante, dans la même tonalité que les autres éléments de couleur du bâtiment : portes, poignées etc.

 

Si pour un particulier, la tendance est à utiliser de la peinture acrylique, moins odorante et moins toxique, la peinture à l’huile reste celle qui sera privilégiée pour un immeuble d’habitation collectif, en raison de son rendu et sa meilleure tenue dans le temps que lui offre sa grande résistance qui s’adapte à tous types de supports.

Dans certains cas, on pourra lui préférer une peinture spécifique pour des supports particuliers comme le béton ou encore le bois. 

 

Quel coût pour repeindre une cage d’escalier ?

Le coût de la rénovation de la cage d’escalier comprend :

-  Le prix de la peinture elle même : entre 20 et 40 euros le m2 selon le type de peinture utilisée, jusqu’à 30€ pour les peintures spécifiques ;

-  Le prix de main d’œuvre pour la poser : en moyenne 30 euros de l’heure selon l’entreprise choisie.

 


Quelle répartition des frais ?

La rénovation des peintures de la cage d’escalier appartient à la catégorie des charges générales. Selon l’article 10 de la loi du 10 juillet 1965, les charges générales doivent être supportées par l’ensemble des copropriétaires en proportion de leurs tantièmes de copropriété.

Je note le guide

Devis et information

En savoir plus sur les escaliers

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi