Des travaux dans mon immeuble
Demande de devis

Régulation du chauffage en immeuble : solutions, prix et conseils

La régulation du chauffage en habitat collectif a pour objectif de réduire la facture énergétique de l’immeuble tout en trouvant des solutions permettant de maintenir, voire d’améliorer le confort des résidents dans leur logement. Afin de choisir le bon système de régulation, il est important de prendre en compte le type de chauffage et le type de production d’eau chaude sanitaire. En effet, une installation individuelle se distingue d’une installation collective.

Régulation du chauffage en immeuble : solutions, prix et conseils
Régulation du chauffage en immeuble : solutions, prix et conseils

Les besoins en chauffage en copropriété

Il n’est pas toujours facile de quantifier les besoins réels en chauffage d’une copropriété lorsque celle-ci souhaite mettre en place les mesures nécessaires pour réduire la facture énergétique liée au chauffage et à la production d’eau chaude de l’immeuble. Ainsi, contacter un professionnel pour effectuer un bilan thermique permet de mieux identifier les raisons de la surconsommation en chauffage de la copropriété.

En effet, celle-ci peut être causée par une mauvaise isolation ou par le manque d’équipements de régulation. Le thermicien prend en compte la configuration du bâtiment, son exposition au soleil et de nombreux autres critères pour vous conseiller sur les meilleures démarches à suivre pour réduire la consommation énergétique de l’immeuble.

 

Soyez ensuite prudent dans votre choix du professionnel réalisant les travaux, puisque seule une entreprise certifiée RGE, ou un artisan certifié RGE, vous permettra d’obtenir des aides financières et des réductions fiscales pour de tels travaux.

 

Pourquoi réguler le chauffage en copropriété ?

De nombreuses copropriétés sont équipées d’une installation de chauffage collective. Malheureusement c’est une solution généralement davantage gourmande que les autres en énergie puisque les résidents ont tendance à faire peu attention à leur consommation personnelle. En effet, les charges communes relatives au chauffage ne sont pas réparties en fonction de leur consommation personnelle, mais par rapport à leurs tantièmes au sein de la copropriété. C’est sans compter le fait, que dans certains habitats collectifs, la consigne de chauffage est réglée par le syndic de copropriété pour l’ensemble de l’immeuble. Les résidents ne peuvent alors pas régler la puissance du chauffage en fonction de leurs besoins réels. Ce type de système est le plus gourmand en énergie et certains logements sont généralement surchauffés alors que d’autres habitants ont froids, tout dépend de l’orientation de leur logement par rapport au soleil.

 

Pour remédier à ce type de consommation, la directive européenne 2012/27/UE impose depuis fin 2016 l’installation de Répartiteurs de Frais de Chauffage (RFC) dans les immeubles équipés d’un chauffage collectif. Cette démarche est également connue sous le nom d’individualisation des frais de chauffage en copropriété et entre dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

L’objectif de cette initiative européenne est de diminuer de 20 % la consommation annuelle en énergie primaire des pays de l’UE d’ici 2020. Sachez toutefois que des dérogations sont prévues, notamment dans le cas où les travaux permettant cette individualisation seraient trop coûteux pour la copropriété, etc.

 

Type de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire

Chauffage individuel et/ou production d’eau chaude sanitaire individuelle

Chauffage collectif et/ou production d’eau chaude sanitaire collective

Type d’équipements installés

  • Chaque logement est équipé d'une chaudière individuelle.

  • Un chauffe-eau individuel est nécessaire si la chaudière ne prend pas en charge la production d’eau chaude sanitaire.

  • Un compteur électrique ou un compteur gaz individuel doit également être installé pour chaque logement pour que la consommation soit véritablement individuelle.

Les copropriétés dont le chauffage est collectif, tout comme la production de l’eau chaude sanitaire sont équipés d’une chaufferie ou un local technique. Des appareils pour la production et la distribution sont installés, mais il peut être important de rajouter une solution de régulation entre les différents logements.

Avantages

L’individualisation de la consommation de chauffage et d’eau chaude sanitaire permet de responsabiliser les résidents dans leur consommation.

Installer un système de régulation du chauffage et répartition des frais en fonction du prix réel de la consommation permet de responsabiliser les résidents et de faire diminuer la facture de chauffage d’environ 20 % dans une copropriété.

Inconvénients

Si une telle installation n’a pas été prévue lors de la construction de l’immeuble, les travaux et leurs prix seront conséquents.

Dans certaines copropriétés, installer un système de régulation du chauffage ou changer les appareils gourmands en énergie installés peut se révéler être un projet fort coûteux.

Solutions de régulation du chauffage

  • Robinets Thermostatiques (RTH)

  • Capteurs d’ambiance (sondes de température)

  • Thermostats de régulation centralisée

  • Répartiteurs de Frais de Chauffage (RFC)

  • Programmateurs

  • Domotique : pilotage à distance du chauffage

Ces appareils de comptage permettent d’individualiser la consommation de chaque logement :

  • Robinets Thermostatiques (RTH) ;

  • Répartiteurs de Frais de Chauffage (RFC).

Un programmateur à l’intérieur de chaque appartement permet à chaque résident de mieux optimiser sa consommation en chauffage. Il devient ainsi possible de couper le chauffage en cas d’absence prolongée, etc.

 

Réguler le chauffage d’un immeuble est la meilleure solution pour faire des économies d’énergie significatives. En effet, il permet non seulement aux résidents de régler la température de leur logement indépendamment de la température programmée pour les autres appartements. Mais, ils peuvent aussi réguler différemment la température pièce par pièce. Cela peut ainsi leur permettre de moins chauffer certaines pièces comme les chambres, par exemple, par rapport au salon ou à la salle de bains.

 

Les différents modèles de régulation du chauffage en immeuble

Pour réguler le chauffage dans les parties communes et dans les parties privatives, il existe différents modèles de régulation, comme les systèmes mécaniques, par exemple. Il s’agit du système de régulation le plus ancien, qui convient aujourd’hui surtout pour des dispositifs de chauffage mobile, modulaires ou indépendants. Les systèmes mécaniques sont relativement fiables et sont très simples à utiliser.

 

Plus modernes et plus précis, les systèmes électroniques de régulation du chauffage en immeuble conviennent davantage dans le cadre d’une démarche de régulation des frais de chauffage. En effet, ils permettent de régler la température souhaitée au demi-degré près et permettent une progressivité des variations thermiques. Avec un système électronique, il est possible de régler la température par rapport à des plages horaires. Certains modèles permettent même de gérer la programmation par jour calendaire. De plus, il est généralement possible de piloter différentes zones d’utilisation séparées depuis le même appareil, voire même depuis un smartphone dans le cas d’un système électronique connecté.

La domotique est un excellent moyen pour réduire considérablement la consommation de chauffage d’un appartement. En effet, les appareils intelligents anticipent mieux les besoins calorifiques et les sondes extérieures permettent de mieux adapter la température à l’intérieur du logement par rapport aux variations climatiques en temps réel. De plus, le pilotage à distance est l’idéal pour éteindre ou allumer le chauffage lors d’une situation imprévue comme une absence prolongée, etc.

 

Les systèmes centralisés sont beaucoup plus complexes puisque le chauffage est intégré dans un système de programmation englobant d’autres éléments à gérer comme : l’éclairage, la ventilation, etc. De plus, même les opérations de maintenance sont parfois possibles à distance grâce aux systèmes de gestion technique centralisée (GTC) ou de gestion technique du bâtiment (GTB). L’ensemble des équipements d’un appartement, voire de l’immeuble peuvent alors être pilotés, programmés et coordonnés depuis un même appareil.

 

Enfin, les systèmes intégrés sont des dispositifs de régulation associés aux appareils de chauffage dès leur conception, il peut s’agir d’un programmateur sur un radiateur électrique, par exemple, ou d’un robinet thermostatique sur un radiateur hydraulique, etc. Les systèmes intégrés permettent de régler la température manuellement pièce par pièce en fonction des besoins.

 

Les solutions de régulation du chauffage en immeuble

Pour mieux maîtriser la consommation énergétique de l’immeuble, il existe de nombreuses solutions à mettre en place pour réguler la température dans les différentes pièces composant le bâtiment. En effet, une température de consigne fixée à l’échelle de l’immeuble ne prend pas en compte les apports de chaleur gratuits prodigués par l’ensoleillement ou l’usage des appareils de cuisson, par exemple.

 

Sachez pourtant qu’une diminution de 1°C permet une réduction de chauffage équivalent à 7 % pour un appartement. Mieux réguler la consommation de chauffage ne remet en rien en cause le confort des résidents. Voici des solutions de régulation du chauffage en immeuble éligibles aux Certificat d'économie d'énergie (CEE), c’est-à-dire qui donnera droit à la copropriété à une aide financière :

  1. L’installation d’une sonde de température extérieure ;

  2. L’installation de robinets thermostatiques au niveau des radiateurs ;

  3. L’installation de différents programmateurs d’intermittence ;

  4. L’installation d’un système de comptage individuel d’énergie et de pilotage des consommations.

 

Les sondes de température extérieures

La sonde est généralement placée en façade d’un immeuble, à l’ombre, afin qu’un fort ensoleillement ne vienne pas gêner le réglage de la température. Ce type de sonde de température permet d’adapter la température à l’intérieur du logement en fonction de la chaleur extérieure. En effet, lorsqu’une journée est particulièrement froide, la compensation en chauffage sera nécessairement plus importante, alors que pendant une journée ensoleillée, il est tout à fait possible de baisser, voire parfois d’éteindre le chauffage grâce aux apports du soleil. Pour un appartement exposé au nord, les apports naturels de chaleur ne seront pas aussi importants que pour un appartement idéalement exposé plein sud.

Dans tous les cas, la sonde de température extérieure permet de prendre en compte les variations météorologiques. Nous vous conseillons vivement d’en installer une dans tous les appartements équipés d’un plancher chauffant pour lequel il s’agit d’un excellent moyen de régulation du chauffage. Comptez entre 50 et 150 € pour l’achat d’une sonde de température extérieure (prix TTC hors pose).

 

Les robinets thermostatiques

Investir dans des robinets thermostatiques est une idée intéressante pour permettre aux résidents de choisir la température souhaitée dans chaque pièce. Ce sont de petits dispositifs devant être installés sur les radiateurs, ils sont compatibles avec tous types de chauffage central : au bois, au fioul au gaz, etc. Les robinets thermostatiques sont même compatibles avec une pompe à chaleur.

Leur rôle est de moduler le débit d’eau chaude circulant dans les radiateurs afin de réguler la température. C’est une solution intéressante pour faire des économies d’énergie allant de 3 à 5 % selon les chiffres de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Ces robinets thermostatiques sont compatibles avec :

  • un appartement équipé d’un système de chauffage individuel ;

  • un appartement équipé d’un système de chauffage collectif ;

  • et une maison individuelle souhaitée dans une copropriété horizontale.

 

Comptez environ 30 € pour l’achat d’un robinet thermostatique mécanique (prix TTC hors pose) : un modèle standard équipé d’une tête avec plusieurs positions. Comptez environ 50 € pour l’achat d’une tête thermostatique programmable (prix TTC hors pose) : un modèle électronique rendant possible de prévoir la température souhaitée au demi-degré près en fonction des différentes heures de la journée. Ce sont des équipements qui ouvrent notamment droit à un crédit d’impôt pour la transition énergétique et à l’éco-prêt à taux zéro.

 

Les programmateurs d’intermittence

Il est possible d’installer des programmateurs d'intermittence sur différents dispositifs de chauffage collectif et individuel en copropriété. Il existe en effet des programmateurs d’intermittence :

  • pour un chauffage individuel à combustible ;

  • pour un chauffage collectif à combustible ;

  • pour une chaudière en chauffage collectif (programmation à heures fixes sur un circuit de chauffage collectif existant) ;

  • pour un chauffage individuel avec pompe à chaleur ;

  • pour un chauffage électrique (programmateur d’intermittence à heures fixes permettant une programmation journalière et hebdomadaire), etc.

 

Il existe également des optimiseurs de relance compatible avec un chauffage collectif. Il s’agit d’une sorte de programmateur d’intermittence avec un système d’auto-adaptation des horaires de changement de phase de chauffage. Comptez entre 150 et 500 € pour l’achat d’un programmateur de chauffage électrique (prix TTC hors pose).

 

Les systèmes de comptage et de pilotage des consommations

Les systèmes de comptage individuel de consommation en chauffage et de pilotage de ces consommations s’installent sur un chauffage collectif d’immeuble ou de locaux professionnels. Ils sont compatibles avec des répartiteurs électroniques. Pour qu’il soit possible d’installer un système de comptage et de pilotage de la consommation, il est primordial que les émetteurs de chauffage, c’est-à-dire les radiateurs, soient tous équipés de robinets thermostatiques. Pour fonctionner, la chaleur émise par chaque radiateur est calculée par le répartiteur électronique équipé d’une sonde mesurant la température réelle ressentie dans la pièce et d’une seconde sonde qui permet de mesurer la température au niveau de la surface du radiateur. Ensuite, les compteurs individuels installés au niveau de chaque appartement permettent de connaître la consommation précise des différents logements. Comptez environ 10 € pour l’achat d’un répartiteur de frais de chauffage (prix TTC hors pose).

Sachez toutefois, que les systèmes de comptage et de pilotage des consommations ne sont pas compatibles avec les planchers chauffants collectifs.

 

Les autres solutions de régulation du chauffage en immeuble :

Il existe d’autres solutions de régulation du chauffage en copropriété, comme :

  • Le thermostat d'ambiance non programmable, une solution que nous vous déconseillons. En effet, la température de consigne ne peut être modifiée que par une intervention manuelle. S’il s’agit d’une solution peu coûteuse, elle ne permet pas de programmer la température dans le logement.

  • Le thermostat d'ambiance programmable classique fonctionne de manière similaire sauf qu’il permet la programmation heure par heure de jour et de nuit. Sachez que des aides financières existent pour ce type d’installation. Certains modèles permettent une programmation jour par jour ce qui permet de différencier les jours travaillés des jours non travaillés. Comptez entre 50 et 220 € pour l’achat d’un thermostat d’ambiance classique (prix TTC hors pose).

  • Le thermostat d'ambiance programmable connecté permet de régler votre chauffage à distance depuis votre smartphone. Comptez entre 120 et 280 € pour l’achat d’un thermostat d’ambiance programmable connecté (prix TTC hors pose).

 

Régulation de chauffage : loi et réglementation

En copropriété, sachez qu’il est devenu obligatoire, dans la grande majorité des cas, d’installer un système d’individualisation des frais de chauffage dans les immeubles équipés d’un système de chauffage collectif. Cette mesure est devenue obligatoire depuis la mise en place de la loi relative à la transition énergétique. L’objectif étant de responsabiliser les résidents afin qu’il n’utilise que la quantité d’énergie dont ils ont réellement besoin pour le chauffage de leur appartement. Si plusieurs échéances avaient été prévues selon la consommation énergétique de chaque immeuble, au 31 décembre 2019, toutes les copropriétés ne faisant pas l’objet d’une dérogation.

 

Cette mesure permet de rétablir l’équité de la répartition des charges en copropriété tout en améliorant le confort de chacun des résidents. En effet, selon l’orientation par rapport au soleil des appartements, tous les occupants ne bénéficient pas d’une température confortable dans leur appartement lorsqu’un chauffage collectif est en place. Pour savoir comment mettre en place un système d’individualisation des frais de chauffage, nous vous invitons à consulter notre guide sur le sujet : L'individualisation des frais de chauffage en copropriété.

 

Les prix régulation du chauffage en immeuble

Pour l’installation de tels systèmes de régulation du chauffage en immeuble, voici une grille tarifaire qui vous permettra de mieux prévoir le budget nécessaire pour votre projet :

 

Types d’appareils de régulation du chauffage

Prix TTC (fournitures et pose)

Thermostat d'ambiance filaire classique branché sur une chaudière

entre 200 et 550 €

Thermostat d'ambiance couplé avec un répartiteur de fluide

entre 450 et 850 €

Système de régulation programmable à distance équipé :

  • d’une sonde de température extérieure ;

  • et d’un thermostat d'ambiance

entre 1 500 et 2 500 €

 

Si les fournitures et la main d’oeuvre sont prises en compte dans les tarifs donnés ci-dessus, sachez toutefois que des réductions fiscales et des aides financières pourront vous permettre de faire diminuer le prix de l’intervention.

 

Voici d’autres tarifs à prévoir pour l’achat de certains appareils de régulation du chauffage compatibles avec un immeuble. Veuillez noter que le prix de pose n’est pas inclus dans le tableau ci-après.

 

Types d’appareils de régulation du chauffage

Prix TTC (hors pose)

Thermostat d’ambiance classique

entre 50 et 220 €

Robinet thermostatique mécanique

environ 30 €

Thermostat d’ambiance programmable connecté

entre 120 et 280 €

Tête thermostatique programmable

environ 50 €

Sonde de température extérieure

entre 50 et 150 €

Programmateur de chauffage électrique

entre 150 et 500 €

Répartiteur de frais de chauffage

environ 10 €

 

Les réductions fiscales et les aides financières

L’Etat fournit des réductions fiscales et des aides financières pour de nombreux travaux permettant de réduire la consommation énergétique d’un immeuble. La grande majorité des appareils de régulation du chauffage peuvent permettre d’en bénéficier. La facture des travaux s’en voit ainsi réduite grâce :

  • au crédit d’impôt sur la transition énergétique (CITE) ;

  • un taux de TVA réduit ;

  • un prêt à taux zéro (éco-PTZ), etc.

Les collectivités locales peuvent également proposer des aides financières complémentaires.

 

Pour en savoir davantage sur les CEE, nous vous invitons à consulter notre guide : La prime de Certificat d’économie d’énergie en copropriété.

Je note le guide

Devis et information

Travaux, aménagement ou rénovation dans votre copropriété ?

Vos coordonnées
Votre copropriété
Envoyer votre demande

* Champs obligatoires

A lire aussi